Le gouvernement veut éviter la grève des pilotes cet été

 |   |  332  mots
Invité ce vendredi de BFM, le secrétaire d'Etat aux Transports, Dominique Bussereau, a assuré que ce mouvement pour lequel il a reçu un préavis pour tous les week-ends du 10 juillet au 3 août de la part du SNPL , le syndicat national des pilotes de ligne, "n'aura pas de raison d'avoir lieu. Mais hôtesses et stewards menacent à leur tour.

Le gouvernement n'aura pas mis longtemps à réagir à la menace, révélée par La Tribune ce vendredi et confirmée par le ministère des transports d'une grève des pilotes lors des départs en vacances.

Invité ce vendredi de BFM, le secrétaire d'Etat aux Transports, Dominique Bussereau, a assuré que ce mouvement pour lequel il a reçu un préavis pour tous les week-ends du 10 juillet au 3 août de la part du SNPL , le syndicat national des pilotes de ligne,  "n'aura pas de raison d'avoir lieu. Nous trouverons le moyen de faire en sorte que la demande du SNPL, c'est-à-dire le vote d'un texte par l'Assemblée nationale, puisse avoir lieu".


Le SNPL veut obtenir du Parlement le vote d'une disposition aménageant la récente réforme de la représentativité syndicale afin que la place spécifique des pilotes soit prise en compte et qu'ils ne soient pas marginalisés lors des scrutins sociaux dans l'entreprise. Une position apparemment partagée par Dominique Bussereau : "on sait très bien que dans une compagnie aérienne rien ne peut fonctionner sans les pilotes, donc accorder une représentativité particulière aux pilotes, ça me parait du bon sens en terme de sécurité et par rapport au rôle qu'ils jouent dans l'entreprise".

Le Secrétaire d'Etat a assuré sur BFM qu'un texte en ce sens "va être discuté dans les jours à venir par la Commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale". Ensuite "il viendra à l'Assemblée. Je ne peux pas vous dire à quel moment ce sera inscrit à l'ordre du jour. Nous verrons dès lundi (...) à quel moment nous pourrons fixer l'examen de ce texte à l'assemblée nationale".

Mais cela pourrait ne pas suffir. Car à leur tour, les navigants commerciaux, hôtesses et stewards, protestent et se mobilisent. Quatre de leurs syndicats, CFTC, SNPNC-FO, Unac-CGC et Unsa aérien, réclament à leur tour dans un communiqué une représentation syndicale spécifique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Devant le caractère exorbitant de la menace (4 week-ends de grève parmi les plus chargés de l'année), le gouvernement va "se coucher", et gageons qu'il va faire de même devant les stewards. Mais si, comme le dit le ministre, "ça lui paraît du bon sens", pourquoi avoir attendu la menace d'un grève dure pour s'en apercevoir et annoncer "en catastrophe" la discussion d'un texte.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
"On sait très bien qu'à la SNCF rien ne peut fonctionner sans les conducteurs de train,donc accorder une représentativité particulière aux conducteurs de train doit paraître du bon sens en terme de sécurité et par rapport au rôle qu'ils jouent dans l'entreprise.". C'est ce que Dominique Boussereau va nous annoncer s'il est cohérent. Le gouvernement a du mal à "tricoter" ses lois. Maintenant il les détricote. C'est ce qu'il appelle la réforme de l'Etat.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Privatisons! Privatisons! Il y a des concurrents dans le secteur.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :