Eurostar jugée responsable de la série de pannes de décembre

Le rapport, très attendu, de la commission chargée d'enquêter sur les pannes de la compagnie ferroviaire conclut qu'Eurostar n'était pas suffisamment préparée.
(Crédits : © 2010 Thomson Reuters)

Le verdict est tombé : la société Eurostar était mal préparée. La commission, chargée de faire le point sur les incidents à répétition qui ont bloqués cinq trains dans le tunnel sous la Manche en décembre, a conclu que la compagnie ferroviaire était responsable de ces pannes.

Dans son rapport, la commission souligne que "les trains d'Eurostar n'ont pas reçu de préparation hivernale suffisante pour supporter ces conditions, et que les procédures de maintenances devraient être révisées".

Guillaume Pepy, président d'Eurostar, avait justifié ces pannes en expliquant qu'une "neige poudreuse jamais vue avait pénétré dans les locomotives". En fait, la "wintrisation", processus permettant de limiter les effets du froid, n'aurait pas été mis en place à temps. Selon le site d'information Wansquare, il devrait rapidement être remplacé par Richard Brown, actuel directeur général de la compagnie.

La commission souligne également que l'évacuation des passagers s'est effectuée "de façon sûre et efficace". Mais les plans d'urgence pour aider les passagers à la suite des incidents "étaient insuffisants", et "les dispositifs d'information dans les gares, via les centres d'appel et sur le site internet n'étaient pas satisfaisants".

La commission, lancée par Eurostar, avait pour mission de déterminer à qui incombait la faute entre la compagnie ferroviaire et Eurotunnel, les deux groupes se renvoyant la responsabilité. Des rumeurs, qui circulaient avant la publication du rapport, laissait déjà entendre qu'Eurostar était le seul responsable et qu'Eurotunnel sortirait blanchit de toute accusation.

Christopher Garnett et Claude Gressier, les deux experts chargés de l'enquête, en profitent pour émettre une série de recommandations. Ils proposent une meilleure communication de crise avec Eurotunnel et un renforcement des procédures de gestion des interruptions de trafic majeures, visant à limiter les perturbations pour les passagers.

La France et la Grande-Bretagne demandent des actions immédiates

Les secrétaires d'Etat aux Transports français et britanniques veulent qu'Eurostar et Eurotunnel mettent "immédiatement en oeuvre" les recommandations de la commission.

Le secrétaire d'Etat français aux Transports, Dominique Bussereau, annonce avoir écrit "aux deux présidents d'Eurostar et Eurotunnel, pour qu'ils fassent valider un plan d'actions par leur conseil d'administration au plus vite. Les analyses et les recommandations du rapport semblent être approuvées par tous. Elles doivent maintenant être mises immédiatement en oeuvre".

Une réaction qui n'a pas tardé puisqu'Eurostar a annoncé qu'elle allait investir plus de 30 millions de livres (soit 34 millions d'euros) dans les prochains mois pour améliorer sa fiabilité et les informations en cas de perturbations.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 12/02/2010 à 13:54
Signaler
Les fabricants des Eurostars sont-ils différents de ceux des TGV? Etant donné que la SNCF est patronne de EUROSTAR et que le gouvernement est patron de la SNCF, que les ministres se taisent.... ou qu'ils prennent les manettes! Avec ça qu'ils ne brill...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.