EDF doit revoir ses objectifs de conquête internationale

Peu menacé sur son terrain domestique, le premier exploitant mondial doit mettre un bémol à ses rêves.

3 mn

Copyright Reuters

Ce n'est pas la banderole « Le nucléaire sûr n'existe pas », déployée jeudi midi par des militants de Greenpeace, sur le siège parisien d'EDF qui suffira à ébranler Henri Proglio. La catastrophe de Fukushima n'y est pas parvenue. Pour la première fois depuis le séisme japonais du 11 mars, le PDG d'EDF a tenu jeudi une conférence de presse. Il a de nouveau exclu d'arrêter une des centrales nucléaires françaises, au moment où plusieurs collectivités locales demandent la fermeture de celle de Fessenheim, la plus vieille encore en exploitation en France. « Si nous avions le moindre doute sur la sûreté de telle ou telle de nos installations, on n'attendrait pas que l'autorité de sûreté nous demande de l'arrêter pour le faire. Il n'est pas question de prendre le moindre risque en termes de sûreté », a-t-il assuré.

S'appuyant sur le fervent soutien à la politique nucléaire française, martelé ces dernières semaines par Nicolas Sarkozy, EDF n'entend pas non plus arrêter le chantier du réacteur EPR à Flamanville, afin d'attendre les conclusions de l'audit des centrales nucléaires demandé par le gouvernement. « C'est une question d'efficacité industrielle, pas de principe », a expliqué Hervé Machenaud, directeur en charge de la production et de l'ingénierie. « Aujourd'hui, arrêter Flamanville pendant six mois coûterait infiniment plus cher que d'avoir éventuellement à reprendre telle ou telle tuyauterie ou tel ou tel élément de génie civil », a-t-il estimé. Concernant le projet d'un deuxième EPR en France, à Penly, « s'il y a un projet qui ne présente aucun risque, c'est bien celui-là parce que c'est celui dans lequel on a le plus de temps pour prendre en compte toutes les conséquences possibles et toutes les mesures qui seront décidées », a ajouté Hervé Machenaud.

Pour l'heure, quand le premier exploitant nucléaire mondial explique qu'il vient de tirer les « premiers enseignements post-Fukushima », il se contente d'annoncer un renforcement de ses moyens de mobilisation en cas d'accident sur l'ensemble des réacteurs d'un site. Et sa participation à l'audit exigé par le gouvernement et Bruxelles.

Les échéances s'éloignent

En revanche, la stratégie de déploiement à l'international d'EDF, chère au coeur d'Henri Proglio, va devoir être revue à la baisse. Inspiré peut-être par la forte expansion internationale réalisée sous sa houlette par Veolia, le PDG d'EDF a tenu, dès sa nomination fin 2009, à redonner à l'électricien public son rôle de « capitaine de la filière nucléaire française à l'export ». C'est même devenu une véritable obsession qui l'a mené à croiser le fer avec Anne Lauvergeon, la patronne du constructeur Areva, qui avait tendance à penser la même chose... pour son groupe.

Le coup de frein des projets nucléaires dans le monde suscité par Fukushima va mettre un bémol à ces rêves. Les échéances s'éloignent à la fois en Italie, où EDF s'est associé à Enel pour construire plusieurs EPR, aux États-Unis où le groupe français a acheté un électricien nucléaire qui voulait étendre son parc, en Grande-Bretagne, où EDF est devenu le seul exploitant nucléaire en s'emparant de British Energy. Quant aux ambitions d'Henri Proglio de vendre partout sur la planète l'expertise précieuse d'EDF en tant qu'architecte-ensemblier et son retour d'expérience, unique au monde, d'exploitant du premier parc mondial, elles devront attendre. 

3 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 27/04/2011 à 4:58
Signaler
Conformément à la demande d'EDF défendue par Nicolas Sarkozy à Bruxelles, l'audit de la sécurité nucléaire française sera un audit interne et non un audit par des experts européens comme c'était souhaité initialement par Bruxelles et certainement sou...

à écrit le 26/04/2011 à 14:11
Signaler
Dès que la 'gauche' arrivera au pouvoir, il faudra demander des comptes concernant la politique qu'EDF a pu mener depuis 2007 grâce à la grande latitude que lui ont laissé la Présidence de la République et le gouvernement. On verra que cette politiqu...

le 26/04/2011 à 19:51
Signaler
Révisez votre leçon, EDF s'est fortement désendetté depuis l'arrivée de Proglio (15 milliards je crois). C'est aujourd'hui une des entreprises les plus saines niveau financier.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.