Onze vaccins deviendront obligatoires dès janvier 2018

 |   |  247  mots
Les vaccins contre la coqueluche, rougeole, oreillons, rubéole, hépatite B, bactérie Haemophilus influenzae, pneumocoque, méningocoque C seront obligatoires début 2018.
Les vaccins contre la coqueluche, rougeole, oreillons, rubéole, hépatite B, bactérie Haemophilus influenzae, pneumocoque, méningocoque C seront obligatoires début 2018. (Crédits : Ricardo Moraes)
Après ceux contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite, huit nouveaux vaccins seront obligatoires l'année prochaine pour les enfants. Une clause d'exemption pour les parents farouchement opposés à la vaccination est néanmoins prévue.

L'entrée en vigueur des onze vaccins obligatoires pour les enfants annoncée par la ministre de la Santé en juillet sera effective à partir du 1er janvier, a précisé cette dernière, interviewée sur CNews, jeudi 31 août.

"Nous laisserons évidemment le temps aux familles de se mettre en ordre de marche car il est hors de question de pousser les gens à vacciner dans l'urgence", a dit Agnès Buzyn. Mais, a-t-elle insisté, "l'idée c'est que les 15% des enfants (non vaccinés) qui mettent en danger les autres et favorisent la ré-émergence d'épidémies pour lesquelles il y a des morts aujourd'hui se mettent en ordre de marche pour protéger le reste de la population".

Statista graphique vaccination

[Crédits : Statista.]

Trois vaccins obligatoires aujourd'hui

Aujourd'hui seuls trois vaccins infantiles sont obligatoires en France: contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (DTP). Huit autres sont seulement recommandés: coqueluche, rougeole, oreillons, rubéole, hépatite B, bactérie Haemophilus influenzae, pneumocoque, méningocoque C. La ministre veut rendre ces dernier obligatoires.

Les parents récalcitrants encourent en théorie jusqu'à six mois de prison et 3.750 euros d'amende. Mais la ministre avait précisé cet été envisager dans le projet de loi sur la vaccination infantile une clause d'exemption pour les parents farouchement opposés à la vaccination. "Mon objectif n'est pas de sanctionner. L'objectif de cette obligation c'est de rendre la confiance aux Français", a-t-elle dit jeudi.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/09/2017 à 13:16 :
Pourquoi obligatoire ?
Le corps appartient à qui ?
Aux lobbyistes ?
Réponse de le 02/09/2017 à 14:50 :
Ton corps t'appartient mais as tu pensé à la santé des autres? Devenir un vecteur potentiel c'est mettre en danger autrui. Mais bien sûr dans notre société individualiste on ne pense plus aux autres et à l'intérêt du groupe par rapport à l'individu...
a écrit le 31/08/2017 à 17:20 :
On pourrait déjà tester les 11 vaccins sur les gosses de ceux qui ont REM ,histoire de voir les effets.
a écrit le 31/08/2017 à 17:11 :
"Onze vaccins deviendront obligatoires dès janvier 2018"

Avec les adjuvants donc.
a écrit le 31/08/2017 à 17:10 :
Agnès Buzyn :

De 1998 à mars 2011, elle organise un congrès annuel sur la greffe de moelle, tâche rémunérée par le laboratoire pharmaceutique Genzyme. De 2002 à 2006 elle dirige une équipe Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) travaillant sur l’immunologie des tumeurs à l’Institut Cochin. De 2005 à 2011, elle est également rémunérée pour intervenir dans des congrès concernant trois médicaments permettant de lutter contre la leucémie myéloïde chronique : le Glivec, le Tasigna (produits par Novartis) et le Sprycel (produit par Bristol-Myers Squibb). Elle entre au conseil consultatif (advisory board) de ce dernier médicament en 2007, et des deux autres en 2008, rôle qu'elle occupe jusqu'en mars 2011 tout en exerçant de nombreuses fonctions au sein d'organismes publics, ce que Le Canard enchaîné a qualifié de « léger conflit d'intérêt. .Son directeur de cabinet, Gilles de Margerie, est un ancien inspecteur des finances, banquier et directeur général adjoint du groupe mutualiste Humanis ; il a coordonné les travaux liés à l’action publique au sein d’En marche !
a écrit le 31/08/2017 à 15:29 :
L'industrie pharmaceutique, de plus en plus coutumière de pratiques quasiment mafieuses et de scandales retentissants, peut dire un grand "Merci !" aux pouvoirs publics qui veillent plus à ses intérêts et à ceux de ses richissimes actionnaires qu'à la santé des populations. En se faisant les complices de vaccinations outrancières, en sachant que les vaccins actuels contiennent des adjuvants hautement toxiques et très dangereux pour la santé, en sachant aussi que l'efficacité réelle d'un grand nombre de vaccins est mise en doute par des - vrais ! - spécialistes compétents et indépendants du monde pharma, les pouvoirs publics, qui n'en sont plus à une malversation ou à une corruption près, se font les complices d'un nouveau scandale sanitaire à grande échelle. Et les toubibs qui s'abaisseront à pratiquer ces vaccinations inutiles et dangereuses aussi. Tiens, saviez-vous que l'industrie pharma a largement distribué, rien qu'en france, pour plus de 236 millions d'euros (!!!) de" cadeaux", entre 2012 et 2014 à 400.000 soi-disant "professionnels de la santé" qui, en se laissant ainsi corrompre perdent toute objectivité scientifique et toute indépendance de prescription pour le plus grand profit des laboratoires pharmaceutiques. Et les fonctionnaires français, tous niveaux confondus, combien ont-ils touché pour s'abaisser à de tells mesures ?
a écrit le 31/08/2017 à 13:20 :
l'état est complice avec les labos pharmaceutiques.
Cette phrase"l'idée c'est que les 15% des enfants (non vaccinés) qui mettent en danger les autres et favorisent la ré-émergence d'épidémies pour lesquelles il y a des morts aujourd'hui se mettent en ordre de marche pour protéger le reste de la population". est un non sens. Cela veut dire que ceux qui sont vaccinés ne sont pas plus protégés??
Réponse de le 31/08/2017 à 14:04 :
Être vacciné ne signifie pas que vous êtes protégé à 100%. Les vaccins apportent une double protection : individuelle et de groupe. La protection de groupe est la + efficace car elle empêche le développement d'épidémies. Le problème est qu'aujourd'hui on assiste au retour d'épidémies à cause de la baisse du taux de vaccination (notamment la rougeole). La ministre a raison en disant que les parents qui refusent les vaccins mettent en dangers leurs enfants et ceux des autres. C'est une attitude terriblement égoïste car en plus ils profitent de la protection de groupe qui leur est offerte grâce aux parents qui eux font vacciner leurs enfants.
Réponse de le 31/08/2017 à 14:32 :
Je fais partie de ceux qui sont plutôt contre le vaccin.
https://theierecosmique.com/2015/06/19/vaccins-danger-les-preuves-scientifiques/
....et bien d'autres articles et études auxquelles ont a accés.
Réponse de le 31/08/2017 à 17:16 :
@Bohé

Tu vas donc demander de faire vacciner tes gosses avec les 8 qui manquent donc non ?, en plus ils auront les adjuvants.Ah, non, tu es d'accord ,mais pour les autres , bien joué.
a écrit le 31/08/2017 à 11:25 :
je me souviens, a l'armée on nous injectait d'un coup 4 vaccins, suivait 2 jours de repos
avec interdiction de boire de l'alcool, alors je me dit que 11 d'un coup ca doit salement "decaper" surtout sur des tout petit....d'un autre coté je suis pas un savant docteur....
a écrit le 31/08/2017 à 11:25 :
L'argument de mettre en danger la vie des autres enfants ne tiens pas, car cela implique que les enfants vaccinés ne seraient pas plus immunisées que les autres. C'est donc un aveu implicite de l’inefficacité du vaccin...
a écrit le 31/08/2017 à 11:07 :
Tout cela afin de donner des sous aux laboratoires pharmaceutiques, ces institutions médicales devenus financières car n'ayant fait aucune découverte majeur depuis plus de 20 ans, se contentant seulement d'exploiter bêtement leurs brevets, avidité et santé ne font pas bon ménage.

Enfin cela devrait permettre de rembourser une partie des morts causés par sanofi hein... Individualisation des gains et socialisation des pertes.

Mais bon sang dans quel monde on vit !?
Réponse de le 31/08/2017 à 11:50 :
Tout à fait d'accord. Il faudrait faire une enquête sur les transactions financières de ces laboratoires pour voir s'ils ne vont pas verser des fonds sur un compte caché en faveur de M. MACRON ou un de ses acolytes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :