Aéroport de Toulouse : au moins quatre Français lorgnent la part des Chinois

 |   |  957  mots
L'aéroport de Toulouse suscite la convoitise de plusieurs groupes français.
L'aéroport de Toulouse suscite la convoitise de plusieurs groupes français. (Crédits : Reuters)
Les offres de rachat doivent être envoyées "d'ici à la fin de la semaine". Au moins quatre offres françaises ou comptant des acteurs français seront présentées. Pour certains candidats, les incertitudes et le durcissement de la régulation sur les redevances sont un facteur de risque.

Le processus de vente de la participation de 49,9% de l'aéroport de Toulouse que détient Casil Europe, l'entité composée des deux actionnaires chinois (Shandong Hi-Speed et Friedmann Pacific), s'accélère.

Selon un candidat, les offres doivent être déposées ce jeudi. Ce qui corrobore ce que confiait à La Tribune en début de semaine :  "d'ici à la fin de la semaine", affirmait-on, en précisant qu'il ne s'agissait pas d'une privatisation et que cela pouvait aller jusqu'au début du mois de février. Si les marques d'intérêt ont été nombreuses (une vingtaine selon certains) ces derniers jours, combien déposeront vraiment une offre ? Certains parlent de six, d'autres d'une dizaine.

En attendant, plusieurs offres françaises devraient être déposées. Selon nos informations, Vinci, fidèle à sa stratégie de développement dans le secteur aéroportuaire, sera sur les rangs. Il y aura aussi le groupe de BTP Eiffage qui, malgré son manque d'expérience dans le secteur, met toute son énergie dans ce dossier, ou encore le fonds d'investissement Ardian (présent dans de nombreux aéroports italiens), allié à Mirova (un fonds de la BPCE) et à des banques locales (Caisse d'Epargne, Banque Populaire). Et enfin l'assureur Axa en partenariat avec le géant australien Macquarie, très présent dans les infrastructures en général et l'aéroportuaire en particulier. Intéressé il y a trois ans, ADP, le gestionnaire des aéroports parisiens, ne devrait pas être candidat cette fois. Par ailleurs, selon certaines sources, Mike Poon, le président de Casil Europe, n'aurait pas exclu de rester dans le capital à titre personnel.

On n'en est pas là. Jusqu'ici, chacun peaufinait son offre, et notamment le prix pour être présent au second tour. Et là, ça se complique. Evidemment, les arguments pour évaluer cette participation achetée 309 millions d'euros à l'Etat en 2015 divergent entre les vendeurs et les acheteurs. C'est classique, sauf que les arguments des deux camps s'entendent. Pour rappel, l'Etat a conservé 10% et le solde appartient aux collectivités locales qui souhaitent racheter les parts de l'Etat.

Multiples d'Ebidta

Le chiffre de 500 millions d'euros évoqué la semaine dernière dans La Dépêche colle peu ou prou avec les attentes des actionnaires chinois. Celles-ci sont même supérieures au regard de l'Ebidta (bénéfices avant intérêt, impôts, dépréciation et amortissements) prévu par l'aéroport toulousain en 2019 et les multiples en vigueur dans le secteur aéroportuaire. Les calculs de valorisation se font en effet par le niveau d'Ebitda multiplié par un multiple qui dépend de plusieurs critères (potentiel de croissance, dette, investissements à réaliser, ...).

En prenant l'Ebidta prévu en 2019 (63 millions d'euros selon nos informations, contre 53 millions en 2018 et 43 millions au moment de l'arrivée des actionnaires chinois) et le multiple fixé lors de l'achat de cette participation (18,5) en 2016, la valorisation de l'aéroport toulousain s'élève aujourd'hui à 1,165 milliard d'euros, soit 581,5 millions pour la participation de Casil Europe.

« L'aéroport de Lyon s'est vendu il y a deux ans avec un multiple de plus 20 (22, Ndlr). Et l'aéroport de Toulouse est un bel actif sur lequel les actionnaires chinois ont fait beaucoup de travail. Les redevances prises sur les commerces ont été revues à la hausse et cette valeur va apparaître dans les comptes cette année et les années suivantes. Le trafic est dynamique, la ville attractive et il n'y a pas de concurrence du TGV », explique un observateur pour justifier une forte valorisation.

Durcissement de la régulation

Tous ne partagent pas l'analyse en raison de l'incertitude de la régulation.

« Le contrat de régulation économique (CRE) s'arrête au printemps. Les tarifs 2018 s'appliqueront en 2019. Il n'y a donc pas de visibilité sur les tarifs. Et vu les durcissements observés à Paris, Nice (où le montant des redevances prévu a été retoqué, NDLR) et probablement d'autres grands aéroports demain, la tendance en France est à la modération, voire à la baisse des redevances aéroportuaires. il y a un risque pour les investisseurs », fait quant à lui valoir un autre bon connaisseur du dossier, tenant d'une valorisation plus faible.

Pour rappel, un CRE est signé entre les gestionnaires de certains gros aéroports et l'État pour une durée de cinq ans. Il détermine les investissements prévus par l'aéroport au cours de cette période et un plafond d'évolution des redevances pour les financer, à ne pas dépasser. Ces redevances permettent aussi de financer le coût des services publics aéroportuaires (l'usage des installations pour la réception des passagers, l'atterrissage, le stationnement, le dégivrage, ...). Certains candidats reprennent à leur compte manque de visibilité sur la régulation pour justifier une valorisation plus basse que celle attendue par les actionnaires chinois.

« La valorisation de la participation de Casil Europe se situe plutôt autour de 400 à 450 millions d'euros », explique l'un d'eux.

Ce qui équivaut à un multiple de 12 ou de 14 sur la base des prévisions d'Ebidta 2019. Mais un multiple de 17 sur la base de l'Ebidta de 2018.

Prix de réserve

Si le contexte règlementaire est bien connu des investisseurs français, il l'est moins des investisseurs étrangers. « Il n'est pas exclu qu'un candidat étranger mette 15% de plus », dit-on dans un consortium. Comme l'avait fait Casil Europe en 2015. C'est toute la difficulté de l'exercice. Surtout, rappelle un spécialiste des infrastructures que "les liquidités abondent sur le marché".

D'autant plus que le critère numéro 1 des actionnaires est  "le prix". Casil Europe s'est d'ailleurs fixé un prix de réserve en dessous duquel il ne vendra pas.

Lire iciAéroport de Toulouse : le successeur de Casil Europe connu fin mai

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/01/2019 à 20:09 :
Bon, l'aéroport de Toulouse était ultra rentable avant que le ministre des finances d'Hollande ne le brade à un groupe chinois . Qui nous rembourse ?
a écrit le 31/01/2019 à 17:22 :
Céder les structures aéroportuaires, portuaires, principales au secteur privé international, même sous le régime de la délégation est une grossière erreur ; ces infrastructures sont des instruments essentiels de notre souveraineté. « Tout le monde sait qu’un conflit mondial n’est plus possible »SIC disait un brillant représentant de la communauté industrielle européenne en 2015. Tu parles Charles !!! Mais à quoi bon hurler dans le désert.
a écrit le 31/01/2019 à 16:35 :
Cela sent l'arnaque a plein nez!! Des français qui rachètent plus cher aux chinois!?
a écrit le 31/01/2019 à 12:04 :
Je vous recommande la lecture de "L'empreinte du Dragon" écrit par Jean Tuan et publié par CLC Editions. Vous découvrirez où était passé l'actionnaire chinois de l'aéroport de Toulouse quand il a disparu plusieurs semaines juste après avoir acheté 49.9% du capital. Un roman de fiction mais qui colle à la réalité. Une suite est prévue...
a écrit le 31/01/2019 à 11:43 :
C'est fou ce que l'on peut faire avec de l'argent gratuit ! (les prêts des banques comptablement transformés en créances et donc utilisables en crédit pour d'autres emprunteurs . . . asoti (and so on to infinity # et ainsi de suite à l'infini)
a écrit le 31/01/2019 à 10:54 :
Au passage, les chinois se sont enrichis sur notre dos, sans qu'on voie réellement ce qu'il y avait de changé à Blagnac. L'arrivée du tram a simplifié l'accès, mais il n'y sont pour rien.
a écrit le 31/01/2019 à 10:49 :
Soyez précis et évitez l'ambiguité qui fait que le vulgum pecus croit que l'on "vend l'Aéroport de Toulouse", or, Il s'agit de la vente de la "Société d'Exploitation de l'Aéroport", ce qui est très diffèrent. Concernant les valorisations et la gestion de la Société, il y a eu un rapport de la Cour des Comptes en Novembre dernier qui montre les aléas surprenants de la vente au consortium Chinois et la gestion de celui-ci qui a "pompé" allègrement pour satisfaire ses actionnaires. Les acheteurs qui le liront vont en tirer avantage...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :