Pierre Fabre limoge à nouveau son directeur général

 |   |  503  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : DR)
Olivier Bohuon, arrivé en septembre, aura tenu encore moins longtemps que son prédécesseur. La mainmise de Pierre Fabre, 85 ans, sur le groupe, rend sa succession problématique.

Il ne fait pas bon d'être directeur général chez Pierre Fabre. Selon nos informations, Olivier Bohuon, qui a pris les commandes du laboratoire pharmaceutique en septembre dernier, est sur le départ. "A Castres [Tarn, siège du groupe, Ndlr], on ne parle que de cela. L'annonce devrait être faite dans les jours à venir", indique un proche du dossier. L'intéressé, 51 ans, avait succédé à Jean-Pierre Garnier, ancien patron du britannique GSK, lui-même remercié moins de deux ans après sa nomination. Olivier Bohuon était arrivé de Chicago où il assurait les fonctions de vice-président exécutif du laboratoire américain Abbott. Chez Fabre, il pilotait aussi la branche médicaments.

Impossible de toucher au domaine réservé de Pierre Fabre

La cause de son départ?? "Comme avec Jean-Pierre Garnier, les choses ont commencé à se gâter lorsqu'Olivier Bohuon s'est attaqué aux domaines réservés du président-fondateur Pierre Fabre", croit-on savoir dans l'entourage du troisième laboratoire français derrière Sanofi et Servier. À savoir, les activités de dermo-cosmétiques du groupe (marques Avène, Klorane et Ducray), qui représentent la moitié du chiffre d'affaires (sur un total de 1,8 milliard d'euros en 2009) devant les médicaments de prescription et l'automédication.

Placée sous la responsabilité de Jacques Fabre, le neveu du patron, la dermo-cosmétique a été épargnée par le vent de modernisation ? et d'une remise en ordre financière ? insufflé par Jean-Pierre Garnier à la branche pharmacie. Au point qu'Olivier Bohuon aurait parlé de "musée" à leur propos... Ces velléités de réforme semblent avoir été le point d'orgue d'une relation déjà difficile avec le fondateur du groupe?: "Olivier Bohuon vivait à Paris beaucoup plus qu'à Castres, organisait les réunions dans la capitale", relate-t-on en interne. Un crime de lèse-identité pour une entreprise ancrée dans le Tarn au point d'être le deuxième employeur privé de Midi-Pyrénées (derrière Airbus). Pierre Fabre compte plus de 9.000 salariés dans le monde.

Une fois de plus tout est à refaire

Ce nouveau départ pose une fois de plus la question de la succession chez Pierre Fabre dont le dirigeant, âgé de 85 ans et dépourvu d'héritiers directs, a logé son groupe dans une fondation. Une situation qui n'est pas sans rappeler celle de Servier, l'autre grand laboratoire français indépendant, dont la gouvernance est plus que jamais remise en question aujourd'hui sur fond de scandale Mediator.

A l'inverse de Servier où l'on peine à identifier les numéros deux, chez Fabre toutefois ils sont un peu trop nombreux et changeants. Bien avant Jean-Pierre Garnier et Olivier Bohuon, en 2001, c'est Jean-Luc Bélingard (devenu par la suite patron d'Ipsen) qui avait démissionné après une fusion avortée avec Biomérieux. Il avait été remplacé début 2003 par Roch Doliveux, parti chez le belge UCB dès l'automne de la même année. Aujourd'hui, une fois de plus, tout est à refaire.

Audrey Tonnelier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/10/2011 à 21:51 :
3ème labo français... depuis le scandale du médiator peut-être qu'il a pris du ...
Mr Fabre est un grand homme mais les autres profiteurs de l'intérieur...?? jusqu'à quand?
a écrit le 02/02/2011 à 20:24 :
Manager sans saveur et sans panache qui n'a rien compris a ce que nous faisons a Lavaur.
a écrit le 30/01/2011 à 21:15 :
"Modernisation" et "remise en ordre financière" pour la dermo-cosmétique est complètement stupide quand on connait le dynamisme de cette branche et surtout quand on connait son ratio Marge sur CA !!
a écrit le 30/01/2011 à 14:36 :
Les journalistes de la tribune devraient vérifier leur sources :Olivier Bohuon aurait parlé de "musée" à leur propos... est tout à fait inexact.
Par contre l'article de la tribune est paru avant que M. Bohuon ait eu la notification de son limogeage.
a écrit le 29/01/2011 à 11:57 :
incroyable que ces nouvelles passent par la Tribune et non par nos superviseurs du labo.Cela se savait depuis un mois mais on en a vu d'autres!!!
Réponse de le 31/01/2011 à 17:40 :
trop de cadres
a écrit le 28/01/2011 à 20:42 :
Toutes mes félicitations à la direction de la communication pour avoir laissé les empoyés de ce beau labo apprendre cela par la Tribune !
a écrit le 28/01/2011 à 19:14 :
on aura même pas eu le temps d'apprendre à prononcer son nom correctement
a écrit le 28/01/2011 à 14:03 :
Nous esperons tous que Monsieur Pierre Fabre et Monsieur Jean Pierre Garnier puissent se reconcilier pour relancer ce beau laboratoire.
a écrit le 28/01/2011 à 14:01 :
La vraie erreur ce n'est pas le depart de ce manager Mr Bohuon pretentieux et sans vision strategique c'est le depart de Mr Garnier et d'une partie de ses managers qui eux avaient compris le sens de l'engagement du groupe.
Mr Bohuon avec son cote jet set parisien n'etait en aucun cas l'homme de la situation et trop pale en comparaison de Jean Pierre Garnier.
a écrit le 28/01/2011 à 9:31 :
Vous avez raison, rectification faite! Merci
a écrit le 27/01/2011 à 22:02 :
rectification : + de 9000 salarié "dans le monde"
a écrit le 27/01/2011 à 21:19 :
"Roch Doliveux, parti chez le suisse UCB"

UCB = Union Chimique Belge ! Le groupe n'est donc pas suisse mais belge !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :