La RATP doit se mettre à l'heure de la ponctualité

 |   |  458  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Dans le nouveau contrat pour les quatre prochaines années signé entre le STIF,l'autorité organisatrice des transports en Ile-de-France, et la RATP, l'amélioration de la ponctualité est la priorité.

Améliorer la ponctualité des RER, des métros et des bus : c'est la feuile de route contenue dans le nouveau contrat de quatre ans qui sera signé vendredi entre le STIF, l'autorité organisatrice des transports en Ile-de-France et la RATP. « Nous avons interrogé 9.000 personnes, la fiabilité du réseau existant constitue la priorité », explique la directrice générale du STIF, Sophie Mougard.

Résultat, dans le contrat 2012-2015, la régularité et la ponctualité pèse plus de 50 % de plus (par rapport au précédent plan) dans le système d'incitation financière inscrit dans le contrat. Celui-ci comporte en effet un système de bonus/malus lié à la réalisation ou pas par la RATP des demandes du STIF. «Le poids de la ponctualité passe de 21 à 28 millions d'euros », précise Sophie Mougard. En clair, si la RATP répond au cahier des charges, elle touchera 28 millions. Si elle échoue à tous les critères (impossible), elle ne touchera rien.

50 % du Passe Navigo remboursé

La mesure de la ponctualité a été peaufinée en distinguant l'offre en heures de pointes et en heures creuses. Les trains supprimés ont été intégrés dans l'analyse de la ponctualité. L'objectif est de pousser la RATP à assurer la circulation d'un train même s'il y a des perturbations. Concernant le RER, et plus particulièrement le RER B, le STIF demande une gestion unifiée entre la RATP et la SNCF de la ligne B d'ici à fin 2013. Des mesures émanant des deux opérateurs sont attendues d'ici à fin 2012. Conscient de l'insatisfaction des usagers, le STIF a introduit dans le contrat qu'en cas de « situation inacceptable » dans les RER comme cela s'est produit en 2011, 50 % du Passe Navigo soit remboursé.

Pour les métros, le STIF veut que la production (le nombre de rames) soit à la hauteur du volume de passagers en heures de pointe. En heures creuses que le temps d'attente soit le plus près possible du temps d'attente annoncé. Outre la ponctualité, le contrat vise aussi à une amélioration de l'information, de la propreté....

Investissement sans précédent

Le montant des investissements prévu pour la période est sans précédent : 6,5 milliards, soit le double par rapport au contrat précédent (2004-2007). Les deux tiers (4,3 milliards) seront consacrés à la « modernisation et la fiabilisation » du réseau et du matériel roulant existant. Le reste au développement (prolongement de lignes de tramways ou des lignes 12 et 4 du métro, avec le matériel nécessaire). Enfin, le STIF demande des efforts de productivité à la RATP. Néanmoins, ils restent modestes puisque les gains escomptés sur la durée du contrat sont de 0,5 % par an, comme dans le plan précédent.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/08/2012 à 21:44 :
Privatisons la RATP pour en améliorer la gestion, et à terme les usagers en bénéficieront.
a écrit le 16/03/2012 à 16:04 :
C'est vrai que les premiers essais de pénalisation ont sensiblement changé la donne :(
La triste réalité c'est que le réseau, faute d'investissement, s'est dégradé. Et pour revenir au niveau, la seule solution s'appelle investissements
a écrit le 15/03/2012 à 13:32 :
Des pénalités pour les gestionnaires (RATP et SNCF) ? Si ce sont les entreprises qui sont pénalisées, cela revient à pénaliser les usagers, in fine, car ces entreprises vivent essentiellement des ventes de billets aux usagers... Les seuls qu'il faudrait pénaliser, ce sont les PDG et principaux dirigeants (qui ne prennent pas les transports en commun).
a écrit le 15/03/2012 à 12:30 :
Le RER : c'est Calcutta !
a écrit le 15/03/2012 à 7:09 :
Tout les jours c'est "problème de signalisation" "alerte à la bombe" ou juste tellement de monde que l'on arrive même pas à monter dans la rame !
D'après le site de la ratp je suis à 25 minutes de mon travail. Dans la réalité je mets 45minutes le matin et jusqu'à 1h30 le soir ! Et je ne prend que le métro, j'imagine ce que ça doit être pour tout les usagers qui ont un rer ou un transilien à prendre en plus !
L?hygiène pour le coup c'est surtout de la faute de tout les usager qui ne respectent rien, qui urine dans les couloirs et les rames et qui jettent leur déchet n'importe où. Sans compter tout les gens qui ne se lavent pas et qui puent le rat crevé dès le matin !
a écrit le 15/03/2012 à 6:24 :
Le RER propre ??? Je crois rêver ....

Vous imaginez le nombre d hectolitre de javel a passer ??

Bon en attendant, je vais aller respirer l odeur de pisse habituelle ...
Réponse de le 15/03/2012 à 12:25 :
Helas c'est la triste vérité !
+1
a écrit le 14/03/2012 à 19:45 :
Sur la ligne B DU RER ce qui est deplorable c'est qu'une famille d'agent RATP ne peut beneficier de sa reduction puisque le billet est delivré par la SNCF en plein tarif ; vous n'avez donc pas le choix ...... ce serait a revoir avec la direction - j'en ai deja fait part mais rien n'a abouti !!!!
Réponse de le 15/03/2012 à 12:02 :
Oui, les differences versions de tarifs reduits pour les malheureuses familles des agents selon le guichet auquel ils s'adressent est surement le problème prioritaire à résoudre pour les transports parisiens ! Les bénéficiaires d'avantages acquis difficilement justifiables n'ont même pas la décence de se taire.

On croit rêver !!!
Réponse de le 15/03/2012 à 13:30 :
Il ne faut pas rever c'estun pb souleve qui ne me concerne pas mais il faut quand meme le souligner -
Réponse de le 16/03/2012 à 3:56 :
de toute manière, si'l on rembourse la moitie de la carte orange, il faudra payer avec les impots le manque à gagner. Ils nous font rever en mettant des objectifs.
Le fonctionnement de la Ratp et la sncf, c est tellement une usine "a gaz" qu'elle s'arrete à la moindre alerte.; il fait froid; il fait trop chaud, probleme de personne, probleme de signalisation, technique etc? Si le boulanger faisait la même chose, on n'aurait pas souvent du pain

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :