Bayer bondit au 1er trimestre grâce à Monsanto (et malgré le glyphosate)

 |   |  422  mots
(Crédits : Mike Blake)
Malgré la charge judiciaire qui ne cesse d'augmenter pour Monsanto, spécialiste des OGM et des produits chimiques, le laboratoire Bayer, qui l'a racheté en 2016 pour 66 milliards de dollars, affiche une hausse de 45% de son bénéfice d'exploitation (Ebitda). Reste à voir quelle sera l'attitude des actionnaires lors de l'assemblée générale de vendredi prochain face à l'envolée des risques...

Bayer a publié jeudi un bénéfice d'exploitation (Ebitda) trimestriel en hausse de 45% grâce à l'acquisition du fabricant américain de semences Monsanto, mais la charge juridique liée à cette transaction s'est accrue.

Le nombre des plaignants qui réclament des dommages et intérêts à Monsanto en affirmant que son herbicide au glyphosate a provoqué leur cancer s'établit désormais à 13.400 contre 11.200 en janvier.

L'Ebitda du groupe allemand de produits pharmaceutiques et agricoles a atteint 4,19 milliards d'euros au premier trimestre, dépassant le consensus Reuters qui était de 4,12 milliards.

En août, un plongeon boursier à 30 milliards de dollars

Bayer a vu s'évaporer environ 30 milliards d'euros de sa valorisation boursière depuis qu'en août un tribunal californien a déclaré que Monsanto aurait dû avertir des risques présumés de cancer. Il devra affronter la colère des actionnaires lors de son assemblée générale annuelle vendredi.

"Nous continuons de croire que nous avons une défense fondée et nous entendons nous défendre vigoureusement dans tous ces poursuites judiciaires", a déclaré le groupe.

Mercredi, Bayer a fait appel devant un tribunal californien dans l'espoir d'obtenir l'annulation d'un jugement concernant le glyphosate d'un montant de 78 millions de dollars.

De nouveaux insecticides pour pallier la baisse des ventes de soja

En tenant compte pour comparaison des résultats pro forma 2018 de Monsanto, le chiffre d'affaires de la division Crop Science de Bayer, qui inclut les pesticides et les semences, sont globalement stables à 6,35 milliards d'euros, hors effets de change.

C'est supérieur au consensus qui était de 6,13 milliards. Le lancement de nouveaux produits insecticides a permis de compenser une baisse des ventes de semences de soja.

Bayer, qui vise une croissance en 2019, bondit à la Bourse de Francfort

A la Bourse de Francfort, l'action Bayer, après un bond de près de 4,40% vers 9h50, voyait sa progression ralentir à 3,50% vers 10h55, pour ensuite repartir à la hausse après 11h (3,60%). Liberum parle de résultats encourageants étant donné le sentiment négatif qui entoure la division CropScience et l'acquisition de Monsanto en particulier.

Bayer vise toujours une croissance de son Ebitda avant éléments exceptionnels en 2019, à environ 12,2 milliards d'euros, hors effets de changes et de la vente d'actifs tels que son unité de santé animale.

Les ventes de son médicament le plus demandé, le Xarelto destiné à la prévention des AVC, et de sa solution oculaire Eylea ont toutes deux progressé de plus de 15% à 937 millions d'euros et 583 millions respectivement, et ont dépassé les attentes du marché.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/04/2019 à 23:41 :
Ça pourrait sembler cynique, ça l'est un peu mais ce mouvement est sans importance. Cette acquisition sera létale pour Bayer, c'est implacable. Et les grands gagnants sont les ex-actionnaires de Monsanto qui se frottent les mains d'avoir évité la catastrophe. L'Allemagne continue de rembourser une très vieille dette.
a écrit le 25/04/2019 à 17:48 :
Comme d'habitude hein, si vous pouvez/voulez pas assumer mes commentaires vous ne les publiez pas tout simplement, vous ne les laissez pas troller par hercule hein, merci.

Vous aimez perdre du temps semble t'il...
a écrit le 25/04/2019 à 17:48 :
Comme d'habitude hein, si vous pouvez/voulez pas assumer mes commentaires vous ne les publiez pas tout simplement, vous ne les laissez pas troller par hercule hein, merci.

Vous aimez perdre du temps semble t'il...
a écrit le 25/04/2019 à 17:45 :
Donc plus aucune raison de ne pas lâcher les procès et les dédommagements légitimes demandés par ces milliers de victimes de cette multinationale de la honte.

Que les obscurantistes payent enfin !
a écrit le 25/04/2019 à 12:06 :
Donc plus aucune raison de ne pas lâcher les procès et les dédommagements légitimes demandés par ces milliers de victimes de cette multinationale de la honte.

Que les obscurantistes payent enfin !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :