Comment PSA et Fiat ont consolidé leur futur mariage

 |  | 1031 mots
Lecture 5 min.
(Crédits : Regis Duvignau)
Les deux groupes automobiles ont modifié les termes de leur contrat de fusion. Il s'agit surtout de revoir à la baisse les compensations financières des actionnaires. Le principe d'une fusion d'égal à égal est maintenu, malgré les critiques sur un déséquilibre très favorable aux actionnaires de Fiat Chrysler. Faurecia, filiale de PSA, victime collatérale de ce nouveau pacte, plonge en Bourse.

La fusion géante entre Fiat Chrysler (FCA) et PSA (Peugeot, Citroën, DS, Opel) aura bien lieu... Et ce n'est pas le Covid qui y changera quoi que ce soit. Les deux groupes l'ont encore prouvé hier soir, après la publication d'un communiqué qui revoit certains aspects de la fusion, mais qui préservent le principe d'une fusion à 50-50.

Un dividende divisé par deux côté italien

C'est notamment sur les compensations financières que le contrat de fusion est modifié. Ainsi, les actionnaires de FCA voient leur dividende exceptionnel carrément divisé par deux à 2,9 milliards d'euros. Il faut dire qu'initialement, ce dividende s'élevait à 5,5 milliards d'euros, et qu'entre temps, le groupe a eu recours à un prêt garanti par l'Etat italien d'environ 7 milliards d'euros. Politiquement, cette disposition était très critiquée. Les actionnaires de FCA, parmi lesquels la famille Elkann (28% du capital), se consoleront néanmoins puisqu'à la place, ils recevront 23% du capital de l'équipementier automobile français Faurecia. C'est l'autre point du communiqué d'hier. Initialement, PSA devait redistribuer les 46% qu'il possède de Faurecia à ses propres actionnaires. Dorénavant, cette redistribution se fera après la fusion et...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/09/2020 à 8:21 :
Étranges manœuvres financières de mauvaise augure en ce qui concerne la stratégie industrielle du groupe qui commence par de basses pratiques comptables pour les actionnaires.

"Car chez ces gens là monsieur, on ne pense pas monsieur, on ne pense pas, on compte" Jacques Brel
a écrit le 15/09/2020 à 19:32 :
Les italiens ne peuvent pas.poser de conditions.Psa est mieux positioner sur le marché.Le ventes de FCA group a l'exception de Jeep sont catastrophiques.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :