Air France menacé de poursuite par une famille de victime du vol Rio-Paris

 |  | 536 mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le père et le frère de Clara Amado, 31 ans, une hôtesse de l'air qui fait partie des 228 victimes du vol AF 447 Rio-Paris disparu au large des côtes brésiliennes, se sont constitués partie civile dans ce dossier.

Alors que la deuxième phase de recherche des boîtes noires de l'Airbus A330 d'Air France, abîmé en mer pour une raison toujours inconnue au cours du vol AF447 Rio- Paris vient de s'achever sans succès et qu'une troisième phase doit commencer, la compagnie aérienne est loin d'en avoir fini avec ce dossier.

La famille d'une victime de l'accident veut en effet entamer des poursuites judiciaires contre Air France, a déclaré vendredi son avocat. Le père et le frère de Clara Amado, 31 ans, une hôtesse de l'air qui fait partie des 228 victimes du vol AF 447 Rio-Paris disparu au large des côtes brésiliennes, se sont constitués partie civile dans ce dossier.
Selon Me Jean-Claude Guidicelli, qui assiste la famille varoise dans ses démarches, il s'agit à ce jour de la deuxième famille française à suivre la même procédure.
L'avocat a indiqué qu'il allait demander la mise en examen d'Air France avant le 24 septembre prochain, date d'une quatrième rencontre à Paris entre les familles des victimes du vol et la direction de la compagnie aérienne.
"On veut des réponses à nos questions et connaître les causes exactes de l'accident et on veut que les responsables assument", a-t-il déclaré.
La panne des sondes Pitot, qui permettent de mesurer la vitesse de l'avion, est l'une des causes envisagées pour expliquer l'accident mais, selon le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA), d'autres éléments ont pu intervenir.
"S'il y a eu des problèmes avec les sondes Pitot, il faut le dire", a ajouté Jean-Claude Guidicelli. "On ose espérer que ces sondes n'ont pas été choisies pour des raisons d'économies."
L'avocat s'étonne qu'aucune mise en examen n'ait été prononcée alors qu'une information judiciaire a été ouverte par le parquet de Paris pour homicide involontaire.
REMPLACEMENT DES SONDES
Air France a annoncé le 31 juillet dernier le remplacement prochain sur ses A330 et A340 d'une partie des sondes de vitesse Pitot fabriquées par Thales par des modèles conçus par le groupe américain Goodrich.
Airbus, le constructeur de ces avions, a recommandé à ses clients d'équiper les A330 et A340 d'au moins deux capteurs de vitesse Goodrich sur trois.
L'Airbus A330 qui assurait le vol AF447 était équipé de sondes fabriquées par le groupe français Thales. Selon un porte-parole d'Airbus, environ 200 des 1.000 A330 et A340 en service dans le monde sont équipés de capteurs Thales.
L'Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) a fait savoir qu'elle recommandait l'interdiction du plus ancien des capteurs de vitesse Thales, lequel équipait le vol AF447.
De son côté, le BEA a annoncé jeudi l'arrêt des opérations de recherches sous-marines des boîtes noires du vol Rio-Paris.
Une première phase de recherches acoustiques des enregistreurs de vol de l'Airbus 330 avait pris fin à la mi-juillet, date à laquelle leur balises devaient cesser d'émettre.
La deuxième phase a été menée par le Pourquoi Pas, navire de l'Institut français de la recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer), avec deux véhicules de plongée, le sous-marin Nautile et le robot Victor.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
L'État Français est le principal actionnaire de Thalès à hauteur de 26.5%
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Air France détient le record des boites noires non retrouvées ou retrouvées endommagées.Le BEA ne pourrait il pas imposer que les boites soient plus facilement repérables et plus protégées (localisation dans des parties généralement sauves comme la dérive,flottabilité ,etc,)
Quant aux sondes,on ne comprend pas que l'on engage pas des poursuites contre le fabricant défaillant Thalès! (Au fait ,quel est l'actionnaire principal de ce fabricant?..;)
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
peut etre serait il " indispensable " que les autorités de départ et d'arrivée, ainsi que la compagnie et les douannes de départ et d'arrivée communique une liste exhaustive des marchandises embarquées comme FRET COMMERCIAL en SOUTES, ainsi que les clients expéditieurs de ce FRET COMMERCIAL en SOUTES ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :