Séisme en Ardèche : EDF retarde le redémarrage des réacteurs nucléaires de Cruas

 |   |  271  mots
(Crédits : Reuters)
La centrale nucléaire de Cruas est pourtant unique en son genre: elle est la seule à disposer de système antisismiques censés amortir les secousses d'un tremblement de terre. Malgré cela, l'électricien qui prévoyait initialement une remise en marche possible ce vendredi, annonce ce matin, sans fournir plus d'explications, avoir besoin de plus de temps pour mener ces redémarrages à bien.

EDF a indiqué mercredi que le redémarrage des trois réacteurs de la centrale nucléaire de Cruas-Meysse à l'arrêt depuis le tremblement de terre qui a frappé l'Ardèche et la Drôme pourrait être différé.

L'électricien prévoyait initialement une remise en marche possible ce vendredi.

"Le démarrage des réacteurs est susceptible d'être retardé par la durée du processus de contrôle en cours", écrit EDF dans une note publiée mercredi sur son site.

L'entreprise ne fournit aucun autre détail.

Aucun dégât constaté mardi, les vérifications se poursuivent

Un responsable de l'électricien a déclaré mardi que les premiers contrôles n'avaient révélé aucun dégât à ce stade mais précisé que des vérifications supplémentaires seraient menées.

Le redémarrage des réacteurs n°2, 3 et 4 du site dépendra au final d'un avis de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

Le tremblement de terre d'une magnitude de 5,4 qui a frappé lundi matin l'Ardèche et la Drôme a fait quatre blessés.

Une conception antisismique unique en France

"Un capteur a signalé une secousse cinq fois moins importante que le seuil de sûreté", a précisé à la presse le directeur adjoint de la production nucléaire d'EDF, Régis Clément.

Cruas est la seule centrale du parc français à disposer d'appuis parasismiques en élastomères, afin d'absorber de possibles secousses.

"Aujourd'hui, clairement, aucun désordre n'a été observé sur les installations", a-t-il poursuivi, en indiquant que des inspections visuelles étaient en cours.

(Avec Reuters et AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/11/2019 à 12:35 :
Il n'y a aucun problème dans ce réacteur. Soyons rassurés....
a écrit le 14/11/2019 à 9:25 :
Quelle bande de bras cassés et ils voudraient que l'on ai confiance...

Le déclin c'est long, surtout vers la fin.
Réponse de le 14/11/2019 à 9:34 :
en France 6 million consomment de leau de source contaminée par le tritium. info sur le net uniquement pour voir les régions concernées
Réponse de le 14/11/2019 à 11:05 :
Il existe des fournisseurs d'électricité verte (Enercoop en 1er) et aussi 1 fournisseur de biogaz (Ilek) qui fournit du gaz à partir de fermentation de déchet. Qu'est-ce que l'on attend pour travailler avec ces fournisseurs ? Si un jour une centrale nucléaire "péte" pour 1 raison ou 1 autre, il sera trop tard pour beaucoup de monde.
Réponse de le 14/11/2019 à 13:26 :
"Qu'est-ce que l'on attend pour travailler avec ces fournisseurs ?"

D'être sûrs que d'investir dans le vert ce n'est pas investir dans un dumping fiscal ou social quelconque or vu l'opacité de la finance c'est pas encore gagné...

Déjà nous savons que par exemple la BEI a mit des billets sur des projets douteux au seul nom du "vert". Avouez que pas simple d’avoir confiance non ? -_-
Réponse de le 14/11/2019 à 14:34 :
@Espoir69:
vos producteurs emettent plus de gaz à effet de serre que EDF et son parc nucléaire.
Si la priorité c'est le climat, la France doit garder son parc nucléaire. Sinon elle peut le remplacer par du solaire et de l'éolien et les centrales au gaz et charbon qui vont avec (l'Allemagne emmet 8 à 10x plus de CO2 que la France pour produire son électricité).
a écrit le 14/11/2019 à 9:07 :
Il y a visiblement aucun problème dans le réacteur.
Soyons rassurés....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :