LTDE

Lyon : quelle feuille de route pour la transition énergétique ?

 |   |  254  mots
(Crédits : DR)
Après 4 ans de travail, le schéma directeur des énergies a été adopté en 2019 par la Métropole de Lyon. Un plan établi aux côtés des entreprises, des collectivités, des associations et citoyens du territoire.

Cet outil de planification de la production, de la distribution et de la consommation des énergies sur le territoire initié dès 2015 se matérialise ainsi par une feuille de route de 120 actions à mener d'ici 2030 en faveur de la transition énergétique. Il prévoit notamment la rénovation de 200 000 logements sur le territoire et l'installation de 10 fois plus de panneaux photovoltaïques.

Les citoyens lyonnais participatifs

Tous les acteurs du territoire sont invités à avancer ensemble pour réinventer la ville. Les familles à énergie positive, c'est-à-dire, celles s'inscrivant dans l'initiative ALEC (Agence Locale de l'Energie et du Climat), et s'engageant par ce biais à réaliser au minimum 8% d'économies d'énergie sur une période donnée participent donc aussi. Leurs défis : s'investir dans plus de tri, de compost et moins de gaspillage.

- 20 % de consommations énergétiques

Les objectifs de la feuille de route se veulent chiffrés. Il s'agit de diminuer de 20 % les consommations énergétiques (par rapport à 2013) et de 43 % les missions de gaz à effet de serre (par rapport à 2000). Mais aussi d'augmenter de 17 % la part des énergies renouvelables et de récupération (celle des incinérateurs). Composante majeure du Plan Climat Energie Territorial de la Métropole dont le vote est programmé en décembre 2019, ce schéma directeur des énergies fait l'objet d'un financement entre 50 et 60 millions d'euros par an. La Métropole de Lyon est en route vers un nouveau modèle visant à construire une politique énergétique en articulation avec les autres politiques publiques locales.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/10/2019 à 9:10 :
Ce plan n’en est pas un: un plan ce n’est pas un objectif que l’on demande à chacun de bien vouloir respecter, c’est la programmation des actions réelles. En la matière, ce plan n’atteindra ces objectifs, parce qu’il n’a pas été conçu comme tel. Imaginez le gouvernement Pompidou, en pleine crise pétrolière en 1973, dire, nous comptons sur le bon vouloir des citoyens pour construire des centrales nucléaires et pour réduire leur consommation d’essence, sans programmer la construction des centrales ni mettre en place la taxe sur les carburants

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :