Climat : les efforts des entreprises françaises encore insuffisants

Une centaine d'entreprises de France et du Bénélux ont réussi à réduire leurs émissions d'environ 2% en 2015. 41 d'entre elles se sont fixé des objectifs de réduction de leurs émissions en valeur absolue.
Cette année, 21 entreprises ont obtenu la note de performance la plus élevée, contre cinq l'an dernier.
Cette année, 21 entreprises ont obtenu la note de performance la plus élevée, contre cinq l'an dernier. (Crédits : GLEB GARANICH)

Les entreprises de France ont globalement fait plus d'efforts l'an dernier pour réduire leurs émissions de CO2. Cependant, leurs objectifs en la matière restent bien en deçà de ce que requiert la lutte contre le réchauffement climatique, révèle le rapport annuel de l'ONG britannique Carbon Disclosure Project (CDP), qui fait le même constat pour les entreprises du Bénélux.

En France et au Benelux, 151 entreprises ont répondu au CDP, sur plus de 400 interrogées, représentant 81% de la capitalisation boursière de la région, et 41 d'entre elles se sont fixé des objectifs de réduction de leurs émissions en valeur absolue. Plus de la moitié de cette centaine ont réussi à réduire leurs émissions d'environ 2% en 2015, constate le rapport publié mardi 25 octobre, réalisé avec le cabinet Accenture. Laurent Babikian, président France et Benelux du CDP, pointe toutefois :

"Si on somme tous ces objectifs et si ces entreprises les réalisaient, alors leurs émissions ne baisseraient que de 15% d'ici à 2050, ce qui ne représenterait que 30% de l'effort global qu'elles devraient faire pour être en ligne avec l'accord (mondial sur le climat) de Paris."

Six entreprises représentent trois quarts des émissions de CO2

Cette année, 21 entreprises ont obtenu la note de performance la plus élevée, contre cinq l'an dernier. Il s'agit notamment de Schneider Electric, Royal Philipps, L'Oréal, Atos, Proximus, Renault, EDF, Engie, PSA ou encore Michelin. Six entreprises (ArcelorMittal, Engie, Shell, LafargeHolcim, EDF et Total) continuent de représenter plus des trois-quarts des émissions de CO2, mais elles ont réduit leurs émissions de 18% (sans compter LafargeHolcim, nouvelle entité issue de la fusion du français Lafarge et du suisse Holcim).

"Ce qui est important c'est de voir qu'il y a un certain nombre de pratiques qui évoluent dans le haut du panier, à savoir les entreprises qui sont les plus avancées", avec une approche tournée vers l'économie circulaire, les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique, souligne Cédric Vatier, directeur exécutif au sein d'Accenture Strategy France. Le rapport mentionne par exemple la stratégie du constructeur PSA tournée sur la mobilité et le covoiturage ou encore les efforts du groupe de luxe Kering dans le recyclage des textiles.

Au niveau mondial, 85% du millier d'entreprises ayant répondu à l'ONG britannique se sont fixé des objectifs de réductions de leurs émissions de CO2, mais seulement 14% vont au delà de 2030. Le CDP a donc décidé de mettre en place un suivi d'objectifs "basés sur la science", c'est-à-dire en ligne avec l'accord de Paris, visant à expliquer à chaque entreprise volontaire les actions qu'elle doit mener d'ici 2050 pour accomplir sa part du travail afin de contenir le réchauffement en dessous des 2°C.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 25/10/2016 à 13:40
Signaler
C'est pas grave on va raser NDDL, détruire un énorme absorbeur de Co2 donc, en émettre des tonnes de plus, pour au final en produire plein grâce au nouvel aéroport. Dire qu'il y aurait comme une hypocrisie majeur de la part de nos décideurs écono...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.