Alstom : 21 TGV et 20 locomotives pour sauver Belfort

 |   |  347  mots
Les 15 rames de TGV Euroduplex commandées par l'Etat équiperont les lignes Intercités Bordeaux-Marseille, Bordeaux-Toulouse et Montpellier-Perpignan.
Les 15 rames de TGV Euroduplex commandées par l'Etat équiperont les lignes Intercités Bordeaux-Marseille, Bordeaux-Toulouse et Montpellier-Perpignan. (Crédits : © Jacky Naegelen / Reuters)
Cette commande apporterait "de la charge pour près de deux années" au site de Belfort, ainsi qu'à celui de la Rochelle, qui assemble les voitures des TGV.

Ce ne sont pas 16 rames comme envisagé hier, mais 21 au final. A Belfort, le secrétaire d'Etat à l'Industrie, Christophe Sirugue, a confirmé mardi à des élus locaux une commande publique de 21 TGV à Alstom pour sauver le site de Belfort, a-t-on appris de sources proches du dossier.

Cette commande permettra d'assurer deux ans de travail au site de Belfort, de quoi combler partiellement un "trou" de trois ans dans les carnets de commande du groupe, en 2019-2020-2021, avant de retrouver de la visibilité en 2022 grâce au "TGV du futur".

En plus de cette commande, l'AFP annonce également que la SNCF commandera 20 locomotives diesel de dépannages, utilisées lorsque les trains tombent en panne.

 >>Lire aussi : Pour sauver Belfort, des TGV pour des lignes Intercités et des autobus électriques?

Christophe Sirugue a réuni les élus de Belfort avant une rencontre avec les représentants syndicaux et la direction du groupe, auxquels il doit présenter les propositions du gouvernement pour maintenir ouvert ce site spécialisé dans la production de locomotives.

Des TGV sur des lignes Intercités

Dans le détail, 15 rames de TGV Euroduplex commandées par l'Etat équiperont les lignes Intercités Bordeaux-Marseille, Bordeaux-Toulouse et Montpellier-Perpignan (le "corridor sud"), par anticipation de la transformation de ces deux dernières en liaisons à grande vitesse (LGV), précise-t-on de mêmes sources.

Christophe Sirugue a également confirmé la commande de six rames de TGV pour la liaison Paris-Turin-Milan et le fait qu'Alstom investira à Belfort dans un centre de maintenance ferroviaire européen.

Alstom investit

En plus de ces commandes, Alstom devrait également investir 40 millions d'euros d'ici à 2020, principalement pour développer et produire une nouvelle locomotive hybride ou diesel (30 millions). Cinq millions d'euros serviront à diversifier la production de l'usine de Belfort, pour  l'orienter vers d'autres types de trains mais aussi de véhicules routiers, notamment le bus électrique. Enfin les 5 millions restants seront dépensés d'ici à 2019 pour moderniser les ateliers de maintenance ferroviaire du site de Belfort, avec l'objectif de doubler les effectifs sur cette activité, soit 150 salariés à terme.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/10/2016 à 12:36 :
De quoi s'agit il? Pas de la suppression de 400 postes de travail, mais du transfert de la production d'un site à l'autre SANS réduction d'effectif !!!!
400 millions pour éviter ce transfert en tordant le cou aux règles d'achat public ça fait cher.
Attendons la réponse de la communauté européenne qui ne manquera pas de considérer cela comme une aide déguisée.
a écrit le 04/10/2016 à 15:59 :
Très bien pour les travailleurs, les fournisseurs régionaux et les futures embauchent (intérimaires CDD et autres contrats ....), qui remplaceront les départs a la retraites, donc les familles aussi, faut savoir ce qu'on veut si on veut que ce pays reste une France industrielle aussi ! la loi travaille existe qui permet des négociations dans l'entreprise sur la compétitivité, ex : Chantiers de l'atlantique, Smart sont des exemples parmi d'autres il faut profiter de cette loi aussi !
a écrit le 04/10/2016 à 13:27 :
Nous ne pouvons qu'etre admiratifs du PDG de cette boite qui a réussi à faire plier l'état pour 400 emplois , alors que bien d'autres entreprises ont fermé et mis au chomage bien plus dans l'indifférence . HATS OFF !
Réponse de le 04/10/2016 à 15:10 :
Le PDG d alstom n a pas fait pliè l état : tout le monde sait qu il s agissait de sauver le candidat FH et juste avant les élections Tien marant : y a même un procès pour depassement de campagne en 2012 pour un candidat ..Je suis hors sujet? Il n empêche que tous les contribuables vont financer ce sauvetage (FH) .Mme Hidalgo aurait pu faire un geste pour françois et acheter des TGV pour le métro . "Ils osent tout et c est à ça qu on les reconait"
a écrit le 04/10/2016 à 13:00 :
La solution n'est sans doute pas mauvaise, mais elle ne règle pas la problème du manque de compétitivité de notre industrie. Il faut appliquer une mesure qui permette d'améliorer la compétitivité d'Alstom et cette mesure consiste à réduire le cout du travail en répartissant les charges sociales sur le travail et sur l'énergie. Cela correspond à appliquer les dispositions de la note n°6 du CAE en mettant une taxe sur l'énergie; cette taxe serait favorable à la protection du climat, suivant la proposition de notre prix Nobel d'économie. A étudier SVP.
a écrit le 04/10/2016 à 12:57 :
Nous devons mettre à contribution les retraités propriétaires en créant une valeur locative de leurs biens à ajouter à la déclaration de revenus
Réponse de le 04/10/2016 à 16:54 :
pas con la guêpe socialeuse
Réponse de le 04/10/2016 à 16:58 :
et les gros salaires qui gagnent plus de 270.000 par an seront imposés à 100% comme proposé ^par notre Poutou/NPA
a écrit le 04/10/2016 à 12:55 :
Même si la situation est dramatique pour l'entreprise de Belfort, le contribuable n'a pas à régler la facture en raison d'une politique industrielle défaillante de l’État. De plus, ce marché est ouvert à la concurrence et donc à un appel d'offre. Il est certain que Bruxelles demandera des comptes après 2017.
a écrit le 04/10/2016 à 12:39 :
c'est un sursis, mais vu l'état des inter cités qui est catastrophique, sans oublier les voies, ceux qui les prennent comprendront, avant d retrouver un état satisfaisant, y a du boulot pour 30 ans, les lignes TGV sont terminés. les TGV commandés sont des TGV lights, 200km/h max. J'ai pas apprécié la modernisation de la ligne TGV Tours-Bordeaux 7 milliards, qui ne sert à rien, et qui fait gagné à peine une demi heure, on pouvait s'en passer..
a écrit le 04/10/2016 à 12:16 :
L'état va utiliser ces trains et locomotives pour amener l'armée de fonctionnaire, qu'il a engagé ces dernières années, en week-end et en vacances au bord de la mer et montagne.
Il y a de la suite dans les idées.
a écrit le 04/10/2016 à 11:40 :
Belle dépense d'argent public pour sauver 400 emplois... Pourquoi ne pas avoir proposé une relocalisation de ces derniers, pris en charge à 100% ? nettement moins couteux et plus efficace à long terme... gabegie, comment cela est-il encore possible ?
a écrit le 04/10/2016 à 11:38 :
C'est n’importe quoi, aucune vision à long terme . Faire rouler des TGV sur des lignes ordinaires, pourquoi ne pas utiliser des Airbus A 380 pour nos lignes intérieures?
Par ailleurs, Alstom devra procéder à un appel d'offres internationale si la société ne souhaite pas être poursuivie en justice. Encore de l'argent des contribuables qui va partir en fumée.
a écrit le 04/10/2016 à 11:36 :
S'il s'agit de locomotives pour les TER non rentables pour les Régions et occasionnant de nombreux morts aux passages à niveau , franchement c'est une erreur monumentale , arrêtons les hécatombes financiers et corporels .
a écrit le 04/10/2016 à 11:08 :
Il n'y a plus qu'a attendre l'opposition de l'UE de Bruxelles qui ne devrait avoir lieu, hypocritement, qu’après les élections!
a écrit le 04/10/2016 à 11:06 :
Bel arrangement industriel, menace d'un côté, réaction de l'autre, mais est-ce viable ?...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :