Contrôles de sécurité renforcés dans les aéroports

 |   |  716  mots
Tous les contrôles de sécurité ont été renforcés dans les aéroports de la planète depuis la tentative d'attentat du 25 décembre. C'était encore le cas ce week-end, notamment à Paris. Les Etats-Unis augmentent les contrôles, notamment des vols depuis des pays "sensibles".

Si vous avez pris l'avion pendant ces vacances de Noël, en particulier pour un vol international, vous avez dû être frappé par le renforcement des contrôles de sécurité. Au départ, à l'arrivée - deux contrôles de passeport dimanche matin à Roissy Charles de Gaulle -, lors des transferts... A l'évidence, les forces de sécurité recherchent des individus suspects. Mais aussi des matériaux dangereux non repérés par les passages au scanner. D'où des fouilles supplémentaires des bagages à main avant l'embarquement.

Cette mobilisation accrue est bien évidemment liée à la tentative d'Umar Farouk Abdulmutallab de faire exploser le vol 254 Amsterdam-Detroit de la Northwest Airlines le 25 décembre dernier. Selon le Sunday Times, ce Nigérian de 23 ans était connu des services britannique de sécurité depuis plusieurs années. Mais ces informations n'auraient pas été transmises aux services américains.

Signe de cette nervosité accrue concernant la sécurité aérienne, les initiatives nationales pour doter les principaux aéroports du pays de scanner corporel se multiplient. Ainsi, les passagers volant vers les Etats-Unis depuis certains pays considérés comme sensibles  voire soutenant le terrorisme (Cuba, Iran, Soudan, Syrie, Yemen, Nigéria, Pakistan...) seront désormais soumis à des contrôles de sécurité plus complets.  C'est ce qu'a annoncé dimanche la Transportation Security Administration (TSA), l'autorité américaine de sécurité des transports. A partir de ce lundi 4 janvier, ils seront soumis à des scanners corporels complets et à des fouilles au corps plus détaillées. Les sacs transportés en cabine feront l'objet d'examens minutieux, et soumis à de nouvelles techniques de détection d'explosifs. Mais même pour des vols depuis ou vers des pays sans risque apparent, les autorités américaines se réservent le droit de renforcer tous les contrôles de passagers et de bagages.

Elles ont connu une alerte dimanche sur le terminal C (celui de la compagnie aérienne Continental Airlines) de l'aéroport de Newark, qui dessert la ville de New York. Une personne que les autorités recherchent actuellement a traversé un portique de sécurité en sens inverse, passant de la zone publique à la zone sécurisée sans être soumis aux procédures de sécurité. Les procédures de filtrage des passagers ont aussitôt été interrompues, et les vols suspendus. Les passagers qui avaient déjà franchi les contrôles de sécurité ont dû les repasser par mesure de sécurité.

Dimanche, le Premier ministre britannique Gordon Brown a annoncé à la BBC que les aéroports du pays vont être équipés de scanners corporels et les bagages à main de tous les passagers, même ceux qui sont simplement en correspondance, passeront au détecteur d'explosifs. "Pour quelque technologie que ce soit, nous ne pouvons avoir une preuve absolue d'efficacité à 100%, a-t-il souligné.Nous avons découvert qu'il existe une nouvelle forme d'explosif qui n'est pas détectée par les machines ordinaires. Nous devons aller plus loin. Nous premier devoir est d'assurer la sécurité des gens de ce pays".

Le principal opérateur des aéroports britanniques BAA (British Airport Authority, détenu par l'espagnol Ferrovial) a commandé des scanners corporels pour Londres Heathrow, l'aéroport le plus fréquenté d'Europe. "Nous sommes d'avis que c'est en combinant la technologie, le renseignement et le profilage des passagers que l'on peut ériger une défense plus robuste face à la nature changeante et imprévisible de la menace terroriste contre l'aviation", explique BAA dans un communiqué. Les aéroports d'Heathrow et de Manchester ont déjà testé les scanners corporels.

Le ministre italien de l'Intérieur Roberto Maroni a lui aussi annoncé au quotidien Corriere della Serra que son pays envisageait d'installer des scanners corporels dans les principaux aéroports de Rome et Milan afin de renforcer les contrôles avant les vols jugés les plus exposés à une menace terroriste. "Nous avons les moyens pour nous les procurer mais nous devons surmonter l'opposition des agences européennes de protection des libertés individuelles", explique-t-il. Une réunion est prévue jeudi avec les responsables italiens de l'aviation civile pour trouver une solution. Les Pays-Bas et le Nigeria ont déjà annoncé qu'ils allaient utiliser les scanners corporels après cette nouvelle tentative d'attentat.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :