Emirates : bénéfice record à près de 2 milliards de dollars

 |   |  351  mots
La montée implacable du dollar a eu un impact négatif de 1,6 milliard de dollars sur le chiffre d'affaires de la compagnie, a-t-elle constaté dans un communiqué.
La "montée implacable" du dollar a eu un impact négatif de 1,6 milliard de dollars sur le chiffre d'affaires de la compagnie, a-t-elle constaté dans un communiqué. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La première compagnie aérienne du Moyen-Orient a réalisé les plus gros bénéfices de son histoire, profitant particulièrement du recul du prix du pétrole. Emirates a indiqué également avoir transporté 51,9 millions de passagers sur un an, soit une hausse de 8%.

La compagnie aérienne Emirates de Dubaï a annoncé mard 10 mai un bénéfice net annuel record de 1,9 milliard de dollars (1,67 milliard d'euros), en hausse de 56% sur un an, grâce à une augmentation du nombre de passagers et une baisse de la facture des carburants. Emirates a toutefois indiqué que son chiffre d'affaires avait reculé de 4% à 23,2 milliards de dollars, expliquant baisse par la fermeté du dollar sur la plupart de ses marchés.

La plus importante compagnie aérienne du Moyen-Orient a précisé avoir transporté 51,9 millions de passagers en un an jusqu'en mars, soit 8% de plus que pendant l'exercice précédent. Exploitant les plus grosses flottes d'Airbus A380 et de Boeing 777, elle a vu le nombre total de ses avions atteindre les 250 en 2015.

Les prix bas du pétrole, une "aubaine" et un "fléau"

Le président d'Emirates, cheikh Ahmed ben Saïd Al-Maktoum, a mis en avant le contexte général de "faiblesse de la confiance des consommateurs et des investisseurs" en raison de l'impact négatif de la baisse des prix du pétrole sur l'activité économique à l'échelle mondiale.

Ces prix bas, qui devraient continuer, sont à la fois "une aubaine pour nos coûts d'exploitation et un fléau pour l'économie mondiale et le sentiment de confiance des consommateurs", a-t-il ajouté.

La "montée implacable" du dollar a eu un impact négatif de 1,6 milliard de dollars sur le chiffre d'affaires de la compagnie mais la baisse du prix du pétrole a réduit de 31% sa facture de kérosène à 5,4 milliards de dollars. Si le carburant continue à être le premier poste de dépenses de la compagnie, son pourcentage est passé de 35% à 26% des dépenses totales, selon le communiqué.

Le groupe Emirates qui comprend aussi dnata, spécialisé dans les services au sol, a dégagé un bénéfice en hausse de 50% à 2,2 milliards de dollars avec un chiffre d'affaires en progression de 3% à 25,3 milliards de dollars.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/05/2016 à 16:55 :
Je me demande encore pourquoi Antinori n'a pas accepté de prendre la présidence du groupe AF-KLM
C'est incompréhensible
a écrit le 10/05/2016 à 16:03 :
Ah bah ça fait un drôle de contraste avec l'article sur Air France publié ce matin... Du coup, mon commentaire sur l'article concernant la compagnie tricolore et l'allusion à Emirates n'en prend que plus de relief !

Chiffres éloquents concernant Emirates qui voit là, dans les chiffres, la reconnaissance de ses clients - de plus en plus nombreux -, convaincus par la modernité de sa flotte, le professionnalisme de ses équipes et la qualité de service à bord de ses avions (tant en classe affaires qu'en classe éco) justement récompensée.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :