Air Austral mise sur Air Madagascar face aux low-cost long-courriers

 |   |  487  mots
(Crédits : DR)
En prenant 49% du capital d'Air Madagascar, la compagnie réunionnaise Air Austral entend renforcer son réseau dans l'Océan Indien et développer le trafic en correspondance vers cette région du monde dans le but de compenser l'impact de l'arrivée de la concurrence low-cost sur l'axe phare Paris-La Réunion. Cette stratégie passe par le redressement de la compagnie malgache. Air Austral se donne 3 ans pour la redresser.

Nouvelle ère pour la compagnie réunionnaise Air Austral. Bousculée sur son axe phare Paris-La Réunion par l'arrivée l'an dernier de la low-cost long-courrier French Blue, rebaptisée depuis French Bee, Air Austral mise sur son alliance toute fraîche avec Air Madagascar pour assurer « son développement », mais aussi, « quelque part, sa pérennité », a expliqué ce lundi son PDG, Marie-Joseph Malé, lors d'une conférence de presse à Paris.

Baisse de la recette unitaire entre Paris et La Réunion

En prenant fin novembre 49% de la compagnie malgache, Air Austral cherche ainsi à muscler son réseau dans l'Océan Indien afin de développer le trafic de correspondance vers cette partie du globe via La Réunion et Madagascar. Ceci dans le but de continuer de réduire l'exposition de la compagnie à l'axe Paris-La Réunion mais aussi de compenser les pertes de recettes unitaires engendrées sur cet axe qui génère encore 56% de ses recettes. Depuis l'arrivée de French Bee en juin dernier et la hausse de 20% de l'offre en sièges qui s'en est suivie, la recette unitaire d'Air Austral a en effet chuté de 4 à 5% malgré la baisse de capacité. De quoi remettre en cause les équilibres financiers. Après quatre exercices consécutifs positifs, Air Austral se bat pour ne pas tomber dans le rouge à l'issue de l'exercice en cours qui s'achèvera fin mars.

« Air Austral ne va pas se différencier sur les coûts mais sur le produit et le réseau et Air Madagascar entre dans ce cadre », a insisté Marie-Joseph Malé.

Trois ans de redressement

Ce dernier réfléchit à une alliance avec Air Madagascar depuis 2016 déjà au moment de l'annonce par le groupe Dubreuil, propriétaire de French Bee, de lancer cette dernière sur La Réunion. Pour autant, avant d'arriver à constituer « une force dans l'Océan Indien », il faudra redresser Air Madagascar. Ce qui n'est pas une mince affaire pour une compagnie qui, faute de moyens, a connu « une descente aux enfers » selon les mots de Marie-Joseph Malé. Ce dernier se donne trois ans pour la redresser et revenir à l'équilibre. Air Austral pourra compter sur l'engagement de l'Etat malgache d'apurer le passif de la compagnie (160 millions de dollars) et sur un financement de 40 millions de dollars émanant d'Air Austral et de prêts bancaires étalés dans le temps.

Ce redressement passe par une augmentation d'offre significative dès la prochaine saison été avec le passage de deux à 4 vols par semaine entre Antanarivo et Paris en juillet et août (plus un autre au départ de Marseille), avant de redescendre à trois vols par la suite, mais aussi par la hausse de l'offre en sièges de 30% sur les vols intérieurs malgaches et régionaux. Outre cette croissance, un gros travail va être entrepris pour améliorer la ponctualité et la qualité de services d'Air Madagascar.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :