Six mois de sursis pour Heuliez, placé en redressement judiciaire

 |   |  205  mots
DR
DR
L'équipementier automobile français a été placé en redressement judiciaire ce jeudi. Le tribunal de commerce de Niort laisse six mois à d'éventuels repreneurs pour se déclarer.

Un redressement judiciaire et six mois d'observation. Le tribunal de commerce de Niort a tranché pour Heuliez. L'équipementier automobile dispose de ce délai pour tenter de trouver un éventuel repreneur ou assainir ses finances. Les représentants syndicaux sur place se sont dits "soulagés" de cette décision pour l'entreprise qui compte 294 employés.

Dépôt de bilan

Lundi, la direction a annoncé le dépôt de bilan après une année particulièrement difficile pour l'entreprise qui s'est déclarée en cessation de paiement à trois reprise depuis 2009. L'an dernier, la dette de l'entreprise aurait atteint 10 millions d'euros selon le représentant de la CGT Claude Point.

>> Société fétiche de Ségolène Royal, Heuliez annonce son intention de déposer le bilan

Bientôt un contrat avec Volkswagen?

Mais la perspective d'un éventuel contrat avec Volkswagen redonne de l'espoir à Heuliez. "Quatre ou cinq" autres sous-traitants seraient encore sur les rangs pour répondre à l'appel d'offre du constructeur allemand. Selon Claude Point, ce contrat apporterait 20 à 30 millions d'euros annuels de chiffre d'affaires à partir de 2014, et porterait sur 3.000 à 6.000 références de pièces détachées, notamment pour des véhicules en fin de vie.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/04/2013 à 0:43 :
C'est bien que des politiques comme Ségolène interviennent pour une part minime du budget régional destiné à l'aide aux entreprises afin de sauver des secteurs d'avenir comme Heuliez dont la part aéronautique est profitable et dont les véhicules comme Mia électriques sont très bien classés sur le plan technique par plusieurs revues spécialisées. Il est mieux que l'argent aille vers ce type d'entreprises même si la situation est difficile que dans les doublons administratifs très nombreux en France et qui nécessiteraient une simplification comme l'évoquait à juste titre Bayrou avec sa pétition pour la moralisation de la vie politique (trop de députés et sénateurs en France, trop de doublons administratifs côuteux etc). Le dépôt de bilan ne signifie pas la faillite et l'on verra dans quelques années si les choix d'Heuliez et Mia ont été bons. En tous cas se sont des entreprises techniquement performantes et d'avenir qui méritent d'être soutenues le temps du creux de la crise.
Réponse de le 14/04/2013 à 22:51 :
+1
a écrit le 11/04/2013 à 20:58 :
volkswagen? vous rigolez. ils ne vont pas prendre un canard boiteux comme fournisseur.
Réponse de le 12/04/2013 à 0:46 :
S'ils le prennent comme fournisseur, il ne sera plus boîteux. Le choix est régi par bien d'autres critères notamment de technicité, heureusement, sinon bien des entreprises notamment start-up performantes ne dureraient pas longtemps.
Réponse de le 12/04/2013 à 9:11 :
floppy lorsqu'un client comme VW retient un fournisseur il prend en compte divers critères, le savoir faire,le cout,la qualité, le respect des délais de livraison,sa capacité financière pour respecter ses engagements contractuels etc.....Si le marché est signé VW enverra sur place des ingénieurs et techniciens pour conseiller et suivre les process de fabrication et il n'y a là rien d'extraordinaire c'est la vie courante du monde industriel .
a écrit le 11/04/2013 à 19:10 :
Peut être qu'un jour les socialistes comprendront que la personne la plus importante d'une entreprise c'est le client et personne d'autres ! Quand il n'y a plus de client, il n'y a plus d'entreprise, c'est aussi simple que cela. Et toutes les opérations acharnement thérapeutiques n'y feront rien. Le problème c'est que les contribuables de la région viennent de perdre leur mise (5 M? je crois). Dans l'ambiance actuelle, ça tombe plutôt mal !!! Le CV de Mme ROYAL en matière de redressement d'entreprise devrait la conduire à démissionner tout de suite de la BPI, où selon Mr JOUYET (un autre pote de la promo Voltaire) son background justifiait complètement sa nomination ! Surréaliste !!!!!!
Réponse de le 12/04/2013 à 0:57 :
Heuliez a des clients mais traverse comme beaucoup d'entreprises un passe difficile. C'est une entreprises sans doute viable et profitable à terme donc la question est plutôt : doit-on la soutenir temporairement avec à terme des résultats et retombées profitables car elle a de l'avenir ou bien la laisser tomber car elle n'aura jamais de résultats profitables et qu'elle est sans avenir. A priori c'est le premier cas, c'est une entreprises qui a beaucoup d'atouts techniques. On se souvient de Thomson qui avait été vendu pour 1 franc symbolique et qui valait des millions quelques années plus tard. Ségolène a une vision d'ensemble sur sa région et elle est assez juste car il y a eu toute une planification d'indépendance énergétique, d'energies renouvelables etc avec déjà beaucoup de résultats, retombées et complémentarités. Mia en est un maillon et ce serait sans doute dommage de le lâcher car ce modèle de développement dépasse très largement la région Poitou-Charentes et concerne de nombreuses régions et états dans le monde.
a écrit le 11/04/2013 à 16:10 :
Segolene qui se presentait comme celle qui avait sauvé Heuliez , va pouvoir se remettre au turbin ! sauf que la mise de la region Vendée va pouvoir être passée aux " pertes et profits" ! merci aux contribuables !esperons qu'elle ne va pas entrainer la BPI dans la galere
Réponse de le 11/04/2013 à 17:15 :
La Vendée n'est pas une région ... mais un département situé dans la région Pays de Loire, Heuliez est situé dans le département Deux Sévres département de la région Poitou Charentes dont la présidente est Ségolène !!!!!!!
a écrit le 11/04/2013 à 15:57 :
C?est une république bananière avec des politiques imbéciles. Il n?y a pas de justice, c?est une organisation qui fonctionne sur l?oppression et la paupérisation ! On ne va pas dans une monnaie forte avec une économie sous compétitive ! On traite les gens en entreprise comme on les traitait dans les camps de concentration?
a écrit le 11/04/2013 à 15:51 :
Nous avons un sérieux problème dans ce pays. L?effondrement économique qu?on appelle suicide collectif organisé par le monde politique. Il existe aussi une injustice flagrante et scandaleuse : le droit au travail n?est pas appliqué, ce qui est un attentat à la dignité humaine. De plus, le système de formation est une arnaque, on a formé des gens à la recherche qu?on a refusé d?embaucher. Il existe de plus un attenta au salut public ce dont on parle actuellement : la fin de l?industrie par la sous innovation. Payer une école pour qu?elle fabrique de l?illettrisme est un scandale ! Les retraites ne sont pas financées et le niveau de vie recule alors que le chômage augmente. Ne faudrait-il pas remettre ce pays dans la voie du progrès alors que la moitié des français n?ont pas voté aux dernières législatives. C?est un système qui fonctionne sur le mensonge, voyez l?affaire des retraites avec un déficit abyssal de 27 milliards pour Février qui condamne les salaires du public. La sécurité pour les uns, la sécurité pour les autres, c?est inacceptable ! On note aussi les suicides d?entreprises et les tortures dans la société qui doivent nous conduire à la révolte contre la barbarie et l?oppression du genre humain ! La justice on croit rêver, à peine 33 instructions ont lieu contre 176 en Allemagne pour les affaires de corruption transnationales. C?est un régime qui paye des gens à ne rien faire et qui démolit les classes moyennes qui triment alors que les riches font de l?évasion fiscale ! Qui appelle cela démocratie quand on foule aux pieds la liberté du travail ! Cette Europe est jeunicide ! Ralliez la résistance !
Réponse de le 11/04/2013 à 16:13 :
Correction: la sécurité pour les uns, la précarité pour les autres. La spoliation infâme des jeunes générations!
a écrit le 11/04/2013 à 13:34 :
Un 3èm redressement, avec les concours publics (nos impôts), des pilotages/pressions de "politiques" qui ne connaissent que très peu de choses en matière d'entreprises, marché... (cf. business plan de la filiale véhicules électriques 12 000 ventes prévues, 800 de réalisées!!). dans le cas présent on compte sur une commande d'un industriel allemand, dans le cadre d'un appel d'offres où il reste encore 5 entreprises en lice! Pourquoi cet industriel prendrait-il d'ailleurs un tel risque en passant commande à Heuliez qui n'a plus de surface financière pour apporter les garanties requises, à moins qu'encore une fois les "garanties publiques" ne soient mises à contribution.....
sans compter ici les contributions sous forme de "conseil", "accompagnement"....d'on ne sait combien d'organismes publics/parapubliques qui apportent gracieusement leurs temps, mais qui eux aussi sont payés par les contribuables!!).
STOP à la gabegie!: affectez l'argent aux projets porteurs et non aux entreprises et secteurs d'activité non compétitifs, moribonds, et ici en l'occurrence "mort-nés" bien que deux fois déjà ressuscités!
Réponse de le 11/04/2013 à 13:57 :
loubrehou ce n'st qu'un début...... ségolène a été nommée vice présidente de la BPI
Réponse de le 11/04/2013 à 14:38 :
elle est ou la reine SEGOLENE ...et madame 35 h ....rien a foutre demerd....vous ...nous on passent a la caisse ....les copains d abords.......
Réponse de le 11/04/2013 à 16:26 :
le pire, c'est que si on regarde tout ça avec un regard de « praticien de la restructuration entreprise », la manière dont la région Poitou-Charentes est intervenue dans cette boîte est encore, et de loin, la meilleure (ou la moins mauvaise). Certes il s'agit d'argent public, mais les montants restent raisonnables (à comparer avec les 400 millions d'euros envisages pour Florange), avec un vrai projet de reprise/redressement conduit par un vrai industriel qui a réellement investi? Après, reste ce que tous les professionnels du financement en haut de bilan savent : une reprise d'entreprise, c'est plus de 50 % de chances d'échec. Un projet de type start-up, genre la Mia (ou s'est trouvé un investisseur privé pour mettre 10 fois plus que la région!), c'est plus de 70 %de casse? Mais en terme de schémas de refinancement, ce qui a été fait est loin d'être idiot?c'est même plutôt sensé, et ça a le mérite d'avoir été tenté plutôt que de s'être résigné. Au pire, une reprise avec de la casse aujourd'hui vaut toujours mieux qu'une liquidation totale hier... le vrai reproche à faire à Ségolène sur ce coup la, c'est la vantardité : avoir une idée courageuse et pas forcément idiote ne réduit pas automatiquement risque d'échec économique inhérent à toute projet d'entreprise, il aurait mieux valu connaître la suite de l'histoire avant de claironner sur tous les toits qu'on est la meilleure !soyons optimistes, elle va peut-être enfin comprendre les choix auxquels sont confrontés les investisseurs et les chefs d'entreprises !
Réponse de le 11/04/2013 à 18:12 :
@sherpa +1 exellente analyse, le hic c qu on en est au 3 eme cessation de paiement en 4 ans. Tous ces plans de redressement dont plutôt des plans de chasses aux subventions, faut il continuer ?
Errare humanum es, perseverare diabolicum !
Réponse de le 11/04/2013 à 18:58 :
autant la manip du 2éméplan était de la chasse aux subventions, autant là, la projet BGI était un vrai projet...D'ailleurs, à priori, le groupe, sauf découverte surprise, n'en a rien tiré d?immédiat. le vrai problème va justement être de retrouver un repreneur équivalent..mais avec plus de surface, pour pouvoir passer le cap..et encaisser l'inexistence du segment "voiture électrique "
Réponse de le 12/04/2013 à 6:38 :
Tahiti6 tout a fait d' accord sur l inexistence du segment tout électrique, en fait le vrai problm est le stockage de l électricité que personne n a encore maitrise en terme d' efficience , de cout et de rapidité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :