LTDE

Le tramway sans câble est-il l’avenir ?

Rien n’est moins sûr mais il n’empêche qu’Alstom a mis au point un tramway sans caténaire, qui se recharge par le sol en station. Installé tout récemment à Nice, il économiserait le quart de l’énergie dépensée par un tramway classique.

3 mn

(Crédits : Alstom)

La réponse à la question n'est pas si évidente qu'elle pourrait paraître. Lorsque nous avons demandé à François Giraud, directeur marketing et portefeuille produit tramway chez Alstom, il nous a appris que, en effet, un certain nombre de villes tenaient aux caténaires de leur tramway. Parce qu'avec le temps, elles s'étaient fondues dans le décor et faisaient désormais partie intégrante du paysage urbain local.

Ces villes au tramway historique et donc existant intéressent Alstom, certes, mais l'actualité penche vers une solution que l'entreprise a mise au point et qui, elle, se passe de mâts et de câbles. Celle qui séduit, en France et ailleurs, les villes qui ont décidé d'ajouter le « tram » à leur offre de mobilité urbaine.

Cette solution s'appelle Citadis XO5. Un tramway qui s'affranchit de toute caténaire dans la mesure où il se recharge par le sol, grâce au système SRS (pour « système de recharge statique par le sol »). L'énergie est ainsi stockée dans la rame, permettant de charger le tramway lors de son passage en station. Durée de la charge : vingt secondes. Soit, en gros, le temps nécessaire à la descente et à la montée des passagers.

« Cela nous permet d'embarquer une grande réserve d'énergie », précise François Giraud. A Nice, où le XO5 a été inauguré fin juin (sept kilomètres de trajet sur onze au total), il embarquer ainsi plus de 13KW. A noter que près du tiers de l'énergie nécessaire au fonctionnement de ce tramway nouvelle génération sera produit lors de ses phases de freinage. Un système qui pourrait, d'ailleurs, très bien fonctionner pour un bus électrique, relève son concepteur.

Lire aussi : Un hélicoptère électrique pour aller au bureau ?

25% d'énergie... et 11% de maintenance en moins

Du côté d'Alstom, on insiste sur les avantages techniques d'une telle innovation. Bien au-delà de questions d'esthétique urbaine ou d'accessibilité (passage sous un pont, accès pour les pompiers...). Elle porterait ainsi la durée de vie du matériel à quinze années environ, « l'un des meilleurs standards du marché », explique François Giraud.

L'argument économique n'est pas loin : « Citadis XO5 économise 25% de l'énergie nécessaire au fonctionnement d'un tramway de la génération précédente, car nous avons travaillé, notamment, sur le type de motorisation qui l'équipe, un moteur à élément permanent, avec un meilleur niveau de rendement, qui va permettre une économie d'énergie importante, associé à l'amélioration des 'auxiliaires' -la gestion de l'air conditionné ou l'éclairage par des Led, par exemple-. »

A la clé, également, une réduction de 11% des coûts de maintenance du matériel. Là aussi, un gros plus pour les clients dont l'investissement se révèle lourd.

Produit en divers sites Alstom en France, le Citadis XO5 est en phase de production en série. Soixante exemplaires sont ainsi fabriqués en ce moment dans les ateliers du groupe. Direction l'Australie et Sydney. A Taïwan, à Kaohsiung, quinze XO5 vont bientôt traverser la ville. D'autres projets sont aussi dans les tuyaux, comme à Barcelone. Plus proche, c'est à Caen, dès 2019, que le système va voir le jour (23 tramways commandés).

Le tramway sans caténaire, « c'est probablement le sens de l'histoire », selon François Giraud. Une histoire débutée à Dubaï fin 2014, sur un parcours de onze kilomètres, et qui devrait se poursuivre encore un long moment.

3 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 21/08/2018 à 13:57
Signaler
Quelques corrections à apporter à votre article, qui reproduit (mal et) sans esprit critique les arguments commerciaux d'Alstom : - "13KW" : s'agissant d'une énergie, il s'agit de kWh. - "1/3 de l'énergie ... sera produit lors de ses phases de ...

à écrit le 25/07/2018 à 12:12
Signaler
"un moteur à élément permanent" : Quand on ne sait pas de quoi on parle, on s’abstient d'écrire des âneries... A "aimants permanents", merci ! Ces moteurs sont par ailleurs utilisés sur les TGV depuis pas mal d'années...

à écrit le 25/07/2018 à 11:41
Signaler
Quand on mélange tout (mais c’est la faute à Alstom), on arrive à faire des raccourcis saisissants trompeurs, voire mensongers. « Alstom a mis au point un tramway sans caténaire, qui se recharge par le sol en station. Installé tout récemment à Nice,...

à écrit le 24/07/2018 à 23:59
Signaler
Très bon article, mais revenons aux définitions, kW pour la puissance et kWh pour l'énergie, ne mélangeons pas tout ou le texte devient incompréhensible!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.