Fusion Peugeot-Fiat : pourquoi la Commission européenne met la pression

 |   |  736  mots
(Crédits : Stephane Mahe)
D'après des rumeurs de presse, la Commission européenne n'aurait pas reçu les engagements suffisants permettant de remédier à des positions dominantes sur certains segments. Elle pourrait prolonger de plusieurs mois son processus d'examen, provoquant la chute des titres PSA et FCA en Bourse...

Chez PSA, on a plusieurs casseroles sur le feu... Il y a bien la casserole "crise du covid" en ébullition et qui mobilise toutes les équipes pour répondre présents lors de la reprise économique. Mais une autre casserole jusqu'ici maintenue à feu doux (en remuant de temps en temps) semble désormais à bout de cuisson: il s'agit du non moins crucial et historique examen du projet de fusion PSA-FCA par les autorités de la concurrence de la Commission européenne.

Eviter la phase II

Alors que la première phase d'examen arrive à son terme le 17 juin, avec possibilité de prolongement de dix jours, les Etats-majors des deux groupes automobiles s'inquiètent du risque que la Commission enclenche une "phase II", là où ils espéraient un feu vert dès juin...

"L'enjeu pour PSA et FCA est d'obtenir un feu vert dès la phase I de la procédure ; si la Commission européenne...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/06/2020 à 20:20 :
N'oublions pas que l'Europe est dirigée par les Allemands, ils détiennent les postes principaux, le rapprochement entre PSA et FCA représente un danger pour ...VAG ceci peut expliquer cela non ?
a écrit le 13/06/2020 à 12:53 :
Pechiney acheté en 2003 par Alcoa (Canadien) qui lui-même se fera acheté en 2007 par Rio Tinto (Anglo-australien) – Plus que deux usines en France ( sur 41 sites en France en 2003)
Alsthom turbine à gaz acheté par GE (fusion Alsthom-Siemens refuse par Bruxelles) – le site historique de Belfort sera bientôt ferme
Arcelor acheté par Mital (indien) en 2006 – Plus de haut fourneaux en France
Alcatel fusionne avec Lucent (Américain) mais rapidement toutes les décisions seront prises depuis les USA…Alcatel qui sera revendu en 2015 a Nokia (Lucent Technologie étant a l`agonie)
Lafarge fusionne en 2015 avec Holcim (Suisse) mais très rapidement ce seront les suisses qui décideront. Le siège social étant …en suisse
Les chantiers de l`atlantique revendue aux sud-coréen STX Shipbuilding en 2008
Technip marié avec FMC (américain) mais tres vite ce sont les américains qui décideront – Technip reprendra son indépendance en 2021, dépouillé de sa filiale offshore/ subsea la plus rentable et la plus high-tech pour garder la pétrochimie promit a un avenir radieux (avec les voitures électriques imposes par les états européens et la réduction de l`utilisation de plastique non recyclable).

L’Europe (Bruxelles) veut la commercialisation mondiale, la libre concurrence, s`agrandir toujours plus a l`est, mais pas de leader européen.
Dans l`intérêt de qui ? Pas des européens de l`ouest.
Quant à la fusion PSA-Fiat, attention au syndrome Ghosn qui était pour la course aux plus gros volumes de production de véhicules…l`échec cuisant du groupe Renault-Nissan rappelle que ce n`est pas la bonne voie
Fiat est devenue techniquement pauvre et la volonté de l`Amérique vue de PSA (Tavares) restera un mirage : le marché américain est très spéciale et tous les européens se sont casses les dents (Daimler, VW, BMW…) Fiat Chrysler ne commercialisent plus que des véhicules de 10 ans d`age, complètement obsolète, sans parler des pick up qui sont aussi rustiques qu`une jeep willys de 1940 (grosse consommation, trop gros, trop lourd)
Enfin, la fusion Fiat PSA (Fiat sera majoritaire) se fera au détriment des usines françaises, Fiat ayant trop d`usines et beaucoup sont dans des pays à bas coup (Amérique latine, Europe de l`est, Italie du Sud)>
En résumé, Bruxelles n`est pas favorable à cette fusion, et PSA perdra des plumes avec cette fusion (direction italienne, fermeture d`usines, recherche du profit au détriment de la technique).
a écrit le 12/06/2020 à 23:00 :
La Commission ne va qd même pas casser le pt fort des 2 groupes ds les utilitaires légers.
Le périmètre d'appréciation devrait être mondial, sachant que ce soit ds les utilitaires ou le reste du secteur, l'Europe accueille ss restriction aucune, les modèles de ttes les marques mondiales.
Et ces marques comme Toyota,VW, Hyundai...ont une diffusion mondiale autrement plus importantes ds chacun des segments de véhicules, que leurs modestes homologues PSA ou FCA.
a écrit le 12/06/2020 à 19:57 :
Vous oubliez aussi que la commission européenne bloque la fusion STX chantiers naval avec le puissant groupe italien Finmecanica. Tout cela au profit des groupes Asiatiques. En ce qui concerne PSA leur dirigeant sont suffisamment intelligents pour juger de l interet et du bénéfice d une fusion avec FCA. Les jugements negatifs de certain sur le sujet sont " déplacés " ... je ne savais pas qu ils ont accès aux comptes et secrets des 2 constructeurs pour y donner leurs avis
a écrit le 12/06/2020 à 19:21 :
Vous oubliez aussi que la commission européenne bloque la fusion STX chantiers naval avec le puissant groupe italien Finmecanica. Tout cela au profit des groupes Asiatiques. En ce qui concerne PSA leur dirigeant sont suffisamment intelligents pour juger de l interet et du bénéfice d une fusion avec FCA. Les jugements negatifs de certain sur le sujet sont " déplacés " ... je ne savais pas qu ils ont accès aux comptes et secrets des 2 constructeurs pour y donner leurs avis
a écrit le 12/06/2020 à 16:12 :
l'UE persiste à vouloir empêcher la constitution de groupes européens de taille mondiale, Nous avons eu le triste exemple d' Alstom et Siemens et nos technocrates Bruxellois s'entêtent.
On se demande pourquoi , qui a intérêt à ce que l'UE soit faible sur le plan économique?
a écrit le 12/06/2020 à 15:21 :
La cecite de ces pretendus decideurs qu'elle soit volontaire ou non est mortifere pour l'avenir. Rien de concret pour sortir par le haut, a croire qu'ils ont decide d'un suicide collectif, ce qui va advenir. En face la Chine, de l'autre l'oncle Sam qui n'attend que la fin de partie pour en finir avec cette europe.
Les peuples regardent respectueux de leurs institutions qui les moque.
Jusqu'a quand ?
a écrit le 12/06/2020 à 13:04 :
Pendant ce temps :


Les intérimaires de PSA Peugeot-Citroën grincent des dents. Afin de renforcer ses équipes du site d'Hordain (Nord), le géant français de l'automobile va faire venir des salariés d'une usine polonaise. Une décision qui laisse néanmoins de côté les intérimaires, dénoncent les syndicats, à l'issue d'un CSE. La semaine prochaine, un "premier contingent" de 120 Polonais de l'usine de Gliwice - produisant des Opel Astra - va arriver, puis 150 les rejoindront la semaine suivante, tous pour une mission de trois mois, logés par l'entreprise dans la région et payés selon la convention collective française du secteur, a détaillé à l'AFP la direction.La direction, qui soutient ne faire aucune économie avec cette stratégie, envisage aussi de faire venir des salariés de Saragosse (Espagne).La CGT, qui a voté contre, « n’acceptera pas que les travailleurs PSA deviennent des nomades de l’industrie automobile à travers l’Europe ».« On est conscient que PSA veut privilégier l’emploi de ses salariés mais elle met sur le carreau ses intérimaires », a regretté Frédéric Jarousset (FO), qui s’est abstenu. « On ne veut pas que ça devienne une habitude ».
a écrit le 12/06/2020 à 11:32 :
Pourquoi ne parles-vous pas du fait que PSA Peugeot Citroën va faire venir ses salariés polonais à son usine d'Hordain et qu'il envisage aussi de faire venir des salariés espagnols de Saragosse ?
a écrit le 12/06/2020 à 8:57 :
Sans être spécialiste, je doute fort de l'intérêt de cette fusion pour PSA. En essayant de regarder objectivement forces et faiblesses des 2, PSA me semble plus avoir à y perdre qu'à y gagner à être lié à un groupe (FCA) dépassé, peu innovant et trop gras. Surtout dans le contexte de ces derniers mois, qui rend le futur très incertain.
Quant aux compétences industrielles de la bureaucratie de la commission européenne, le passé ne parle pas en sa faveur
Réponse de le 13/06/2020 à 1:01 :
à vous lire les patrons de PSA sont stupides de se marier avec FCA.
que savez vous de leurs stratégies ? Que connaissez vous de leur comptabilité ? de leur projet ? Ce n'est pas à nous de juger.
Vous reprenez des banalités lus et relus dans des magazines automobiles en mal d'écriture.
Réponse de le 14/06/2020 à 1:06 :
commentaire sans connaitre FIAT; le groupe FIAT
1) n'est pas endetté
2) a environ 10 marques connues dans le monde et peut donc les utiliser dans différents pays et segmenter les marchés
3) est présent sur presque tout les continents et surtout dans les pays ou les marges sont importantes USA Canada (avec ses usines)
4) a les technologies du futur à disposition voiture autonome, voiture hybride, voiture électrique à travers ses coopérations
Tout cela est positif pour PSA et les propriétaires de PSA ainsi que les manager ont bien compris l'intérêt de cette fusion d'ailleurs PSA travaille depuis très longtemps avec le Groupe FIAT … vous en dites quoi ??
a écrit le 12/06/2020 à 8:37 :
Positions dominantes de Peugeot et Fiat? Une très mauvaise plaisanterie (même sans rien n'y connaitre, on ne peut que sourire. La réalité est quand on empêche les professionnels de prendre les ajustements qu'ils jugent nécessaires, on détruit notre système économique. Nous avons beaucoup trop de personnes à Bruxelles qui ne nous servent à rien, si ce n'est empêcher les gens de travailler.
a écrit le 11/06/2020 à 22:53 :
Lacommission rejoue le scenario Pechiney arcelor on brade l'indutrie europeenne au profit de Nissan Toyata et les autres...;

La concurrence a conduit à la disparition de l'aluminium Pechiney
Elle a echoué en essayant de brader l'indutrie férroviaire en interdisnat la fussion Siemens Alstom Il faut continuer comme cea lpour dépendre des chinois des Indiens et des Américains
Réponse de le 12/06/2020 à 14:07 :
Alstom est bien maintenent avec la fusion avec Bombardier c'est optimal.Vous n'avez pas besoin d'une fusion avec des allemands.Les allemands veulent de conquerir le continent.
Réponse de le 14/06/2020 à 0:12 :
La Commission casse des synergies industrielle locales en poussant à dementeler des organisations trop performantes, ss prétexte de position dominante pour faciliter l'accès au marché à des firmes hégémoniques mondiales qui elles, ne souffrent pas en retour d'entrave pour risque de position dominante sur leur propre marché national par des politiciens tatillons et dogmatiques.
Et dire qu'on paye cher tt ce joli petit monde de commissaires et leur staff d'experts zélés pour nous casser la baraque.
Ts les autres doivent se marrer, en particulier les décideurs asiatiques.
a écrit le 11/06/2020 à 20:13 :
Parce que cette commission est sous controle allemand.Ou etait cette commission quand les allemands ont achete presque tout les fabriquants des vehicules en Europe.L'industrie automobile forme plus de 30% de PIB de l'economie allemande.Sans cette industrie ils sont morts.
Réponse de le 12/06/2020 à 8:13 :
Presque tout les fabricants de véhicules ? vw a créé un monstre en achetant des fabricants de camions, moto et voiture haut de gamme, ça n'a rien à voir... Personnellement si la commission peut empêcher le petit, mais rentable, PSA de fusionner avec le gras et gros FIat, j'en serai ravi.
Les conditions de fusion sont trop avantageuses pour Fiat qui est un constructeur moribond depuis bien longtemps. A part l'ouverture au marché américain je ne vois pas quels seraient les avantages pour notre, petit, champion national
Réponse de le 12/06/2020 à 9:18 :
Et si Fiat n'est pas en forme economiquement pk vous et en particulier PSA Group n'achetera pas FCA mais ils se vont fusioner?
Réponse de le 12/06/2020 à 22:31 :
bil36, justement PSA est trop petit et trop centré sur l'Europe, en perte de vitesse en Chine, absent en Amérique du N, très concurrencé en Amérique du Sud par les constructeurs allemands dt VW.
Ses plateformes doivent couvrir en volume plus de modèles pour devenir encore plus compétitives.
Sa marque premium DS ne produit pas plus que 50 000 voiture, autant que Maserati, une misère comparés aux centaines de milliers de premium sortis des chaînes germaniques.
a écrit le 11/06/2020 à 18:49 :
Parce que seuls les constructeurs automobiles allemands font ce qu'ils veulent quand ils veulent en UERSS empire prévu pour durer mille ans, les autres étant condamnés par les autorités européennes à rester derrière les allemands.

La nostalgie de la bonne vieille époque certainement.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :