Star Alliance n'exclut pas d'avoir cinquante compagnies

 |   |  369  mots
La première alliance mondiale qui comptera 25 membres en 2009 va changer d'organisation pour pouvoir gérer jusqu'à 50 compagnies.

La crise que traverse le transport aérien ne pousse pas Star Alliance à revoir sa stratégie de croissance. Au contraire. La première alliance mondiale, qui compte aujourd'hui 21 membres (dont Lufthansa, United, Singapore Airlines...), entend accentuer son avance sur ces deux concurrentes, Skyteam (Air France-KLM, Delta...) et Oneworld (British Airways, American...) qui disposent chacune de dix membres.

Quatre nouvelles compagnies vont intégrer Star Alliance d'ici à la fin 2009: Continental Airlines (qui quitte Skyteam), Air India, le brésilien TAM, et la petite Brussels Airlines dont l'adhésion a été validée mercredi à Chicago lors de la réunion annuelle des PDG des compagnies membres. La multiplication des adhésions n'est pas sans poser des problèmes d'organisation reconnaît-on chez Star. «Aussi nous allons changer la gouvernance de l'alliance», a indiqué son PDG Jan Albrech. «Nous travaillons sur une structure de management capable de gérer jusqu'à cinquante compagnies membres", a-t-il ajouté. Un chiffre calculé après avoir fait l'inventaire des compagnies susceptibles d'entrer un jour dans une alliance.

Star, Skyteam et Oneworld représentant respectivement 27,8%, 23,1% et 23,9% du trafic mondial, il n'en reste pratiquement plus beaucoup de grandes tailles à part Virgin, China Eastern, et celles du Golfe dont ne veut pas Star Alliance. «Nous n'avons pas besoin de ce trafic artificiel construit dans le désert», explique Jan Albrecht. L'adhésion à un tel regroupement de transporteurs est attractive. Elle permet à un transporteur de pouvoir commercialiser un réseau mondial, à moindre frais, sans ajouter d'avions. Ceci grâce à la pratique du partage de codes (code-share) un système qui permet à un transporteur de vendre des sièges sur les avions des partenaires.


Après avoir trouvé des partenaires en Chine et en Inde, Star fait de l'Amérique centrale et latine, sa  priorité. Outre l'arrivée de TAM et Continental au réseau très dense sur l'Amérique centrale et latine, TACA (basée au Salvador) et Copa (Panama), -ce dernier membre associé de Skyteam- devraient signer prochainement un accord d'adhésion avec Star. En revanche, en Russie, un marché également prioritaire, les choses n'avancent pas en raison du manque de visibilité sur la pérennité des acteurs en place, en dehors d'Aeroflot qui a choisi en 2004 Skyteam.



 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :