Les atouts insoupçonnés du tourisme dans le Nord

SÉRIE D'ÉTÉ. TOURISME, CULTURE ET PATRIMOINE DANS LES HAUTS-DE-FRANCE (3/3). Sans parler de Nausicaa, du parc Astérix ou du Louvre-Lens, la région des Hauts-de-France a plus d'un atout inattendu pour séduire les touristes, de France comme de l'étranger. Et ce, même si elle ne peut pas revendiquer 300 jours de soleil par an.

4 mn

(Crédits : Comité régional du tourisme et des congrès)

« Sud ou Nord de France, quelle est la meilleure destination de vacances ? » s'interrogeait dernièrement le Daily Telegraph depuis Londres. Si la raison d'être des vacances est de « bien manger, bien boire et passer de bons moments », résume le journaliste Anthony Peregrine, alors le Nord est tout désigné. Avec le gros avantage d'être arrivé « à destination dès que vous aurez posé le pied à Calais ».

Outre l'avantage de la proximité pour tout voyageur belge, néerlandais ou britannique qui veut éviter les chassés croisés routiers de l'été, il se trouve que le climat « tempéré » des Hauts-de-France semble peser sur le choix des vacanciers.

Climat tempéré mais pas que...

En 2019, les Hauts-de-France ont en effet enregistré une hausse des nuitées de 7% (contre 5,5% pour la Normandie ou 4,5% pour le Centre-Val de Loire) : « Les épisodes successifs de fortes chaleurs de l'été ont pu conduire une partie de la clientèle à préférer des régions au climat plus tempéré », avait même conclu l'Insee.

D'autant que le pays des Ch'tis n'est pas qu'une terre minière, bordée de terrils. Avant la fusion avec la Picardie, et donc sans compter le Louvre-Lens, le Nord et le Pas-de-Calais revendiquaient déjà près de 50 musées, soit la plus forte densité en France (exception faite de Paris). Aujourd'hui, la région compte 84 musées !

Parmi eux, le majestueux Palais des Beaux-arts de Lille, le LaM à Villeneuve d'Ascq pour l'art moderne, contemporain et surtout reconnu comme le plus grand musée d'art brut de France, le musée d'art et d'industrie La Piscine à Roubaix (installé dans une emblématique ancienne piscine art déco) ou encore le musée Matisse au Cateau-Cambrésis, créé en 1952 par Matisse lui-même dans sa ville natale.

 Sites de mémoire

De par son histoire, les Hauts-de-France sont également un haut lieu de mémoire. Selon une étude de l'Observatoire économique de la Défense, les sites historiques ont enregistré près de 2,5 millions de visites en 2018 (soit 3,1% de plus que l'année précédente). Les Hauts-de-France se classaient même deuxième région de France, juste après la Normandie.

En 2018, les célébrations liées aux commémorations de la Grande Guerre ont attiré près de 37.000 Chinois (+ 32 %) et près de 35.000 Australiens (+82 %). Dans le cadre de l'après-centenaire, la Région a signé l'année dernière une convention inédite avec l'État pour garantir et améliorer le travail de mémoire, notamment à travers l'aménagement de chemins structurés et cohérents et la mise en valeur des nécropoles nationales.

Nature et littoral

Le site de Notre-Dame-de-Lorette, le plus grand cimetière militaire français (42.000 soldats) et le Mémorial national du Canada à Vimy, le plus prestigieux des monuments canadiens d'Europe, ont attiré respectivement 275.000 et 174.200 visiteurs en 2018. Dans la Somme, les mémoriaux de Thiepval, le plus important des mémoriaux britanniques au monde, et de Terre-Neuvien, honorant les soldats du dominion de Terre-Neuve, comptent pas loin de 170.000 entrées également, toujours pour 2018.

Alors que le tourisme post-Covid réclame toujours plus de nature, les Hauts-de-France apportent également une réponse, avec ses 200 kilomètres de littoral comportant des sites préservés comme la Baie de Somme et le site des deux Caps (classés Grands sites de France), ses quatre parcs naturels régionaux, la nature en ville avec les citadelles de Lille et d'Arras, les marais de Saint-Omer ou les Hortillonnages d'Amiens, le voyageur pourra renouer avec un « slow tourisme », largement plébiscité dans la tendance actuelle.

Sens de l'accueil

Les Hauts-de-France ont donc pour eux les paysages, la culture et le tourisme de mémoire mais aussi, et surtout, le sens de l'accueil. « C'est un point vraiment différenciant qui revient souvent dans les retours des visiteurs : l'importance donnée à l'attention reçue prend une place de plus en plus importante », souligne Christophe Serieys du Comité régional du tourisme des Hauts-de-France.

Si l'on s'en réfère simplement aux statistiques 2020 sur les commentaires et les notes des utilisateurs de la plateforme de réservation Booking.com, les Hauts-de-France se classent deuxième région la plus accueillante de France, juste derrière l'Alsace. Quatre villes figurent même dans le top 20 des villes françaises les plus primées (Arras, Saint-Valery-sur-Somme, Wimereux et Boulogne-sur-Mer). Alors, Sud ou Nord de France ?

_____

Lire aussi :

1/3 Comment Lille et les Hauts-de-France ont marketé le tourisme nordiste

2/3 Tourisme en Hauts-de-France : petite économie deviendra-t-elle grande ?

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 06/08/2021 à 8:27
Signaler
C'est aussi de là qu'a commencé le début de la libération de la France et la fin de la barbarie nazi ce qui dans notre histoire, même si de très nombreux dirigeants de toutes sortes aimeraient bien que l'on oublie cette partie dans laquelle leurs par...

le 06/08/2021 à 22:06
Signaler
Ah bon le nazisme serait mort avec Adolphe Hitler mais que sont devenu alors les jeunesses hitlériennes? Des adultes raisonnables? Et pourtant je m'étonne que cette grande démocratie qu'est l'Allemagne puisse désigner à vie sa chancelière... à l...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.