Whirlpool : l'usine de sèche-linge d'Amiens (et ses 290 emplois) emportée dans le tourbillon des délocalisations

 |   |  349  mots
Le groupe va également réorienter début 2018 sa production dans son usine de Yate au Royaume-Uni, qui va se concentrer sur des produits spécifiques destinés aux marchés britannique et irlandais.
Le groupe va également "réorienter" début 2018 sa production dans son usine de Yate au Royaume-Uni, qui va se concentrer sur des produits spécifiques destinés aux marchés britannique et irlandais. (Crédits : © Christopher Aluka Berry / Reu)
Au nom "de la sauvegarde de sa compétitivité" et de "plus fortes économies d'échelle", Whirlpool faire de son usine de Lutz, en Pologne, sa nouvelle plateforme de production pour la région Europe, Afrique et Moyen-Orient.

Le fabricant américain d'électroménager Whirlpool ("tourbillon", en français) a annoncé mardi son intention de cesser la production de sèche-linge dans son usine d'Amiens au 1er juin 2018, pour la délocaliser en Pologne, dans le cadre d'une restructuration de ses activités européennes dans ce segment. "Whirlpool France fera tout son possible et engagera les ressources nécessaires" pour trouver un repreneur pour son site d'Amiens, qui emploie 300 personnes, ainsi que "de nouvelles activités pour attirer des emplois", ajoute le groupe dans un communiqué. "Aucune suppression d'emploi n'aura lieu en 2017" à Amiens, et "Whirlpool France mettra en oeuvre toutes les mesures sociales nécessaires pour identifier des solutions durables pour les employés."

"Après Goodyear, c'est notre tour"

"La région va encore souffrir, après Goodyear, maintenant c'est notre tour", a déploré auprès de la presse Frédéric Chanterelle, élu CFDT, devant le portail de l'usine. "C'était plus ou moins attendu, mais ça reste un choc", a-t-il ajouté, évoquant de futures "actions" de contestation organisées par l'intersyndicale: "Si on en reste à de simples débrayages, ça sera beau...", a-t-il ironisé.

"Il y a un sentiment de travail inaccompli", a pour sa part témoigné Antonio Abrunhosat, délégué CGT. "Nous avons fait de nombreux efforts avec des accords de compétitivité, et on s'aperçoit que tout ça, pour les multinationales, ça n'a aucun sens".

Un contexte concurrentiel

L'usine existante du groupe à Lodz (centre de la Pologne) est appelée à devenir "le point central" de sa nouvelle plateforme de production de sèche-linge pour la région Europe, Afrique et Moyen-Orient (EMEA), afin de bénéficier de "plus fortes économies d'échelle".

Whirlpool a justifié cette restructuration au nom "de la sauvegarde de (sa) compétitivité" dans cette région, dans un contexte "de plus en plus concurrentiel". Le groupe va par ailleurs "réorienter" début 2018 sa production dans son usine de Yate au Royaume-Uni, qui va se concentrer sur des produits spécifiques destinés aux marchés britannique et irlandais.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/01/2017 à 7:46 :
une fois le dernier site ferme
il faut interdire la vente des produits de cette marque en France
copie m trompe
a écrit le 24/01/2017 à 20:23 :
Une seule solution le boycott de tout ce qui vient de whiipool. Il faut que l'on sauve nos ouvriers et nos employés. Sinon plus de commerce.
a écrit le 24/01/2017 à 20:22 :
Comme dirait Trump, vous n'allez pas fermer une usine en France pour fabriquer en Pologne pour vendre ensuite en France. Ou alors 35% de droit de douane. Ca c'est un président.
a écrit le 24/01/2017 à 20:02 :
Trump a raison, les délocalisations, ça suffit!!!
a écrit le 24/01/2017 à 18:45 :
L'Europe est devenue une jungle industrielle qu'il convient de démonter sans attendre,

avec les impôts des Français versés à l'Europe, les malins de tous poils Polonais, Tchèques Roumains et autres pays de l'Est se font payer par subventions de Bruxelles leurs usines flambant neuves, avec des équipements productifs machines outils neuves dernières générations

et ensuite comme ils n'ont pas réellement payé ces usines et machines outils, ils viennent massacrer et aspirer tous les marchés de sous-traitance et de production industrielle en France ;

Certes il faut un Frexit, mais il faut surtout raser brûler tous les batiments de l'europe et leurs dépendances à Bruxelles et ailleurs.
a écrit le 24/01/2017 à 17:52 :
Ou alors c est Mr Hamon avec son salaire universelle qui leur a fait peur...
a écrit le 24/01/2017 à 17:52 :
Étonnant malgrès l'argent à flou distribuées aux entreprises ?! (CICE) ,ça ne leur a pas suffit ou alors ils en ont profiter puis bye bye...
a écrit le 24/01/2017 à 17:45 :
Quand on parle de Pologne, ce n'est pas pour les gains salariaux qui sont somme toute assez réduits mais avant tout pour une législation du travail plus souple et des salariés qui ne disent pas le lundi matin à la machine à café, vivement le week end prochain et je n'ai pas encore pris tous mes congés maladie.
Réponse de le 24/01/2017 à 22:23 :
Ah oui, c'est sûrement grâce à ces multiples pauses cafés que nous avons une des meilleures productivités mondiales...
Et je parie que vous ne connaissez aucun polonais.
a écrit le 24/01/2017 à 17:22 :
Achetons une autre marque que whirlpool qui ne soit pas fabriqué en Pologne
a écrit le 24/01/2017 à 17:13 :
"pour la délocaliser en Pologne"

La direction va surement dire aux salariés pour les rassurés, vous voyez cela reste en Europe, un classique aujourd'hui.
a écrit le 24/01/2017 à 16:38 :
Et cela va continuer de concert nos dirigeants ne veulent plus de la France
il va falloir racourcir quelques tetes et sortir de cette Europe sinon c'est notre mort assurée!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :