Tests sanguins : l'aveu terrible de Theranos

 |   |  380  mots
Elizabeth Holmes a créé Theranos en 2003 et se retrouve dans la tourmente.
Elizabeth Holmes a créé Theranos en 2003 et se retrouve dans la tourmente. (Crédits : Reuters)
Theranos a avoué aux autorités américaines que les tests effectués en 2014 et 2015 avec sa plateforme Edison étaient non valables, rapporte le Wall Street Journal. Un nouvel écueil pour la startup américaine qui a suscité tant d'attentes avec la promesse de tests sanguins révolutionnaires.

La désillusion s'accélère pour Theranos. La startup, qui a atteint une valorisation de plus de 9 milliards de dollars fin 2014, a fait un aveu terrible aux autorités de santé américaines. La société créée par Elizabeth Holmes en 2003 a confié aux régulateurs avoir annulé tous ses tests sanguins effectués avec sa plateforme Edison, en 2014 et 2015, rapporte le Wall Street Journal qui se base sur une source proche du dossier.

L'affaire est grave, car, comme l'explique le quotidien économique, cela concerne plusieurs dizaines de milliers de tests. Des patients ont pu ainsi recevoir des résultats erronés. Et cela a pu induire en erreur des médecins dans leur prise de décision.

     Lire aussi : Théranos, de la révolution annoncée à la désillusion

Theranos a expliqué aux régulateurs que sa plateforme - présentée comme révolutionnaire -  a été utilisée pour 12 tests différents sur plus de 200 tests proposés par l'entreprise (allant du cancer, au diabète en passant par le cholestérol). Pour sa défense, la startup dit avoir stoppé ces tests à la fin du mois de juin 2015, selon la source.

"Il y a eu des rappels massifs de tests dans le passé, mais je ne suis pas au courant de l'existence d'une société qui a rappelé la totalité de ses tests issus de sa plateforme. Je crois que c'est une situation sans précédent", a expliqué au Wall Street Journal, Geoffrey Baird, professeur associé dans le département de laboratoire de médecine à l'Université de Washington.

La promesse de tests révolutionnaires

Pour rappel, la machine Edison, créée par Theranos, est censée être capable de faire plusieurs centaines de tests sanguins en un temps record, avec une faible quantité de sang. Et ce à des prix défiant toute concurrence. Par exemple, le test pour mesurer le taux cholestérol coûte 3 dollars avec Theranos contre 50 dollars dans les laboratoires classiques.

Les espoirs fondés sur la société avaient déjà été fortement ébranlés par les premières révélations du Wall Street Journal en fin d'année 2015, sur des tests sanguins dont les résultats n'avaient pas été rapportés aux autorités de santé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/06/2016 à 13:41 :
Il y a d'autres entreprises dans le domaine médical qui, elles, ne mentent pas sur leurs résultats de test d'efficacité, sur les "médicaments" qu'elles fabriquent. Car elles n'en publient pas...

En France tout médicament, pour être autorisé sur le marché, doit avoir fait l'objet de tests dits "en double aveugle", consistant à comparer les effets du médicament et d'un placebo, cette comparaison étant faite sans connaître la répartition des échantillons. Le patient comme l'évaluateur du résultat ne savent pas s'ils ont pris ou analysé le médicament, ou le placebo.

Si le médicament ne fait pas mieux que le placebo, il ne sert à rien. Pas la peine de le fabriquer à grands frais, car donner de l'eau distillée ou du sucre a le même résultat. Cela ne signifie pas qu'il ne soigne pas du tout, mais au minimum qu'il est économiquement absurde de le produire.

Une seule exception à cette démarche logique: les "médicaments" homéopathiques, qui ne font pas le test, ils n'y sont pas obligés... Curieux, n'est-ce pas ?

Et les sociétés qui les fabriquent valent des milliards, tout comme Theranos avant la chute. Et tout comme Theranos maintenant, aucun test publié n'a démontré l'efficacité de leurs produits.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :