Crash de l'Air France Rio-Paris : fronde des familles des victimes

Les associations et les avocats des familles des victimes dénoncent l'opacité de l'enquête du BEA (Bureau d'enquêtes et d'analyses, chargé de l'enquête technique) sur l'accident aérien du vol Rio-Paris et réclament d'autres recherches.
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

Les familles des victimes du vol Air France AF447 Rio de Janeiro - Paris disparu dans l'océan Atlantique le 1er juin 2009 veulent la vérité. Elles déplorent le fait que l'accident de l'Airbus A330 qui a fait 228 morts reste inexpliqué. Elles réclament donc le lancement d'une quatrième phase de recherches de l'épave.

Un an après la catastrophe, elles ne sont pas satisfaites des révélations de l'enquête du BEA (Bureau d'enquêtes et d'analyses, chargé de l'enquête technique pour le ministre français des transports). Cet organisme a estimé que la défaillance des sondes Pitot a constitué un élément de l'accident sans en être la seule explication de la catastrophe. Mais cet organisme aurait indiqué une zone qui n'était pas la bonne à la mission chargée des recherches dans l'Atlantique.

Les associations et les avocats des familles des victimes demandent une expertise internationale et dénoncent l'opacité de l'enquête de la BEA sur ce crash Maître Alain Jakubowicz, représentant de familles des disparus, a déclaré : "Il manque dans les (deux) rapports du BEA, les analyses sur les rapports d'autopsie. Les enquêteurs minimisent le rôle des sondes (de vitesse) Pitot", a-t-il dit. "Il y a des familles qui pensent qu'il y a des intérêts financiers. La vérité n'est peut-être pas bonne à entendre" a rapporté l'Agence France Presse (AFP). Sur son site internet  l'association s'est livré à un véritable réquisitoire sur l'attitude des autorités compétentes.

En termes d'indemnisation, ils conseillent également aux familles de ne pas agir seules pour des raisons d'équité. "Nous engageons les ayants droit à éviter toute transaction précipitée directe avec les compagnies d'assurance, hors avocats", a déclaré le président de l'association française "Entraide et solidarité AF447", Jean-Baptiste Audousset.

De leur côté, les familles allemandes de victimes à travers une association ont exigé, ce lundi, la mise en place d'une commission paneuropéenne d'expertise chargée de vérifier les informations fournies sur cet accident qui a fait 228 morts. Cette dernière a expliqué avoir approché la Commission puisqu'en 2003, elle a édité "une directive qui enjoint la France et les autres pays d'établir un registre des incidents (jugés) sérieux à l'instar de ceux relatifs aux sondes de vitesse (Pitot)".

A noter qu'une cérémonie "privée" organisée par Air France à la mémoire des victimes du crash doit avoir lieu ce mardi à Rio pour une quarantaine de familles brésiliennes.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 08/12/2010 à 17:03
Signaler
CELA FAIT PLUS DE TRENTE ANS QUE TOUT CE QUI S?EST ÉCRASÉ N?AURAIT PAS DÛ S?ÉCRASER ET PLUS JAMAIS PU S?ÉCRASER : Cela fait plus de trente ans que toute l?aviation aurait...

à écrit le 01/06/2010 à 10:08
Signaler
Il y a lieu de relativiser cet accident et de cesser de vouloir ressusciter des morts. Les recherches ont déjà coûté le déraisonnable et pour rien. Relativiser cela veut dire penser aux 330 morts sur la route en avril 2010, ou encore aux 25 000 enfan...

à écrit le 01/06/2010 à 5:04
Signaler
Bonjour Explication du "crash" AF 447 Rio-Paris et solution : www.voler-sans-plus-pouvoir-s-ecraser.net Tristement Jean Vladimir Térémetz

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.