Le BTP craint un « terrible coup de balancier »

 |  | 123 mots
Lecture 1 min.
L'activité des travaux publics (TP) est toujours forte. Les carnets de commandes des 8.000 entreprises du secteur sont pleins. Mais la profession craint la raréfaction du crédit n'affecte notamment les capacités d'investissement des collectivités locales qui génèrent 46% de l'activité du secteur.

« Il ne faut pas crier avant d'avoir mal, [mais nous sommes face] à un cocktail un peu explosif». Patrick Bernasconi, le président de la Fédération nationale des travaux publics (FNTP), constate que l'activité des travaux publics (TP) est toujours forte. Les carnets de commandes des 8.000 entreprises du secteur sont pleins (5,2 mois). Mais, [depuis le printemps] «l'horizon s'est assombrit, le coup de balancier est terrible», constate-t-il.

La profession a l'habitude de connaître un ralentissement dans les mois qui suivent les élections municipales, les équipes nouvellement élues prenant souvent le temps de faire l'inventaire des projets d'infrastructures avant de lancer de nouveaux travaux. Mais elle craint que ce « cycle municipal » ne soit suivi par un cycle plus long et plus durable lié

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
En ce qui concerne le secteur du bâtiment, mon entreprise de rénovation est passée sur son en-cours de commande de 18 mois à 1...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Selon la CGT de la construction, le BTP compterait entre 200 000 et 300.000 salariés sans-papiers (clandestins).
Sources : http://www.batiactu.com/data/07102008/07102008-182145.html

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :