Tesla : dernière ligne droite avant la grande bascule de la Model 3

L'arrivée de la Model 3 doit permettre à Tesla de changer de dimension industrielle. Elle va surtout poser le défi de la montée en cadence industrielle. Tesla ambitionne d'atteindre une capacité de production de 500.000 voitures en 2018, contre 90.000 en 2016. Les marchés continuent néanmoins de donner crédit à Elon Musk pour aller jusqu'au bout de cette ambition, qui ne pourrait être qu'une étape...
Nabil Bourassi
La Model 3 a déjà été pré-commandée à 373.000 unités.
La Model 3 a déjà été pré-commandée à 373.000 unités. (Crédits : © Reuters Staff / Reuters)

Elon Musk va-t-il cette fois remplir ses objectifs ? Le fondateur de Tesla démarre bien l'année en tout cas avec des chiffres records de livraisons de ses Model S et Model X, des voitures de luxe 100% électriques. Avec 25.000 commandes honorées soit une hausse de 69% en un an, le constructeur californien fait mieux que ce qui était attendu par les analystes. Il n'en fallait pas plus pour faire exulter les marchés qui font grimper le titre à des sommets à plus de 291 dollars, soit une hausse de 4,7% au début des échanges à Wall Street ce lundi.

Levée de fonds imminente

Cette performance présage positivement l'objectif de 47 à 50.000 livraisons au premier semestre 2017. Elle donne surtout la température des marchés qui vont être prochainement sollicités pour participer à une nouvelle levée de fonds de 1,15 milliard de dollars par l'entreprise californienne, dont 750 millions de dollars en obligations convertibles.

Les investisseurs continuent donc de soutenir Elon Musk avec une valorisation boursière qui frôle désormais les 50 milliards de dollars, tandis que Ford qui gagne pourtant 20 fois plus d'argent et produit plus de 6,5 millions de voitures par an, est côté 45 milliards de dollars sur la même place boursière.

Valorisation boursière de Tesla par Statista

Crédits : Statista.

Le marché a pourtant toutes les raisons d'être prudent. Tesla est passé à côté de ses objectifs 2016. Elon Musk avait promis entre 80.000 et 90.000 livraisons sur l'année, elles n'ont été que de 76.000. Le flamboyant patron avait promis de repasser dans le vert ? Tesla s'est contenté de réduire son déficit de 7% (667 millions de dollars) alors même que son chiffre d'affaires s'envolait de 75% à 7 milliards de dollars.

Assoiffé de cash

Pourtant, Tesla a besoin de cash... D'abord parce qu'il brûle énormément de trésorerie : près de 770 millions de dollars en 2016. Le rachat de Solar City l'été dernier pour 2,6 milliard de dollars n'a rien arrangé. Ensuite, l'arrivée de la Model 3 qui doit être une voiture à fort volume nécessite de bousculer toute la chaîne de production de l'usine de Freemont en Californie.

Elon Musk veut passer d'une capacité de production de 90.000 à 500.000 voitures... en 2018 ! Un objectif qui a été avancé de deux ans. Dans un secteur où la mise en place de process industriels est longue et coûteuse, cet objectif parait inatteignable. Chez Tesla, on rappelle cependant que l'usine de Freemont (rachetée à en 2010 à General Motors et Toyota) est configurée pour produire 500.000 voitures par an. Le groupe ajoute que la Model 3 a été conçue pour être beaucoup plus simple à produire que ses aînées. Les marchés espèrent que ce soit aussi simple puisque près de 373.000 unités ont déjà été réservées par les consommateurs.

La Gigafactory prête à fournir Freemont en batteries

En signe de gage, le constructeur automobile indique que sa "gigafactory" dans le Nevada est sur le point de passer à la production des cellules qui équiperont les batteries des Model 3 qui sortiront des lignes dès le mois de juillet. Elon Musk espère démarrer sur une cadence de 5.000 voitures par semaine avant de monter au rythme de 10.000 voitures par semaine en 2018.

Finalement, l'avenir de Tesla pourrait se jouer dans les 18 prochains mois. Elon Musk doit prouver qu'il est capable d'atteindre ses objectifs industriels avec tout ce que cela implique en termes de qualité. Mais il faudra également démontrer qu'il est possible de se maintenir à ce niveau de valorisation avec 500.000 voitures par an. Elon Musk pourrait ainsi être contraint de multiplier les annonces ces prochaines années qui, chacune, aura un coût qu'il faudra couvrir...

Nabil Bourassi

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 04/04/2017 à 16:03
Signaler
Jusqu'à quand Elon Musk va-t-il pouvoir faire courir son entreprise de cavalerie financière? Là est la vraie question.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.