Rubis change de dimension avec un achat majeur

 |   |  342  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le spécialiste du stockage d'hydrocarbures reprend à Chevron ses actifs dans les Caraïbes pour 300 millions

Quatre acquisitions en un mois, la dernière représentant la moitié de son chiffre d'affaires. Le groupe français Rubis, spécialisé dans le stockage d'hydrocarbures et la distribution de gaz de pétrole liquéfié (GPL), met les bouchées doubles en matière de croissance externe. Depuis mi-octobre, l'entreprise a successivement racheté les filiales de distribution de GPL de Shell en Afrique Australe, les activités de GPL de BP en Espagne et celles de Linde en Suisse. Mais sa dernière emplette, la plus importante de son histoire, sera plus transformante.

Vendredi, Rubis a officialisé la reprise pour 300 millions de dollars des activités de distribution de produits pétroliers - stations-services et terminaux de stockage notamment - du groupe Chevron dans 13 pays de la zone Caraïbes, où ce dernier occupait une place de leader ou de numéro deux. Ces activités ont représenté 445 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2009, soit un peu moins de la moitié de celui réalisé par le français (952 millions en 2009 pour un bénéfice de 50 millions). L'impact sur la rentabilité du groupe devrait être positif dès l'an prochain.

Le financement de cette acquisition était déjà couvert par les lignes de crédit existantes du groupe. Mais pour « se donner les moyens de saisir de nouvelles opportunités d'expansion », Rubis envisage de lancer prochainement une augmentation de capital destinée à couvrir environ un tiers des investissements engagés en 2010, qui s'élève en cumulé à 400 millions d'euros. Car les occasions ne manquent pas, alors que de nombreuses majors rationnalisent leurs activités aval. « Pour Rubis, c'est une formidable fenêtre d'opportunités», souligne son directeur financier Bruno Krief. Malgré l'annonce d'une augmentation de capitali pour financer ses acquisition, Le marché a salué cette opération vendredi. Si le titre n'a terminé que sur un gain de 0,89 % à 87,58 euros, soit sa neuxième séance consécurtive de hausse, il s'est adjugé dans la journée jusqu'à 5,74 % de hausse à 91,79 euros soit son plus haut historique en séance.


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :