La loi Nome permet à EDF de confirmer ses objectifs financiers

 |   |  276  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le groupe énergétique français a assuré ce jeudi qu'il maintenait ses objectifs annuels fixés avant la catastrophe de Fukushima.

EDF estime être en mesure de maintenir le cap qu'il s'était fixé avant la catastrophe nucléaire de Fukushima. Le groupe a dévoilé ce jeudi avoir bénéficié d'une croissance organique de 1,3% de son chiffre d'affaires au premier trimestre à la faveur d'une hausse de sa production nucléaire en France. Le premier producteur mondial d'énergie nucléaire a réalisé un chiffre d'affaires de 19,6 milliards d'euros au premier trimestre, en baisse de 0,8% en données publiées.

Pour 2011, EDF vise une croissance organique de son résultat brut d'exploitation (Ebitda) comprise entre 4% et 6%, soit un chiffre compris entre 14,7 et 15 milliards d'euros, un ratio d'endettement financier net/Ebitda compris entre 2 et 2,2 fois et un dividende au moins équivalent à celui de 1,15 euro versé au titre de 2010.

Les effets positifs pour EDF de la loi Nome

Ces objectifs reposent sur les nouveaux prix de l'électricité nucléaire que ses concurrents paieront à terme 42 euros par mégawatt/heure (MWh) dans le cadre de la réforme du marché français de l'électricité (loi Nome). Le gouvernement a fixé le 19 avril une évolution programmée de ce prix qui passeront à 40 euros à partir du 1er juillet 2011, puis à 42 euros au 1er janvier 2012.

En France, EDF enregistre d'ailleurs une croissance de 3,8% (+4% en organique) à 11,9 milliards, soit plus de la moitié de son chiffre d'affaires total, à la faveur d'une hausse de 6,5% de la production nucléaire qui a plus que compensé la baisse de la production hydraulique. "Cette bonne performance du parc nucléaire témoigne de l'efficacité des actions engagées par le groupe, comme le renouvellement des gros composants", fait valoir le PDG Henri Proglio dans un communiqué.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/05/2011 à 16:26 :
Le très important comité d'entreprise d'EDF emploie des milliers de fonctionnaires y compris 2 a 3000 permanents de la CGT....qui font le gros des manifs. Est ce normal que ce soit le client qui paye ????
a écrit le 13/05/2011 à 12:35 :
cette loi NOME est une infamie et doit être annulée au plus tôt.
il est inadmissible que les contribuables français, après avoir financé leur parc nucléaire, se voit rackettés par des société privées, qui veulent gagner de l'argent sans investir.
1 ère loi à abolir en 2012 après la sortie du sarkonanisme
a écrit le 13/05/2011 à 10:00 :
Je croyais naîvement que la loi NOME imposée par l'Europe devait être bénéfique pour le consommateur (puisqu'il parait d'après les dogmes européens que la concurrence est toujours bonne pour le consommateur). Or là une entreprise se réjouit que cela lui permette de maintenir ses tarifs et moi en tant que consommateur je vais payer + cher mon électricité! Y-aurait-il tromperie sur la marchandise vendue (en l'occurence libéralisation du marché de l'électricité?) J'en déduis avec l'Europe tout pour les entreprises et le consommateur paye (et plus proportionnellement si il petit bravo et Vive l'Europe!)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :