Japan Airlines se lance à son tour dans le low-cost long-courrier

 |   |  479  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
La compagnie japonaise va lancer une compagnie low-cost positionnée à la fois sur le moyen et le long-courriers. Basée à l'aéroport de Tokyo-Narita, elle proposera des vols vers l'Asie, l'Europe et l'Amérique du Nord à compter de l'été 2020.

Et une de plus. Après Lufthansa (qui possède Eurowings), Singapore Airlines (Scoot), la compagnie australienne Qantas (Jetstar), la maison-mère d'Air Caraïbes, le groupe Dubreuil (French Bee) et le groupe IAG (qui compte Level), une autre compagnie historique se lance dans le low-cost long-courrier.

Vols vers l'Europe en 2020

Japan Airlines (JAL) a annoncé ce lundi le lancement d'un transporteur à bas coût offrant à la fois des vols moyen et long-courriers. Cette nouvelle compagnie aérienne, dont le nom n'a pas été dévoilé, sera basée à l'aéroport international de Tokyo-Narita et proposera des vols vers l'Asie, l'Europe et l'Amérique du Nord à compter de l'été 2020. Cette nouvelle compagnie va commencer avec deux Boeing 787-8.

JAL investira 10 à 20 milliards de yens (76 à 152 millions d'euros) dans cette compagnie et vise une rentabilité dans les trois années suivant sa mise en service. JAL compte intégrer des investisseurs extérieurs dans son nouveau transporteur à bas coûts qui sera une filiale consolidée. JAL entend de son rival ANA qui lors de l'annonce en mars de la fusion de ses filiales low-cost Vanilla et Peach (sous la bannière de cette dernière) avait indiqué son intention de lancer des vols internationaux moyen et long-courriers jusqu'en Inde.

JAL, qui détient une participation minoritaire dans Jetstar Japan, une coentreprise créée avec Qantas Airways et exploitant des vols court-courriers à bas coûts, a dit qu'il continuerait à investir dans cette société. La nouvelle compagnie aérienne longue distance est une proposition totalement différente de Jetstar Japan, qui "est purement courte distance", a déclaré à la presse le nouveau président de JAL, Yuji Akasaka, ajoutant que la coentreprise avait approuvé le nouveau projet.

Que va faire Air France-KLM?

Pour l'heure, les plus grosses compagnies low-cost long-courriers sont l'apanage des compagnies low-cost moyen-courriers : Norwegian, en Europe, et Air Asia X, en Asie. La première, fragilisée par le coût de son développement ultra-rapide fait l'objet d'une offre de rachat de IAG (British Airways, Iberia, Aer Lingus, Vueling et Level). La low-cost indienne Indigo réfléchit, elle aussi, à lancer une activité long-courrier.

Dans ce contexte, Air France-KLM n'a toujours pas tranché. Le groupe devait le faire dans le cadre du plan stratégique qu'il compte toujours annoncer dans les prochains mois malgré le départ de son Pdg, Jean-Marc Janaillac. En effet, même en l'absence d'un successeur définitif, le président intérimaire, qui va être nommé ce mardi, vont continuer à travailler sur ce plan dont les grandes orientations seront présentées au nouveau Pdg, une fois qu'il sera choisi.

Pour l'heure, ces low-cost long-courriers représentent moins de 1% de la capacité long-courrier mondiale, et la réussite de ce nouveau concept fait toujours débat. John Leahy, l'ancien directeur commercial d'Airbus, estimait l'an dernier qu'elles pourraient rafler plus de 50% du marché.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :