Entre Air France et Easyjet, c'est la guerre des aéroports de province

 |   |  597  mots
Copyright Reuters
Relais de croissance pour l'une, enjeu vital pour l'autre, les bases de province d'easyJet et d'Air France, qui seront inaugurées la semaine prochaine, témoignent de la concurrence acharnée des compagnies sur le court et moyen-courrier dont les heureux bénéficiaires sont les aéroports.

Le transporteur britannique à bas coûts devancera sa rivale française en dévoilant la première, mercredi, les détails de l'organisation de ses bases de Toulouse et Nice. Signe de l'importance donnée à cet événement, la directrice générale, Carolyn McCall, fera le déplacement depuis Londres.

Le lendemain, le PDG d'Air France, Alexandre de Juniac, inaugurera Nice avant Toulouse la semaine suivante. Les bases consistent pour les compagnies à poster à demeure avions et équipage avec l'objectif d'augmenter leur productivité et réduire leurs coûts (15% visés par Air France).

Pour la compagnie française, dont le réseau domestique et moyen-courrier est largement déficitaire, elles sont essentielles pour l'avenir du groupe qu'il forme avec le néerlandais KLM. "La mise en place des bases a deux objectifs. Le premier est de reprendre pied sur l'activité point à point, de retrouver un nouveau dynamisme. Le deuxième élément est de démontrer que l'entreprise est capable de se transformer, d'être plus réactive", explique Bruno Matheu, directeur général délégué chargé du commercial. "Précurseurs, catalyseurs des changements", ces bases sont, dit-il, "un élément fondamental dans la transformation d'Air France et de sa culture d'entreprise".

Air France sous pression

Ces dernières années, la compagnie a subi l'offensive de ses concurrentes à bas coûts, et d'easyJet en particulier. En six ans, la britannique a plus que doublé sa part de marché en France, passant de 5% en 2005 à 10,6% fin 2011 contre environ 50% pour Air France. A Nice et à Toulouse, elle compte même pour 22,1% et 19,2% du trafic total des aéroports contre 27,6% et 48% pour la française, selon des données des gestionnaires. Et la compagnie aux avions oranges ne compte pas en rester là: avec l'ouverture des nouvelles bases, douze nouvelles routes seront proposées à partir du 26 mars dont Nantes, Lille, Bâle-Mulhouse, Barcelone, Porto et Venise. Air France lancera, elle, à partir du 1er avril, 18 nouvelles lignes en Europe et dans le bassin méditerranéen.

Dans un entretien récent à l'AFP, le directeur général France d'easyJet, François Bacchetta, s'était défendu de réagir à Air France. "L'intention était bien là", avait-il assuré. Selon lui, la mise en oeuvre du projet a simplement été accélérée. Pour autant, Air France, qui a déjà lancé une base à Marseille en octobre et qui projette d'en ouvrir une à Bordeaux à une date indéterminée, y voit le témoignage de la crédibilité de son projet. "S'ils se sentent obligés de nous copier, c'est qu'on va dans la bonne direction. Cela en est même amusant. Si la menace était insignifiante, ils n'organiseraient pas des manifestations de la sorte", a commenté Bruno Matheu.

Des trajets low-cost pour Toulouse en Nice

Air France, qui proposera des trajets à 50, 80 et 110 euros selon la distance, basera 10 avions à Toulouse et 8 à Nice. EasyJet disposera un avion sur chaque plateforme. Pour les aéroports de Toulouse-Blagnac et Nice Côte d'Azur, qui ont battu des records de fréquentation en 2011 (6,98 millions et 10,4 millions de passagers respectivement), ces bases vont doper leur trafic sans investissements majeurs. Toulouse escompte une progression du trafic de 10% cette année, Nice de l'ordre de 6%.

Et les gestionnaires sont confiants dans leur capacité à absorber ces centaines de milliers de passagers supplémentaires. "On a largement les capacités d'accueil et on est habitué à gérer des flux importants au moment du grand prix de Monaco ou du Festival de Cannes", a commenté une porte-parole de l'aéroport de Nice, première plateforme régionale française.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/03/2012 à 12:37 :
Deux choses que je ne comprends pas:
- Les bases de province: n'est ce pas ce que Ryanair et Easy jet font, DEPUIS TOUJOURS ? Dès lors, quel besoin d'"inaugurer" ??? Par ailleurs, ai je bien lu: Easyjet 1 avion, Air France 8 ! ???
- les prix "dénoncés" dans les posts. Depuis bien longtemps, les prix offerts sont en relation à la demande. Air France était, il y a peu, dans cette industrie, réputée pour être celle qui gérait le mieux le "yield management". L'époque est elle révolue, et sont ils revenus à des prix uniques ("trop chers"); en conséquence de quoi leurs avions doivent être vides... puisque tout le monde va vers Easyjet ou consorts. Merci de m'informer sur cette étonnante contradiction.
NB je remarque que la presse est toujours prompte à s'extasier sur les lignes que Easyjet (ou quivalents) ouvrent; jamais sur celles que ces mêmes acteurs ferment (pour cause de non rentabilité, même en y incluant les aides locales...).
a écrit le 18/03/2012 à 13:44 :
Le probleme chez air france c'est que c'est cher pour des conditions de voyage parfois moins bien que du low cost. La nourriture est pas top et les avions vieux. Sur les long courier les ecran multimedia son mediocre meme nos telephones ont des ecran mille fois mieux. Et que dire du pseudo programme de fidelite flying blue!! Si peux interessant que ca ne fidelise rien du tout bien au contraire!!!
Réponse de le 18/03/2012 à 23:02 :
Bob, toi tu travailles chez non? pour être si peu objectif !!
a écrit le 18/03/2012 à 9:39 :
EasyJet a sauvé l'aéroport franco-suisse de Bâle-Mulhouse du désastre en y installant une base permettant de rejoindre quasiment toute l'Europe et même le Maroc, Israël et la Turquie. AF ne s'y est jamais intéressée. Même pas une liaison sur Londres... On se demande bien pourquoi. C'est trop loin des bureaux des technocrates parisiens sans doute.
a écrit le 17/03/2012 à 14:38 :
Un vol au meilleur prix entre Nice et Londres un Easy l'autre BA pas d'AF complétement dans les choux. on voit dans la remarque de M. Matheru toute l'arrogance d'AF qui est aujourd'hui devenu un chalenger qui court pour éviter de tomber bien bas. Allez AF un peu moins d'arrogance et une véritable action d'abord du prix et de la qualité du service avec du personnel de bord un peu moins arrogant. On se "revoit" dans quelques mois pour un point. Pour info je voayge depuis 1972 et pour la première fois j'ai été infidèle à AF car ras le bol d'être pris pour un gogo par des directions qui ont cru que tondre en permanence le client pour un service médiocre pouvez continuer. Idem pour nos constructeurs automobiles il va falloir que nos industriels se bougent plus dans l'action que dans le discours ou les combines politico industrielles comme chez Veolia.
Réponse de le 17/03/2012 à 17:47 :
Les commentaires faisant référence à la supposée arrogance d'af et de la supposée mauvaise qualité de ses prestations sont le comble du ridicule et je conseille vivement aux auteurs de ces posts de vraiment utiliser af et les autres..ils constateront que toutes ces compagnies se valent ...
Réponse de le 18/03/2012 à 6:42 :
Bonjour @glouglou je vous invite a voyager sur les compagnies asiatiques et du Golfe.Vous voyagez trop avec les compagnies américaines pour faire des comparaisons de qualité avec AF
Réponse de le 18/03/2012 à 8:57 :
afin d avoir des tarifs décents pour tout le monde il faut qu Air France disparaisse, c est triste mais le peuple ne peut pas s apauvrir a cause d irresponsable de la gestion. Plus que trois ans à tenir.
idem pour le train, un grand nombre de cheminots sont les nobles de notre époque.
a écrit le 17/03/2012 à 12:26 :
Air France s'est toujours royalement foutu de la province. Le but de ces installations est d'essayer de contrer EasyJet et de rapatrier les voyageurs à Roissy. Encore aujourd'hui sur leur site, si je cherche des vols au départ de lyon, Air France me propose d'abord ... d'aller à Paris en TGV ! Alors qu'Easyjet propose des vols direct (et encore plus depuis Genève qui n'est guere plus loin...).
a écrit le 17/03/2012 à 9:43 :
Je crains que les carottes ne soient déjà cuites pour Air France. Toujours trop cher (50 à 100 % plus cher pour un billet acheté en dernière minute). Une des force d'Easyjet est de proposer des billets souples: possibilité d'acheter des trajets aller simple sans payer une blinde comme avec Air France.
Un billet Paris Toulouse acheté 3 jours avant départ: 160 euros aller retour avec Easyjet contre 450 euros avec Air France. Même pour un voyageur d'affaire, on hésite pas une seule seconde.... Franchement je sais pas comment la comagnie tricolore se débrouille pour être si cher. Mais sans baisses très sérieuses de ses coûts et tarifs c'est la mort assurée
Réponse de le 17/03/2012 à 10:32 :
+1. Malheureusement, Airfrance fait miroiter des prix à 50 euros alors qu'il faut réserver minimum 2 mois à l'avance. J'ai voyagé sur pas mal de compagnies et les PNC d'Easyjet sont de loin les plus sympathiques.
Réponse de le 17/03/2012 à 17:48 :
sympa à easy ? ...
pas cher à easy ?
heu.... avez vous au moins déjà voyagé ?
Réponse de le 18/03/2012 à 3:20 :
Oui très souvent
Réponse de le 18/03/2012 à 5:39 :
Que du bla bla tout cela l arrogance du personnel air france ? Eh bien pas plus ni moins qu ailleurs c est plus français que purement Af la transformation de cette belle entreprise est en marche et elle va fonctionner et la on verra de quoi sont capable les concurrents c est tout
Réponse de le 18/03/2012 à 17:24 :
Je n'ai pas constaté la moindre "arogance" chez le paersonnel AF qui est très compétent. En outre je trouve souvent des vols Athènes Paris très competitif , au niveau d'Alitalia et Eazy jet ,avec un repas correct en plus ,très superieur à ceux d'Alitalia Lufthansa ou Swissair ,et malheureusement chez aucun ,un vol direct Athènes Lyon alors qu'existent des Lyon Malmo et des Athènes Bratislava réguliers ,c'est la politique centralisatrice de la France ,tout sur CDG
alors qu'il existe des Lyon Malmo et des Athènes bratislava à profusion........

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :