La SNCM supprimerait entre 800 et 1.000 emplois

La compagnie diviserait ses effectifs par deux dans le cadre d'un nouveau "schéma d'exploitation". Les syndicats y voient la main de l'actionnaire Transdev...
La compagnie maritime SNCM relie le continent à la Corse.
La compagnie maritime SNCM relie le continent à la Corse. (Crédits : reuters.com)

La direction de la SNCM a présenté mardi aux représentants des salariés de la compagnie maritime en difficulté un nouveau "schéma d'exploitation" prévoyant notamment la suppression de 800 à 1.000 emplois lors d'une réunion en préfecture des Bouches-du-Rhône, a-t-on appris de sources syndicales. La société qui opère entre le continent et la Corse emploie actuellement 2.000 personnes dont 400 CDD. La SNCM doit rembourser près de 440 millions d'euros d'aides gouvernementales jugées illégales par Bruxelles.

Un "coup de force" de l'actionnaire ?

Les syndicats estiment que ce projet est l'oeuvre des actionnaires (Transdev notamment) qui opterait pour un redressement judiciaire. L'opérateur de transports en commun juge en effet que c'est une des solutions pour sortir la compagnie de l'impasse. Les syndicats évoquent même un "coup de force".

De source syndicale citée par Reuters, on précise que Transdev a menacé de faire jouer une clause de remboursement anticipé d'avances sur trésorerie pour accélérer une cessation de paiement de l'entreprise et demander son placement sous la protection du tribunal de commerce de Marseille. Et de dénoncer l'attitude du gouvernement "qui se comporte comme un patron-voyou".

"Cela relève du pénal"

Selon Frédéric Alpozzo, les actionnaires ont fait planer la menace d'aller "par la force" vers le redressement judiciaire, si la Caisse des dépôts (coactionnaire avec Veolia de Transdev, principal actionnaire de la société, ndlr) retirait sa ligne de crédit à la compagnie. "Cela relève du pénal", a-t-il dénoncé : "On est dans une faillite et un démantèlement organisés par l'actionnaire et par l'Etat au profit de Corsica Ferries", le concurrent de la SNCM. "Le médiateur, en introduction comme en conclusion de cette réunion, a constaté qu'il n'avait pas les moyens de sa mission si tout se décide chez Transdev", a déploré en écho Maurice Perrin.

Une nouvelle réunion est programmée le 28 octobre, dans le cadre de ce processus enclenché en juillet par le médiateur du gouvernement pour sortir d'une grève de 17 jours ayant paralysé le trafic de la compagnie entre la Corse et le continent en pleine saison touristique.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 21
à écrit le 08/10/2014 à 22:23
Signaler
Depuis bien des années cette "société" aurait du être dissoute. Elle n'est qu'un repaire de parasites syndicalistes et fonctionnaires ou assimilés qui bénéficient du PRIVILEGE DE POUVOIR EMMERDER LES CLIENTS QUI LA FONT VIVRE. Qu'ILS EN VREVENT ne ...

à écrit le 08/10/2014 à 14:27
Signaler
Il est temps que ce très long feuilleton se termine enfin.

à écrit le 08/10/2014 à 14:22
Signaler
Dommage que seulement la moitié des salariés soient virés. Déclarez la faillite, vendez les bateaux et bon débarra

à écrit le 08/10/2014 à 13:28
Signaler
Enfin une bonne nouvelle ! Mais c'est l'ensemble des salariés qu'il fallait licencier et ouvrir la concurence à des startups innovantes non gengrennées par les syndicats de la préhistoire

à écrit le 08/10/2014 à 12:55
Signaler
Belle image des syndicats et de la mentalité francaise. Le socialo/communisne dans toute sa splendeur. Dans le meme style, nous avons aussi les pilotes Air France, la SNCF, EDF ... et toujours le même résultat: toujours avoir plus de privilèges sans ...

à écrit le 08/10/2014 à 12:46
Signaler
seulement, ? c'est la totalité qui est nécessaire.

à écrit le 08/10/2014 à 11:49
Signaler
J'aimerai dans ce type d'article une analyse comparée de la SNCM et de Corsica ferry qui expliquerai pourquoi l'une arrive à vivre et pas l'autre. Des faits, des chiffres, pas un article qui n 'apprend rien

à écrit le 08/10/2014 à 11:46
Signaler
seulement entre 800 à 1000? Virez moi tous ces fainéants qui vivent sur le dos des contribuables. Une hone ;-(

à écrit le 08/10/2014 à 11:11
Signaler
Zut !! 1000 adhérents de perdu qui vont pu pouvoir payer leur cotisations syndicales....

à écrit le 08/10/2014 à 10:54
Signaler
Les syndicats soupçonnent que ce sont les actionnaires qui ont proposé un plan de redressement ? c'est effectivement surprenant ! en général les actionnaires (de la SNCM) ne sot là que pour apporter leur argent pour combles les pertes. Comment osent-...

à écrit le 08/10/2014 à 10:49
Signaler
ce qui devait arriver arriva... une prémonition pour la SNCF et AirFrance

à écrit le 08/10/2014 à 10:19
Signaler
La SNCM ? Laissez couler ! Ce retour (bien trop tardif) de bâton est bien mérité, les syndicats et autres profiteurs ont ruiné leur société et ils veulent qu'on la renfloue (une nième fois de plus) avec des deniers publics ? Honte à tous ces profiteu...

à écrit le 08/10/2014 à 9:33
Signaler
Quand on voit la productivité et l'amabilité de ces salarié.... on s'etonne pourquoi la compagnie est aussi mal j'espesre que ca se finira vite et que cette compagnie sera racheté par une autre entreprise serieuse

le 08/10/2014 à 10:55
Signaler
Pourquoi un rachat ? quand les autres concurrents vont se développer et atteindre la taille critique du marché. Une simple LJ, et bonjour les archives

à écrit le 08/10/2014 à 8:57
Signaler
EN FRANCE, ON TROUVE ENCORE DES TRAVAILLEURS POUR FAIRE DES CHÔMEURS.

le 08/10/2014 à 11:48
Signaler
laissez moi rire Des travailleurs à la SNCM? Vous voulez rigoler ou quoi. Soyons sérieux pour une fois pardi !

à écrit le 08/10/2014 à 8:25
Signaler
pouquoi ces syndicats ont ils encore la possibilité de representer le personnel ,,,, ?alors qu'ils ont detruit l'outil de travail et bafoue le droit de travailler des autres navires ??

à écrit le 08/10/2014 à 8:12
Signaler
de quoi se plaignent les marins et les syndicats de la sncm ????? cela fait des années qu'ils se gavent sur la bête et ils s'étonnent du futur dépôt de bilan .....gréves à répétition , arrêts maladie incroyables , vols à répétition ; ils ont dégouté ...

le 08/10/2014 à 9:35
Signaler
100% d'accord ; me souviens d'une époque où il était impossible de réserver une cabine lors d'une traversée de nuit... mais arrivé sur le bateau, on nous proposait les mêmes cabines... avec paiement en liquide...

à écrit le 08/10/2014 à 8:01
Signaler
comme dit l' autre

le 08/10/2014 à 8:17
Signaler
eh oui, la relance, c'est maintenant !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.