Tests sanguins : la dirigeante de Theranos interdite d'exercer

 |   |  355  mots
Les espoirs fondés sur la société avaient déjà été fortement ébranlés par les premières révélations du Wall Street Journal en fin d'année 2015.
Les espoirs fondés sur la société avaient déjà été fortement ébranlés par les premières révélations du Wall Street Journal en fin d'année 2015. (Crédits : Reuters)
Les autorités de santé américaines ont interdit à Elizabeth Holmes d'opérer ou diriger tout laboratoire pendant deux ans. La technologie de Theranos, startup qu'elle dirige, n'est pas jugée fiable.

Après avoir vu sa fortune partir en fumée, Elizabeth Holmes connait une nouvelle déconvenue. Les autorités américaines, représentées par la branche du département de la Santé américain (CMS), ont interdit à la patronne de la start-up de tests sanguins de posséder, opérer ou diriger tout laboratoire pendant au moins deux ans.

La société américaine a également été condamnée à une amende dont le montant n'a pas été précisé.

"Nous assumons l'entière responsabilité des problèmes apparus dans notre laboratoire à Newark, en California, et avons déjà commencé à prendre des mesures correctives", a déclaré Elizabeth, citée dans le communiqué.

"Même si nous sommes déçus par la décision du CMS, nous prenons ces faits très au sérieux et faisons tout notre possible pour régler tous les problèmes qui restent avec le CMS et pour démontrer notre engagement à respecter les critères les plus élevés de qualité et de respect des normes", a-t-elle ajouté.

De la promesse d'une révolution à la chute

Pour rappel, la machine Edison, créée par Theranos, est censée être capable d'effectuer plusieurs centaines de tests sanguins en un temps record, avec une faible quantité de sang. Et ce à des prix défiant toute concurrence. Par exemple, le test pour mesurer le taux cholestérol coûte 3 dollars avec Theranos contre 50 dollars dans les laboratoires classiques.

Les espoirs fondés sur la société avaient déjà été fortement ébranlés par les premières révélations du Wall Street Journal en fin d'année 2015, sur des tests sanguins dont les résultats n'avaient pas été rapportés aux autorités de santé

En juin, tout s'est précipité. Theranos a avoué aux autorités américaines que les dizaines de milliers de tests effectués en 2014 et 2015 avec sa plateforme Edison étaient non valables, rapportait le Wall Street Journal. Des patients ont pu ainsi recevoir des résultats erronés. Et cela a pu induire en erreur des médecins dans leur prise de décision.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/07/2016 à 9:47 :
Même si nous sommes déçus par la décision du CMS,". Donc elle ne regrette rien! 2 an c'est gentil , a vie cela aurait été justice.
a écrit le 08/07/2016 à 15:06 :
Elle peut avoir une carrière politique en France, où une condamnation est un élément très positif sur un CV :-)
Réponse de le 09/07/2016 à 13:03 :
Malheureusement , il n'y a pas de sanction contre les responsable politique de cette tragédie qui a tuer des centaines de francais.... J'espère seulement que nous serons ne pas oublier, le nom du première ministre au pouvoir lors de cette contamination.... Honte à ses individu....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :