Chine : le groupe Wanda ouvre un deuxième parc pour contrer Disney

Le groupe chinois vient d'inaugurer son second parc d'attraction en quatre mois. Son objectif est de multiplier les offres sur le territoire pour mettre à mal le Disneyland de Shanghai.
Jean-Christophe Catalon
Le parc Disneyland de Shanghai ouvert en juin dernier est la cible principal du patron de Wang.
Le parc Disneyland de Shanghai ouvert en juin dernier est la cible principal du patron de Wang. (Crédits : Reuters/Aly Song)

Et de deux. Le milliardaire chinois Wang Jianlin a ouvert samedi son second parc d'attraction Wanda City à Hefei, à environ 500 kilomètres à l'ouest de Shanghai. Espace de loisir, centre commercial, complexe de cinéma et même parc aquatique se répartissent sur près de 160 hectares. Complété par un complexe résidentiel, le projet a coûté au total plus de 4,5 milliards d'euros.

Ces nouvelles attractions sont inaugurées seulement quatre mois après l'ouverture du premier site du groupe Dalian Wanda à Nanchang, situé 400 kilomètres plus au sud. Lors de son premier mois d'exploitation, celui-ci avait attiré plus de deux millions de visiteurs, avec une affluence similaire durant l'été, selon le South China Morning Post.

Une "horde de loups" face au "tigre" Disneyland

Le site de Hefei constitue une nouvelle étape dans l'ambition de Wang Jianlin de plomber Disney. L'américain a ouvert en juin dernier un parc d'attraction gigantesque à Shanghai. Le milliardaire n'apprécie pas l'arrivée de ce montre culturel étranger sur le sol chinois. Il compte ainsi construire pas moins de 15 parcs d'attractions d'ici 2020, chacun coûtant plusieurs millions d'euros. Par cette offre, il espère constitue une "horde de loups" capables de venir à bout du "tigre" Disneyland, selon ses propres termes.

"Nous voulons faire en sorte que Disney ne puisse pas être rentable sur ce créneau (des parcs d'attraction, ndlr) en Chine pendant dix à vingt ans", avait déjà signifié Wang Jianlin.

Dans ses parcs, Wang Jianlin veut proposer un univers en opposition aux personnages phares de Disney, emblèmes de la pop culture. Ainsi, parmi les attractions phares du parc on trouve notamment une rue remplie d'ateliers artisanaux traditionnels de Chine, selon Bloomberg. Des attractions plus classiques comme des montagnes russes, les plus hautes du monde, et un cinéma immersif font également partie des réjouissances. Certainement l'occasion pour Wanda de diffuser ses productions. Le groupe a en effet acquis le studio hollywoodien Legendary (Jurassic World, Godzilla) en janvier dernier. Sur le site de Hefei, Wang Jianlin prévoit d'accueillir 20 millions de visiteurs à l'année.

Disney compte sur ses franchises pour séduire ses clients chinois

Les objectifs de Wanda apparaissent cependant très ambitieux aux yeux des experts qui soulignent son manque d'expérience, le groupe étant à l'origine spécialisé dans l'immobilier. À l'inverse, son concurrent gère des parcs d'attraction depuis 1955 et le site de Shanghai devient son quatrième à l'étranger. Walt Disney Company a déboursé 4,9 milliards d'euros pour sa construction.

En revanche, les parcs américains restent leur levier de croissance. À eux seuls, ils représentent 80% du chiffre d'affaires de la branche. À l'étranger, les sites sont parfois à la peine, à l'image de la dette d'EuroDisney. La maison-mère a donc décidé, en 2013, d'investir dans ses parcs pour les rénover. Le complexe de loisirs de Marne-la-Vallée a dépensé 558 millions d'euros pour la seule attraction Ratatouille. En Chine, l'américain compte surtout sur ses franchises très populaires pour séduire une classe moyenne en plein essor, dans un pays où il réalise une part croissante de ses recettes cinématographiques.

Jean-Christophe Catalon

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.