BP et Rosneft échangent des participations croisées

 |   |  333  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La compagnie britannique prendra 9,5% du pétrolier russe qui détiendra 5% du premier. Les deux groupes s'allient également pour prospecter certaines régions de l'Arctique.

BP a annoncé vendredi soir un accord d'échange de participations et de prospection conjointe dans les hydrocarbures offshore avec la société pétrolière publique russe Rosneft, ce qui a conduit les Etats-Unis a exprimé leur préoccupation.
Ainsi, le groupe britannique prendra 9,5% de Rosneft et le groupe russe 5% de BP. Les participations sont valorisées 7,8 milliards de dollars (5,8 milliards d'euros). Cet accord vise notamment l'exploration de certaines parties de l'Arctique, région dont BP pense qu'elle sera très fertile en hydrocarbures.
Le président démocrate de la Commission des ressources naturelles de la Chambre des représentants, Edward Markey, a immédiatement demandé à ce que les autorités américaines étudient l'accord.
Cette nouvelle alliance traduit également le changement des relations entre BP et son nouveau directeur général Bob Dudley avec Moscou. En 2008, il avait été contraint de fuir la Russie alors qu?il dirigeait la société russe TNK- BP, dont BP détient 50%. Bob Dudley avait en effet été contraint à la démission en raison de ce qu'il avait qualifié de campagne de harcèlement par les oligarques milliardaires coactionnaires de BP -TNK. Depuis, le climat s?est apaisé et cet été, après sa nomination comme directeur général de BP, Bob Dudley est retourné en Russie où il avait été chaleureusement reçu.
La Russie, premier exportateur mondial de pétrole, est importante pour BP, notamment en termes de réserves. Moscou de son côté, cherche à accroître son influence sur la scène financière mondiale en incitant ses grandes sociétés, notamment celles contrôlées par l'Etat, à racheter des sociétés étrangères.
Certaines de ces opérations ont suscité une forte opposition dans les pays concernés. Ce fut par exemple le cas de l'achat par Sourgoutneftegas d'une participation dans le hongrois MOL. D'autres, comme l'offre de Sberbank sur l'allemand Opel, ont échoué.
Cotée aux Etats-Unis, l'action BP a fini en hausse de 3,6%.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/01/2011 à 9:47 :
Ca bouge dans le pétrole. Ceci illustre la difficulté croissante à accéder à des réserves libres. Pour une autre approche et d'autres infos sur le gaz et le pétrole en France cf www.prosecobourse.com

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :