Festival de Ramatuelle : « le théâtre nous met face à nous-mêmes »

 |   |  1055  mots
Jacqueline Franjou a fait carrière dans le secteur privé, et a dirigé sept ans durant le Women’s forum. [C.BRUNEAU]
Jacqueline Franjou a fait carrière dans le secteur privé, et a dirigé sept ans durant le Women’s forum. [C.BRUNEAU] (Crédits : DR)
FESTIVAL. Celle qui préside depuis trente-cinq ans à la destinée du festival de théâtre de Ramatuelle a décidé de le maintenir cet été, malgré la crise. Rencontre avec une entrepreneure qui a toujours su conjuguer culture et économie.

LA TRIBUNE - En pleine crise sanitaire, avez-vous un temps envisagé d'annuler le festival ?

JACQUELINE FRANJOU - Évidemment, l'arrivée de la pandémie a été un choc. Mais il ne m'est jamais venu à l'idée de baisser les bras. Je suis restée en relation presque quotidienne avec le ministère de la Culture, qui m'a toujours encouragée. J'ai fait mienne la phrase d'Alexandre Dumas qui clôt Le Comte de Monte-Cristo : « Attendre et espérer ».

Quelle était votre ambition en le créant en 1985 ?

Apporter la culture au village. J'ai transformé ce projet en réalité. J'ai fait construire le théâtre en vingt-sept jours et vingt-sept nuits. Une fois que le festival a été créé avec la complicité de la municipalité, dont je faisais partie, nous n'avons cessé de le réinventer avec Jean-Claude Brialy, qui en était le directeur artistique. Nous avons mis en place la première billetterie informatisée dans le Var, les premiers tirés à part dans le domaine culturel, et, tout travail méritant salaire, refusé le bénévolat. Le festival a changé l'état d'esprit du village en lui apportant un supplément d'âme. Il est devenu un écosystème, nécessitant de nombreux et fidèles partenaires financiers.

Le festival a-t-il un impact sur le...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :