Les fuites d'eau (vous) coûtent 20% de votre facture

 |   |  401  mots
Un litre d'eau potable sur cinq est perdu dans des fuites de canalisations en France, soit un total impressionnant de 1.300 milliards de litres d'eau ou 430.000 piscines olympiques par an, affirme une enquête de 60 Millions de consommateurs. (Photo : Cha già José via Flickr CC License by.)
Un litre d'eau potable sur cinq est perdu dans des fuites de canalisations en France, soit un total impressionnant de 1.300 milliards de litres d'eau ou 430.000 piscines olympiques par an, affirme une enquête de 60 Millions de consommateurs. (Photo : Cha già José via Flickr CC License by.) (Crédits : Flickr / Cha già José)
Chaque année, 1,3 milliard de mètres cubes d'eau traités par les usines n'arrivent jamais au robinet. Soit 20% des volumes perdus, mais payés par les consommateurs, même si c'est invisible sur les factures, selon une enquête publiée jeudi.

Un litre d'eau potable sur cinq est perdu dans des fuites de canalisations en France. Ce qui représente un total impressionnant de quelque 1.300 milliards de litres d'eau ou 430.000 piscines olympiques par an, affirme une enquête de 60 millions de consommateurs publiée jeudi.

Selon cette étude menée avec la Fondation France Libertés, le taux de fuite est en moyenne en France de 3.400 litres par jour pour chacun des 850.000 kilomètres de canalisations d'eau qui parcourent le pays.

20% de volumes perdus

"Les fuites sont nombreuses et chaque année, 1,3 milliard de mètres cubes d'eau traités par les usines n'arrivent jamais au robinet. Soit 20% des volumes perdus, mais payés par les consommateurs, même si c'est invisible sur les factures", souligne l'institut dans un communiqué publié jeudi.

Sur la base des données de l'Office national de l'eau et des milieux aquatiques (Onema), l'organisation de défense des consommateurs a dressé un palmarès des fuites dans les 101 villes préfectures de métropole et des DOM.

15%, la limite fixée par la loi

Celui-ci montre que deux de ces villes sur trois "n'atteignent pas l'objectif national fixé par la loi Grenelle II de 2010, visant à limiter le taux de fuites à 15% de l'eau produite", souligne l'étude.

Dans un quart des préfectures, le taux dépasse même les 25%: le taux est de 54% à Digne-les-Bains (Alpes-de-Haute-Provence), 48% à Bar-le-Duc (Meuse), 46% à Saint-Denis de la Réunion, 41% à Fort-de-France (Martinique), ou encore 37% à Nîmes (Gard) et 36% à Tulle (Corrèze) et Evreux (Eure).

Le Mans, Rennes et Blois, bien classées

Dans les meilleurs élèves, 60 millions de consommateurs recense 33 préfectures entre 4 et 15%, avec en tête Le Mans (Sarthe) et Rennes (Ille-et-Vilaine) avec 4%, devant les 5% de Blois (Loir-et-Cher) et les 7% d'Orléans (Loiret) et Moulins (Allier).

Côté grandes villes (agglomérations, communautés de communes ou métropoles), Paris intra-muros est à 8,3%, Lyon 17,8%, Marseille 15%, Toulouse 11%, Lille 18%, Bordeaux 15,7% et Nice 19%.

1,5 à 2 milliards d'euros de travaux par an

Bien que globalement méconnue du grand public, l'ampleur des fuites est un phénomène identifié. Selon le ministère de l'Ecologie, elles proviennent en "grande majorité" des fuites de branchements, qui doivent souvent faire l'objet de recherches poussées dans des secteurs "douteux" afin d'être identifiées.

Selon l'institut, pour éviter ce "grand gaspillage", il faudrait engager 1,5 à 2 milliards d'euros par an pour réaliser les travaux nécessaires, "soit le double du rythme actuel".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/03/2014 à 9:41 :
Jusqu'à preuve du contraire, l'eau tombe du ciel, elle est donc gratuite. Facturer un prix "de l'eau" est faire peu de cas de cette donnée.Nos factures devraient nous faire payer les services de traitement et de distribution de l'eau. C'est tout. Quant aux canalisations qui fuitent, c'est tout bénéfice pour les distributeurs d'eau vu que le prix est calculé en fonction des volumes qu'ils prélèvent et non pas sur le total des volumes relevés aux compteurs individuels. L'eau perdue nous est donc bien facturée. On comprend alors le peu d'empressement des distributeurs à rénover les canalisations.
a écrit le 21/03/2014 à 9:41 :
Jusqu'à preuve du contraire, l'eau tombe du ciel, elle est donc gratuite. Facturer un prix "de l'eau" est faire peu de cas de cette donnée.Nos factures devraient nous faire payer les services de traitement et de distribution de l'eau. C'est tout. Quant aux canalisations qui fuitent, c'est tout bénéfice pour les distributeurs d'eau vu que le prix est calculé en fonction des volumes qu'ils prélèvent et non pas sur le total des volumes relevés aux compteurs individuels. L'eau perdue nous est donc bien facturée. On comprend alors le peu d'empressement des distributeurs à rénover les canalisations.
a écrit le 21/03/2014 à 8:44 :
Il suffit de donner cette eau aux agriculteurs. Depuis un quart de siècle, l'irrigation a été généralisée. Ce qu'on se garde bien de publier c'est que cette eau d'irrigation provient directement du réseau d'eau potable et que les agriculteurs le payent au forfait : 1 centime du mètre cube
a écrit le 21/03/2014 à 0:22 :
Dernier coup d'épée dans l'eau des écolobobosocialistes avant le scrutin de dimanche? Qu'ont-ils fait du haut du siège de leur mairie pour alléger la facture de leurs administrés? La distribution de l'eau potable est une compétence dans le giron des communes. Prétendre que le gaspillage est invisible sur la facture est une farce...
Réponse de le 21/03/2014 à 6:53 :
Les fournisseurs d'eau sont très inventifs. Dans mon cas, je dois payer 12 euros le m3, car il fait en plus un calcul sur les jours de l'année. Si je m'absente de ma maison pendant 11 mois je dois payer 40 Euros de plus. Ce sont des voleurs. Il s'agit du syndicat mixte des eaux de la gatine..
a écrit le 21/03/2014 à 0:17 :
Qui forme les employés des régies? Les privés.
a écrit le 20/03/2014 à 22:31 :
Ca fait bien longtemps que les communes qui ont les moyens traquent ces fuites par de multiples sondages et arrivent pour les plus grosses à les circonscrire .La conso d'eau passe avant tout par le reseau interieur !Quelle pression avait vous chez vous ? Il est recommandé 3 bars, mais beaucoup ont bien plus et plus il y a de pression et plus il y a de debit .Se doucher 1/4 d'heure avec 3 bars de pression ou 6 bars c'est pas du tout la meme conso et tout est à l'avenant.On peut aussi remplacer le briseur de jet des robinets par des mousseurs qui consomment 25 % de moins .C'est un poil plus long pour remplir un verre ou une casserole mais au final sur une année ça vaut le coup.
Réponse de le 21/03/2014 à 0:32 :
Il existe des réducteurs de débit sous la forme d'une rondelle plate en plastique au diamètre interne plus faible à insérer entre le robinet et son filtre. Vous pouvez également les insérer entre le flexible de douche et le robinet. La conception de la pomme de douche est aussi importante car plus elle est large et diffuse un nombre important de faisceaux, plus votre "couverture" est importante donc vous économiser du temps donc de l'argent en faisant couler moins d'eau pour vous rincer.
a écrit le 20/03/2014 à 20:53 :
cet article c'est de l'approximatif.
En effet , le mètre cube d'eau puisé et non vendu ne coûte au consommateur que la valeur de la taxe de puisage ( 0.29€ du M3) + le cout électrique du prélèvement + le traitement de l'eau.
a écrit le 20/03/2014 à 19:57 :
Il y a certes les fuites mais également tous les détournements effectués par les gens du voyage et les roms. Evidemment aucun chiffre ne pourra être donné et ce au nom du politiquement correct
a écrit le 20/03/2014 à 17:08 :
Le traitement des eaux usées est de plus en plus technique parce que de plus en plus de pollution, évitons de trop cogner sur ceux qui savent le faire parce que demain ce ne sont pas les mairies qui le feront, on va se retrouver à importer des technologies des Etats Unis, de Corée ou de Singapour, on aura l'air bien malins avec nos débats d'arrière garde en mode "boutons Veolia hors de France"
Réponse de le 21/03/2014 à 9:47 :
Le traitement de l'eau est une vaste fumisterie qui génère principalement des bénéfices pour les actionnaires. Des milliers de composés chimiques retournent dans les eaux et les boues sont des déchets que nombre d'agriculteurs ne veulent plus.
a écrit le 20/03/2014 à 14:43 :
Il faut être assez ignorant des réalités économiques pour écrire un titre comme celui là. Ce serait supposer que la totalité du coût de l'eau est un coût variable alors que les coûts sont essentiellement des coûts fixes qui ne varient que peu en fonction des volumes distribués. La facture ne baisserait donc certainement pas de 20% comme ce titre le laisse croire! peut être de quelques pour-cent. En revanche sur le plan écologique l'intérêt de stopper ce gaspillage est grand.
a écrit le 20/03/2014 à 12:50 :
La privatisation du réseau qui a abouti à une multiplication par 7 du prix n'a en rien permis une meilleure efficacité.
Moralité, le con-somnateur paye pour de l'eau traitée qui ne lui arrive pas, pour le retraitement d'une eau qu'il n'a pas usé, pour l'entretien d'un réseau qui ne l'est pas et en plus pour le provisionnement de sommes destinées à faire des investissements qui n'ont jamais étés faits et qui ne le seront probablement pas. Quelqu'un s'est t'il jamais interrogé comment les sociétés de service des eaux ont fait pour passer en deux décennies d'entreprises vénérables parfois centenaires, solides mais peu rentables (Générale des eaux, Lyonnaise des eaux, SAUR) à des galaxies tentaculaires (Vivendi et Veolia) ? C'est pas trop compliqué, ils ont ponctionné directement dans les portefeuilles des français avec la bénédiction, parfois intéressée des élus.
Réponse de le 20/03/2014 à 16:48 :
N'importe quoi. Depuis le retour du service à la mairie de Paris, ma facture d'eau a augmenté. Et en plus maintenant il n' y a plus aucune transparence, plus personne n'est responsable de rien, plus personne pour rendre des comptes tous les mois sur la qualité de l'eau, sur les bénéfices de la régie publique, etc.. Au moins avec les privés on pouvait leur mettre la pression pour qu'ils se tiennent à carreau, mais quand c'est municipal c'est le grand ventre mou, on vous explique que c'est compliqué, que c'est politique et donc qu'il ne faut pas parler d'argent etc... Bref, c'est encore pire.
Réponse de le 20/03/2014 à 16:57 :
J'habite en allemagne et je peux vous dire que c'est là bas que l'eau est la plus chère en Europe (x2 par rapport à la France); Pourtant, tout les sociétés sont publiques, gérées en plus par les syndicats. Pas convaincant, quand je vois dans les journaux les grosses BMW des patrons de syndicats je me dis que la galaxie tentaculaire elle n'est pas là où on le croit.
Réponse de le 20/03/2014 à 17:18 :
D'accord avec René. Le gauchisme bobo parisen nous coûte PLUS CHER que Veolia.
Réponse de le 20/03/2014 à 17:26 :
Ce n'est pas parce que le privé sait mieux se vendre qu'il faut croire leurs bobards. Mais bon, à priori, ça marche.
Réponse de le 20/03/2014 à 18:00 :
@Yvan: moi, je vous parle de ce que je paie tous les mois et de ce que je vois en Allemagne. Et ce que je vois dans ces régies publiques, c'est scandaleux. Renseignez vous.
a écrit le 20/03/2014 à 12:39 :
Assainissement collectif perte de 40 % dans reseau de certaines villes pendant ce temps la l'on verbalise les assainissements individuels non conforme souvent lie a des conflits d'interets des elus locaux
a écrit le 20/03/2014 à 12:33 :
Comme déjà noté, cette eau perdue rapporte aux compagnies de distribution privées. Et faire payer le traitement aux VRAIS pollueurs devrait aussi être fait.
Réponse de le 20/03/2014 à 18:04 :
> Comme déjà noté,

Noté où ? Il faudrait aussi le démontrer, non ?

> Cette eau perdue rapporte aux compagnies de distribution privées.

Non.
Elle rapporte à la régie électrique qui facture le gaspillage d’énergie.
Elle rapporte aux chimistes qui facture les produits de traitement ainsi gaspillée.
Elle rapport au syndicat (sivom ou autres) qui marge un peu dessus
avant de refacturer le tout aux communes...
a écrit le 20/03/2014 à 12:23 :
Enfin on voit où sont les VRAIES économies d'eau...bien plus que dans les qq litres du brossage de dents. Et pourtant depuis des années on nous culpabilise avec ça.
regardez le pipi de chat que vous gaspillez ! et pendant ce temps on ne regarde pas où sont les véritables problèmes.
20 % c'est une moyenne nationale. Dans certaines communes c'est bien plus que ça.
a écrit le 20/03/2014 à 12:11 :
les sociétés fermières ont l'obligation de maintenance du réseau, mais si tout est à refaire c'est du ressort de la commune. Elles ont donc tout intérêt à laisser pourrir le réseau ce qui leur évite les dépenses, donc augmente leurs profits. Ce qu'elles font.
Et on ne peut leur en vouloir; ce sont les contrats d'affermage qui sont rédigés à leur avantage (plus parfois à celui de ceux qui ont conclu le contrat).
Réponse de le 20/03/2014 à 12:53 :
Tout a fait d'accord, les contrats ont été rédigés pas du personnel qualifié ! bien des communes se sont faites "roulés" Dans une petite ville ,cette dernière avait cédé la régie de l'eau potable et assainissement , rien n'a été fait, mais par contre l'eau avait plus que triplé. fuite des eaux usées importantes
Réponse de le 20/03/2014 à 16:53 :
J'ai l'exemple inverse dans une communauté de petites villes, le retour en régie a été une catastrophe et a coûté les yeux de la tête. Comme ils ne voulaient pas augmenter les factures, cela aurait fait désordre, ils ont planqué une partie dans les impôts comme cela personne n'y voit rien. Privé - public ce n'est pas le problème, ce qu'il faut c'est des vrais pros avec en plus un vrai contrôle de la part de gens sérieux, pas des vagues gars dans une mairie qui font de la politique pour se faire élire et des excités qui font de la démago.
Réponse de le 20/03/2014 à 17:40 :
> Comme ils ne voulaient pas augmenter les factures, cela aurait fait désordre,
> ils ont planqué une partie dans les impôts comme cela personne n'y voit rien

C'est d'autant plus facile qu'ils peuvent planquer les coûts de production, donc le volume produit et traité en 'trop', en impôts.
Les compagnies privées se rémunèrent sur votre compteur d'eau. S'il y a une fuite en amont, elle n'y gagnent rien, au contraire, des réparations à répétition leur coûtent plus cher à terme.
Et si elles ont aussi la gestion des usines de traitement, elles ont tout intérêt à faire baisser le volume de production et les frais que ça engendre, puisque la base de leur rémunération dépend plus du volume "arrivé" au compteur.

Dans la recherche de fuite, je demande à voir qui est plus actif, qui investit le plus, entre les régies publiques et le secteur privé.
a écrit le 20/03/2014 à 11:39 :
Il faut ajouter les fuites sur les canalisations des eaux usées, ce qui fait autant de traitement en moins pour les opérateurs d'eau : même facturation, mais moins de traitement et moins de réparations des évacuations : c'est tout bénef!
a écrit le 20/03/2014 à 10:43 :
Sauf que l'argent nécessaire à l'entretien de ces canalisations, il faudrait dans la plupart des cas qu'il soit sorti par les grosses entreprises type Veolia, ou Suez, qui détiennent le marché de la distribution de l'eau dans de très nombreux endroits. Or leur but à eux n'est pas de rendre un service mais bien de faire du bénéfice: ils ne vont tout de même pas réparer des canalisations à grands frais alors que l'usager paie de toutes façons! (On notera que les villes "bonnes élèves" sont des villes qui ont repris en main la distribution de leur eau de manière publique...)
Réponse de le 20/03/2014 à 13:01 :
> On notera que les villes "bonnes élèves" sont des villes
> qui ont repris en main la distribution de leur eau de manière publique...

Foutaises, les mauvais élèves sont des régies municipales ...
a écrit le 20/03/2014 à 10:41 :
véritable manne financière . spéculation a outrance sur l eau l état devrait fixé un prix pour tout le pays et aucun monopole l eau devrait etre gratuite jusque , a un certain cubage , pas deux ou trois metre cubes , mais ce qu une famille pourrait consommer en un mois sans aucunes exagération , et au delà vous payer plein pot , et + si exagération. par contre vous payer le traitement

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :