Catalogne : de nombreux blessés après des heurts avec la police

L'intervention de la police pour empêcher la tenue d'un référendum d'autodétermination en Catalogne a provoqué de violents heurts avec des militants catalans. Les services de santé de la région ont répertorié près de 90 personnes blessées. Le ministère de l'Intérieur, de son côté, a déploré onze policiers blessés.

2 mn

Les heurts se sont multipliés en Catalogne alors que la police tentait d'empêcher la tenue d'un référendum d'autodétermination jugé illégal par Madrid.
Les heurts se sont multipliés en Catalogne alors que la police tentait d'empêcher la tenue d'un référendum d'autodétermination jugé illégal par Madrid. (Crédits : ENRIQUE CALVO)

Au moins 91 personnes ont été blessées dimanche dans des heurts quand la police a voulu empêcher la tenue d'un référendum d'autodétermination en Catalogne, ont annoncé les services de santé de la région.

Une porte-parole a précisé que les services de santé avaient "accueilli 337 personnes dans les hôpitaux et centres de santé".

La porte-parole a précisé que sur ce total elle n'avait confirmation que de "90 blessés et un autre blessé grave", touché à l'oeil. Le tri n'avait vraisemblablement pas été finalisé pour les autres.

Ces services de santé, a-t-elle précisé, classent les personnes traitées dans les hôpitaux en cinq catégories: les blessés légers (pouvant comprendre des personnes choquées, ayant des maux de tête et des contusions...), les blessés moins graves, les blessés graves et les blessés en état critique et les morts.

Le ministère de l'Intérieur a fait état de son côté de neuf policiers et deux gardes civils blessés.

Dès l'aube, des centaines de personnes s'étaient massées devant les bureaux de vote prévus par l'exécutif catalan pour la tenue d'un référendum d'autodétermination que la justice a interdit.

Leur objectif était non seulement de voter mais de "protéger" pacifiquement ces sites en barrant l'accès à la police.

Des balles en caoutchouc utilisées par la police

Mais en milieu de matinée la police nationale et la garde civile sont entrés de force dans différents bureaux, notamment à Barcelone et à Gérone, le fief du président séparatiste Carles Puigdemont.

Dans certains cas, elle a chargé ceux qui lui opposaient de la résistance, utilisant des balles en caoutchouc selon les témoins interrogés par l'AFP.

Ces scènes de tensions ont été enregistrées par les militants et rapidement diffusées sur les réseaux sociaux, qui montraient aussi comment certains étaient bousculés par la police, parfois à coups de matraque, en refusant de partir.

Une autre scène diffusée par un militant pro-référendum montrait des manifestants criant "assassins, assassins" et encerclant en levant les mains un groupe de policiers anti-émeutes.

(Avec AFP)

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 16
à écrit le 03/10/2017 à 12:45
Signaler
héhé , dans tout politicien espagnol, faut pas gratter longtemps pour trouver le franckiste qui sommeille. Sont entrés trop tôt dans la communauté européenne.

à écrit le 02/10/2017 à 9:27
Signaler
C'est sympa la democratie en europe. Quand tu votes contre, ils decident du contraire, quand tu veux voter on te casse la gueule. Pendant tout l'hiver j'ai "participe" aux manifs anti presidente ici a Seoul, qui a ete depuis destituee, pas un seul f...

à écrit le 02/10/2017 à 6:32
Signaler
Non l'Europe ne soutien pas l'initiative catalane ce serai reconnaître le référendum en Crimée les catalans disent restés dans l'Europe pour contrebalancer vis à vis du pouvoir centrale de l'Espagne il veulent rester Pacifique mais la force est tou...

à écrit le 01/10/2017 à 22:50
Signaler
La police n'est pas très Charlie apparemment.

à écrit le 01/10/2017 à 22:43
Signaler
Rajoy ne voit que l'argent il sait que sans la catalogne sont restant de pays rejoindrait la Grèce en moins de 24h. Il ferait pire qu' Assad si il le fallait et là croyez moi tout les européens n'y verrait rien de mal, car comme ils le disent "a ...

à écrit le 01/10/2017 à 22:38
Signaler
Assad est plus légitime que rat rouille.

à écrit le 01/10/2017 à 18:20
Signaler
C 'est la démocratie façon Union Européenne où les peuples ne doivent pas s'exprimer et ne doivent surtout pas se prononcer sur leur avenir. Vivement que cette imposture se termine et que l'Europe ne soit plus qu'un mauvais souvenir.

le 01/10/2017 à 20:48
Signaler
C' est plutôt tout le contraire , c' est intentionnel et cette attitude a le soutien en sous-main de Bruxelles. C' est la prochaine étape qui conforte le plan européiste de destruction des états-nations au bénéfice des euro-régions ; seul l' UPR e...

à écrit le 01/10/2017 à 17:36
Signaler
Voilà tout ce dont notre UE est capable de répondre face à la volonté populaire, face à la possibilité d'un peuple de s'exprimer, la violence. Rajoy en bon petit soldat du dogme s’exécute alors que si ça se trouve en autorisant un référendum avec...

le 01/10/2017 à 18:12
Signaler
Mais vous êtes barré ou quoi ? Vous lisez ce qui vous arrange ! L'EU n'a rien à voir la-dedans !

le 01/10/2017 à 18:36
Signaler
L'UE n'est pour rien dans le fait que la constitution espagnole ne permet pas un tel référendum. Là où je vous rejoins c'est que l'option indépendantiste n'est probablement pas majoritaire en Catalogne (aux élections locales la majorité indépendan...

le 02/10/2017 à 8:45
Signaler
"L'EU n'a rien à voir la-dedans ! " Rajoy est un bon petit soldat qui ne fait que suivre les injonctions de l'UE, s'il a envoyé la police pour empêcher la tenu de ce référendum c'est avec l'aval des autorités européennes. A aucun moment Rajoy...

le 02/10/2017 à 21:29
Signaler
@citoyen Puigdemont n'est pas -encore- un criminel mais déjà un séditieux, un factieux et un délinquant au regard du droit de son pays. D'ores et déjà il pousse une partie de la population catalane à provoquer des incidents pour avoir de belles imag...

le 03/10/2017 à 13:27
Signaler
"Puigdemont n'est pas -encore- un criminel " Vous vous rendez compte que là vous ne faites que confirmer mon propos ? Quand il sera un criminel comme milosevic vous pourrez le comparer à lui, en attendant on en est très loin, arrêtez d'avoir peur...

le 03/10/2017 à 20:10
Signaler
@citoyen : je fais partie des 1% qui savent placer les Balkans sur une carte. Et oui, j'ai peur des nationalismes et des logorrhées nationalistes dont je sais très bien à quelles monstruosités ils conduisent souvent.

le 05/10/2017 à 9:35
Signaler
"je fais partie des 1% qui savent placer les Balkans sur une carte." Oui je sais que votre personne vous est très importante mais du coup vous n'êtes pas représentatif de la majorité des gens, ce dont je parle, les cas particuliers ne m’intéresse...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.