La grève à EDF fait chuter de 9% la production d'électricité française... et ça va coûter cher

 |   |  317  mots
(Crédits : Reuters)
Plusieurs centrales nucléaires et à gaz ont réduit la voilure, ce qui oblige EDF, pour empêcher des perturbations sur le marché français, à importer de l'électricité. La grève pourrait durer car, pour les syndicat, le projet de l'Élysée consiste ni plus ni moins en une vente à la découpe de l'entreprise publique, qui risque d'une part d'entraver l'atteinte des objectifs en matière climatique et d'autre part de renchérir le coût de ce bien de première nécessité.

Le mouvement de grève chez EDF contre le projet de restructuration du groupe public est entré jeudi dans sa seconde journée, se traduisant par une baisse de production de plusieurs centrales nucléaires et à gaz, montrent les données publiées par l'entreprise et par RTE.

Selon les chiffres d'EDF et de RTE, l'impact du mouvement social sur la production est d'un peu de plus de 5 gigawatts, soit 9% de la capacité totale, ce jeudi matin vers 08h00 (06h00 GMT).

Cette baisse ne devrait cependant entraîner aucune perturbation sur le réseau français d'électricité et n'affectera pas les ménages, même si une diminution de la production a un coût important pour EDF, obligé d'importer de l'électricité pour la compenser.

Pour les syndicats, l'Élysée va procéder à une "vente à la découpe"

Le projet de réorganisation Hercule, élaboré à l'initiative de Élysée, vise à partager EDF en une partie "bleue" renationalisée intégrant le nucléaire, les actifs hydrauliques, et le transport d'électricité (RTE) et une partie "verte" ouverte à des capitaux extérieurs qui agrégerait les énergies renouvelables (éolien et solaire), le commerce, le réseau de distribution Enedis et les services à l'énergie Dalkia.

L'interfédérale des syndicats CGT, CFDT, FO et CFE-CGC, à l'origine de cet appel à la grève sur deux jours, est "convaincue que ce n'est pas en vendant EDF 'à la découpe' que l'on dessinera l'avenir du service public de l'électricité, bien de première nécessité et clef du défi climatique".

Elle estime dans un communiqué publié jeudi que "l'avenir d'EDF et de ses salariés, c'est avant tout une question de projet industriel, de capacité à investir mais aussi d'ambition sociétale autour d'un service public de l'électricité plus que jamais d'actualité pour répondre à l'impératif climatique et à l'intérêt général".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/09/2019 à 16:32 :
Rectificatif concernant le cout pour EDF de la baisse de production, selon les courbes de RTE en production,ce coup de semonce n'est pas sensible à peine une diminution des exportations, compensée largement par les heures de grèves non payées.
Des présences dans la rue parfois à 200km de son lieu de résidence n'est pas fait pour pénaliser l'utilisateur final
mais un cri d'alarme ,
qui n'est pas médiatisé, prenez conscience de la prégnance du système ultralibéral aveugle, sur nos acquis du bien vivre ensemble en France depuis la deuxième guerre mondiale et notamment l’énergie.
Source de prospérité et d'indépendance que beaucoup veulent nous détourner.
L'héritage est dilapidé.
a écrit le 21/09/2019 à 8:29 :
Vu la hauteur des commentaires il est clair que vous n'avez rien compris à ce qui se passe, même pas la reconnaissance du ' ventre"!
Un grand Merci à ces jeunes actifs EDF qui était dans la rue pour défendre le principe d'une entreprise de service public intégré, ils n'ont pas vécu l'histoire...
Pour une fois il n'est pas question de revendication sectorielle, il est question de défendre l'intérêt du citoyen Français, car la spoliation de nos concitoyens n'est pas faites par le personnel dont vous êtes a tord jaloux, mais bien par la libération à outrance et nos élus Européens qui votent ces lois scélérates.
(Ce n'est pas 100% de PIB de dettes mais 300% si on compte les entreprises.)
Edf depuis sa création à généré en moy 2Md€ de rente à l'état, tout en payant (ce n'est pas l'état comme souvent évoqué) les investissements: hydraulique, thermique, nucléaire , le transport HT ,la distribution dont linky aujourd'hui, pour un prix constant ,stable et identique à tous les clients.

Ce mouvement est là pour dénoncer ces faits qui peu à peu détricote la base du service public de l'énergie, alerter l'opinion publique sur le devenir avant que tout soit ficelé dans les lois.
Le but est le démantèlement d'EDF dont la réussite fait tâche et beaucoup à gagner pour les prédateurs.
La libération du marché de l'électricité et du Gaz depuis 2000, dont le but est de minimiser le cout pour le client final fait flop pour le particulier. Séparation EDF GRDF, privatisation de GRDF en ENGIE ( France à disparu c'est tache aussi) , séparation Transport HTB d'ou RTE,et EDF sous composé en: Production (Hydraulique , Thermique;Nucléaire), EDF renouvelable (Vent et soleil) distribution ERDF transformé en ENEDIS ( disparition de France). Edf privatisé en 2004,Peu à peu on avance.On privatise aussi les bénéfices.
Le prix de l'électricité en dix ans à augmenté de 60%.
Ce n'est pas la faute d'EDF, accusé par l'Europe d'être monopolistique, EDF à du céder toutes ces parts de la CNR( tiut le Rhone hydraulique compétitif) à ENGIE, et par ailleurs vendre à prix coutant déterminé par la CRE 20 % de production nucléaire (42€/Mwh) pour l 'émergence de fournisseurs alternatifs afin qu'ils investissent en moyens de productions concurrents (Loi NOME 2013)....
Résultat délirant, aujourd'hui les principaux fournisseurs alternatifs ont obtenus l'augmentation de 7% du tarif réglementé EDF afin de compenser l'augmentation du spot moyen électrique qui est à 50€ et de plus obtenu 150Twh (35%) de revente du nucléaire acheté à 42. Le développement des ENRi (energie renouvelables intermittentes) qui a prouvé son inefficacité totale en France pour la lutte contre les GES c'est 22€/Mwh! soit une rente de 5Md€/an pendant 20 ans à venir. (qui sera prise sur les carburants 15c/l d'ou les GJ qui n'ont pas compris d’où venait l'arnaque, mais on garde pour l’état la CSPE)
La libération ici a fait la preuve :n'a pas rendu le prix plus compétitif mais a finalement fragilisé le réseau et enrichi les boursicoteurs (on vient de doubler les organismes aussi pour tenter de minimiser leur cout !) et fournisseurs alternatifs qui non seulement n'ont pas investis à hauteur des enjeux mais bénéficient de ceux d'Edf tant pour la production que la sécurité du réseau à laquelle il ne contribuent pas. Notamment pour les ENRi qui bénéficient de l'obligation d'achat et génèrent des contraintes couteuses d'intégration et d'intermittence reléguées à EDF.
Nous venons au fond du pb, ce qui se joue c'est la séparation du nucléaire 100% nationalisé avec les gros barrages hydrauliques ( on n'échapperait à la gestion par le privé) , la parties renouvelable ( rente à 5Md€/an) et ENEDIS serait privatisé à 40%?
Enedis c'est la partie commerciale mais aussi l'entretien à travers 450 contrats de concession de 95% des réseaux de distribution de la France (du 20kv au 400v propriété des communes), 1.4Million de km de ligne 35 millions de raccordements aux particuliers et fournisseurs, 38 000 agents 15Md€ de CA, 4 d'investissement 600M€ de bénéfices pour assurer moins de 60h de coupure et un prix égal à tous en péréquation.
Il est ou le pb, . Un syndicat d'électricité s'est-il plaint ? non bien au contraire.
Après la création d'un marché fictif de l'électricité, la perte de nos savoirs faire fondamentaux ( Vente d'Alstom à GE prégrance Américaine énorme :centrale nucléaire ,marine..;), le développement insensé des ENRi sous la pression Allemande carbonée et ces conséquences, l'appétit n'est toujours pas assouvi.
EDF 68Md€ de CA 36Md€ de dettes; voyons les dettes de Total ou plutôt des autoroutes trés instructif, celle de la France à 3Pib avec les entreprises, et sur tout celles des ENRi, pour 23 centrales nucléaires équivalent en vent et soleil installé, 8% de la production pas souvent au bon moment, qu'on ne peut plus stocker (tout est utilisé) qui ont couté 170Md€ dont 120Md€ restent à payer...et on en rajoute avec l'offshore signé à 145€/Mwh ......
EDF est capable pour 2€ de plus par Mwh (44€) d'assurer le financement du passage des centrales nucléaires aux 60 ans à condition d’arrêter de l'amputer constamment et de charger en permanence le "mulet" qui avait ému le président EDF LEVY à sa prise de fonction.
Voilà pourquoi il faut maintenir un EDF service public de l'énergie intégré seul capable d'assurer un service de qualité depuis la production, équitable, jusqu'au plus prés de tous les consommateurs, dans la durée ce qu'EDF à prouvé depuis 1946, c'est un garde fou aussi aux aléas de nos politiques parfois erratiques.
a écrit le 20/09/2019 à 11:49 :
Il faut mettre fin d'urgence à l'assistanat et aux avantages et privilèges des salariés des entreprises publiques comme pour les fonctionnaires trop couteuse pour les finances de l'état. La dette aujourd’hui 100% du PIB. Alignement sur le privé pour mettre fin à cette minorité qui passe leur vie à se plaindre, à faire grève...
Réponse de le 20/09/2019 à 20:07 :
Ce que je trouve intéressant c'est que ceux qui font grève contre la réforme des retraites sont les avocats et les médecins (que je paye au même titre que ma facture d'électricité) mais ceux qui les "privilégiés" sont les riches instituteurs et la agents EDF.
a écrit le 20/09/2019 à 6:35 :
Non seulement, ils faut séparaient la production d'électricité et le transport de cette électricité dans deux entreprises , mais îls faut réformer cette entreprise....
Les salariés doivent payer leur facture d'électricité comme toute á chaqu un .
Ensuite le CE doivent arreter dè d'enrichir inutilement.
Réponse de le 20/09/2019 à 10:51 :
Les +50% d augmentation de l électricité en 12ans : passage d'une société publique à société anomime.
Votre analyse est mauvaise.
Réponse de le 20/09/2019 à 16:45 :
sacré Roger.
Ne me dites pas que dans les grands groupes, les salariés n ont aucun avantage ?. alors pourquoi le salarié d edf n aura pas le droit à avoir l électricité gratuite (tout étant si il paye 10'% et qu il déclare cela aux impots)).
arrêtez de vous attaquez toujours aux même personnes edf, sncf...vous êtes anvieux certainement.
a écrit le 20/09/2019 à 5:43 :
Tout est a vendre en France. Tout.
a écrit le 19/09/2019 à 22:10 :
Un titre racoleur et orienté sans éléments de fonds pour le confirmer.
Encore pire : visiblement c’est une fake news puisque la France continue d’exporter.
Et on appelle ça du journalisme...
a écrit le 19/09/2019 à 21:36 :
On ne peut pas dire que le lobby EDF ait boosté les énergies renouvelables, hors hydraulique( qui remonte pour l'essentiel aux années 50-60). La production des EnR hors hydro est d'environ 15% du mix électrique en France qd elle dépasse allègrement les 30% chez nos voisins espagnols italiens et anglais et approche même les 40% en Allemagne.
EDF , retoqué sur ses objectifs solaire eolien par le plan Hulo évoque les difficultés pour trouver du foncier qui freine selon lui le développement des implantations photovoltaïques. Il y a pourtant des friches industrielles, militaires, SNCF...
Le pb est ailleurs. Car EDF a fortement investi ds son parc nucléaire pour accroître la sûreté et la durée de vie de ses centrales ( bonne opération sur des installations largement amorties, mais coûteuse de plus de 1 mds par réacteur ) mais également sur des projets EPR ruineux qui ont fortement fragilisé sa santé financière ( Flamanville a un dépassement de 10 milliards pour un retard à ce jour de 10 ans Hinkley point est estimé à 22 mds hors surcoût...). Dc, la capacité d'EDF à s'investir plus ds le renouvelable est hors de portée.
Bref par ce projet de scission, les 38 mds de dette d'EDF redeviennent public et le consommateur contribuable a de beaux jours devant lui pour devoir supporter ces ardoises et les futures.
Espérons toutefois que ce projet dynamisera l'investissement ds le renouvelable et permettra enfin un décollage du marché de l'électricité, car le coût du kW vendu par EDF va bientôt fortement augmenter...
Réponse de le 20/09/2019 à 13:13 :
Il faut remettre les choses en place : EDF , c'est l’État qui en est l'actionnaire majoritaire. Donc le patron. Donc les investissement catastrophiques qui ont été fait l'on été par ... l'état. Ajouter là dessus la loi Nome et l'Arenh, qui impose à EDF de revendre à ses concurrent sa production à un coût inférieur à celui de production. De qui vient cette loi ? De l'état. Donc si je simplifie un tout petit peu, l'état possède une entreprise, qu'elle grève de dette et dont elle prive de plus en plus de ses possibilités de gagner de l'argent ... Qui a dit schizophrène ?
a écrit le 19/09/2019 à 17:55 :
A l'heure à laquelle j'écris (19/9 17:54), le site eco2mic indique que le France exporte ce jour (19/9/2019) 5489 MW et importe 978 MW.
Cordialement
a écrit le 19/09/2019 à 17:53 :
FAUX, à l'heure actuelle on exporte pas moins de 5500MW !
a écrit le 19/09/2019 à 17:40 :
Et quand EDF vend de l'électricitéà l'étranger , peut on savoir combien ça lui rapporte ?
a écrit le 19/09/2019 à 16:10 :
Encore une fois il s'agit d'une demande de la commission europeenne liberale et cela ne date pas d'aujourd'hui





La Commission européenne a lancé une procédure d'infraction contre huit pays dont la France afin de faire respecter les règles de mise en concurrence sur le marché de l'énergie hydraulique.La France «dispose du deuxième parc hydroélectrique installé en Europe», d’après le ministère de la Transition énergétique. Il s’agit de la première source d’énergie renouvelable en France. L’Etat français est propriétaire des ouvrages qu’il a concédés après la guerre pour une durée de soixante-quinze ans en général. Nombre de ces concessions sont arrivées à échéance, sans faire l’objet d’une mise en concurrence contrairement à ce que demande l’article 106 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE). D’ici 2023, 150 concessions seront arrivées à échéance (sur 399). Bruxelles souhaiterait qu'ils puissent être confiés à des concurrents d'EDF.Le rappel à l’ordre de la Commission européenne relance une bagarre engagée il y a plus de dix ans.L’affaire débute il y a près de quinze ans. Dès 2005, la Commission s’attaque à la position dominante d’EDF qui contrôle 80% des aménagements hydroélectriques avec une procédure d’infraction pour «une rupture de l’égalité de traitement entre différents opérateurs économiques».
Le décret attaqué par la Commission était une mesure dérogatoire à la loi Sapin de 1993 «relative à la prévention de la corruption et à la transparence de la vie économique et des procédures publiques», qui mettait en situation préférentielle le concessionnaire sortant.l’article 41 de la loi Sapin prévoyait donc des exceptions à la mise en concurrence, notamment lorsqu’un service était confié à un établissement public. Ce qu’EDF a donc cessé d’être en 2004.
«En changeant le statut d’EDF en 2006, en abandonnant le statut de service public, l’Etat s’est retrouvé dans l’obligation de lancer des appels d’offres lors du renouvellement des concessions hydroélectriques».En clair, la mise en concurrence dans la procédure de renouvellement des concessions hydroélectriques est un «effet conjugué» de «la perte pour Electricité de France (EDF) de son statut d’établissement public, et de la suppression, suite aux demandes de la Commission européenne, du droit de préférence dont jouissait le concessionnaire sortant au titre de l’article».En 2015, Margrethe Vestager, commissaire européenne chargée de la concurrence envoie une lettre de mise en demeure à la France pour avoir accordé et maintenu «l’essentiel des concessions hydroélectriques» au bénéfice d’EDF.D’après un article du Monde daté du 14 février 2018, Matignon avait indiqué aux organisations syndicales du secteur être en train de travailler «pour une ouverture d’une partie des concessions dès 2018, sans dévoiler ses plans précis», provoquant la colère de ces dernières.
a écrit le 19/09/2019 à 14:56 :
"La grève à EDF fait chuter de 9% la production d'électricité française... et ça va coûter cher"... Comment ça ? Les performances d'EDF font que le courant importé est plus cher ! Et on veut changer tout ça ! Je ne comprend pas...
a écrit le 19/09/2019 à 13:08 :
C'est surtout que l'on peut se demander comment on peut être assez bête pour rpévoir de privatiser des centrales nucléaires !? Fukushima, catastrophe dont la principale cause est la privatisation et pas le tsunami sur une ile hein, qui irradie la planète depuis 2011 n'empêche pas l'aveuglement du seul fait de leur vénalité.

Au secours.

Ou comment sauver le monde avec des gens qui croient que leur intérêt c'est de l'anéantir ?
Réponse de le 19/09/2019 à 17:03 :
Vous feriez bien de lire l'article ! Il est écrit que le projet est de nationaliser toute la partie nucléaire...
Réponse de le 20/09/2019 à 15:54 :
"Vous feriez bien de lire l'article ! Il est écrit que le projet est de nationaliser toute la partie nucléaire... "

Désolé ! Je suis tellement traumatisé par la gestion aléatoire des LREM que j’étais persuadé qu'ils feraient cette bêtise !

Bravo à eux même si cela veut dire que l'oligarchie financière n'en veut pas ce qui est peut-être mauvais signe pour l'économie nucléaire en elle même puisque l'oligarchie laisse les désastres gérés par l'argent public et les bénéfices gérés par elle-même.

Bref il va falloir attendre pour voir, je recommande en tout cas chaudement à la filiale nucléaire française de changer de modèle et de se diriger vers des petits réacteurs, comme l'exemple russe, permettant d'une part d'accroitre les marges mais surtout d'être entièrement sécurisables et donc bien mieux vendables sinon, si elle ne retient pas la leçon de Fukushima plus personne 'nen voudra.
a écrit le 19/09/2019 à 12:30 :
ha, tous ces syndicalistes petris de bonnes intentions, ca me met la larme a l'oeil!
les syndicats n'en n'ont rien a carrer du rechauffement climatique, ce qui les preoccupe, c'est leur train de vie
et effectivement, si edf est demantele, ca risque de mal se passer pour le CE d'ultragauche et ses nombreux permanents
voila ou est le pb
Réponse de le 19/09/2019 à 13:51 :
Pour répondre à notre cher "Churchill"
Si EDF est démantelé, les syndicats vont peut être perdre beaucoup, mais si on analyse différemment la situation, on peu se rendre compte que tout ce qui rapporte de l'argent à EDF va être "offert" à ceux qui pourront l'acheter et les enrichir de surcroit, mais que tout ce qui coûte restera sous tutelle de l'état (donc des contribuables) qui ne manquera pas de "transférer" les coûts vers des taxes (sur la facture d'électricité) ... Donc qui seront les vrais perdants ???
"Durant la guerre, l'indifférence de Churchill envers le devenir économique du pays laisse une grande latitude aux économistes qui vont pouvoir faire avancer leurs propres projets"
Réponse de le 19/09/2019 à 16:53 :
Vous avez raison "Chruchill", il vaut mieux ne pas avoir à payer dans nos factures 1ou 2€ qui iront pour le CE d'EDF, qui finalement profite en grand partie aux salariés d'EDF mais d'avoir à payer plus pour engraisser les actionnaires des grandes entreprises du secteur privé ! Quand je lis des propos comme les vôtres, on comprend comment un gars comme Macron a pu être élu...
a écrit le 19/09/2019 à 12:24 :
La dette de plus 2,5 bln euro oblige la vente des entreprises publiques, ... qui et avec quoi peut les rembourser
a écrit le 19/09/2019 à 11:51 :
devinez pourquoi enedis fait le forcing pour mettre le linky et bien pour gérer son réseau en direct voila une des applications suite a la baisse de production aujourd hui .avant c etait pas possible .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :