La taxe Chirac ? "Une idée généreuse d'un ancien président ...payée par des tiers"

 |   |  381  mots
Dans une lettre adressée au Ministre des Finances, Air France réclame un moratoire sur la taxe Chirac qui finance le fonds UNITAID depuis 2006.
Dans une lettre adressée au Ministre des Finances, Air France réclame un moratoire sur la taxe Chirac qui finance le fonds UNITAID depuis 2006. (Crédits : © Jean-Paul Pelissier / Reuters)
Air France accuse la taxe Chirac sur les billets d'avion - créée pour faciliter l'accès aux soins des pays en développement - d'entraver la compétitivité des compagnies françaises. Trois questions à Jean-Louis Baroux, président de l'APG Global Associated, observatoire des pratiques commerciales du transport aérien, pour y voir plus clair.

La Tribune : La taxe Chirac est-elle un frein à la compétitivité des compagnies aériennes françaises comme l'affirme Air France ?

Jean-Louis Baroux : Il est important d'apporter une précision. Ce ne sont pas les compagnies aériennes qui payent cette taxe, mais leurs passagers ! La vraie question est de savoir si c'est au consommateur de supporter cet effort qui fait grimper le prix des billets : plus de 45 euros pour un vol international en classe supérieure. On peut se demander si cette taxation est juste d'autant plus qu'elle ne concerne que l'aérien. Il est regrettable que cet effort de solidarité n'ait pas été étendu à d'autres secteurs. D'autant plus qu'aucun autre pays européen ne l'applique.

>> Lire aussi : La taxe Chirac dans le viseur d'Air France 

Dans un rapport sur la compétitivité du transport aérien de novembre 2014, Bruno Le Roux, député de Seine-Saint-Denis  proposait de taxer au prorata du bénéfice et non du chiffre d'affaires. Et d'étendre la taxe à d'autres secteurs. Une solution ?

Les compagnies françaises comme Air France versent 90 millions d'euros chaque année. Cette somme est quand même bien dérisoire par rapport aux économies qu'elles doivent faire pour redresser leur situation !  Il ne suffit pas de dire qu'on va l'étendre à d'autres secteurs. Il faut s'interroger sur les conditions de faisabilité. L'aérien est pratique car on sait combien de passagers embarquent. Je trouve cela idiot de vouloir transformer cette taxe en impôt : les entreprises supportent déjà un impôt sur les bénéfices.

Pensez-vous que cette taxe a un avenir ?

Quand cette taxe de solidarité a été mise en place en 2006, j'estimais qu'elle devait être sur la base du volontariat. J'en suis toujours convaincu, c'est un acte généreux, mais il ne doit pas être contraint. Pour l'instant, c'est l' idée généreuse d'un ancien président ...payée par des tiers, et destinée à disparaître à la mort de l'ancien président. De plus, on peut s'interroger sur le contrôle de ces financements et leur destination. La France, me semble t-il n'a pas accès aux comptes des bénéficiaires.

>> Pour aller plus loin : Pourquoi la taxe Chirac sur les billets d'avion est quasiment parfaite.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/05/2015 à 7:32 :
Générosité avec l'argent des autres est le principe de l'impôt
Clairvoyance sur la destination de nos impôts et taxes reste un point à améliorer (et pas seulement pour la taxe Chirac)
Payer des taxes plus que nos voisins est déjà le cas
Bref taxe Chirac ou taxes Hollande, mêmes sous jacents?
a écrit le 07/05/2015 à 0:21 :
Que de gens généraux, humanistes, des grand cœur quoi.
Moi aussi je sais le faire comme eux, avec votre argent bien sur.
a écrit le 06/05/2015 à 22:25 :
Encore une taxe qui ne serre à rien, si ce n'est envoyer de l'argent aux pays africains qui sera détourné par les élites au dépend des pauvres gens. Pourquoi avoir mis cette taxe au profit de ces pays, alors que les finances de notre pays sont au plus mal et qu'il faudrait d'abord penser au peuple français avant de vouloir aider les autres !!! notre sécu, nos caisses de retraite sont vides et nos impôts ne font qu'augmenter. Pensons d'abord à nous avant de vouloir accueillir toute la misère du monde et de vouloir aider des peuples oisifs n'ayant pas envie de travailler et dont le mode de vie est incompatible avec notre civilisation. Les autres pays européen ont ils mis une taxe pour aider tout ces pays?.....NON, merci Mr Chirac d'avoir voulu marquer l'histoire au détriment de vos concitoyens, tout comme Messieurs, Mitterand, Sarkosy ou hollande dans d'autres domaines...a ces politiques tous les memes....
Réponse de le 06/05/2015 à 23:23 :
excellent commentaire plein de lucidité et de bon sens, chose qui devient rare.
a écrit le 06/05/2015 à 18:10 :
Comme tout dans ce pays !! Ceux qui bossent et qui consomment payent lourdement pour ceux qui n'en ont pas les moyens...ou les plus nantis. Et dans ces catégories, il y a des oisifs...Qui finance les tramways et les transports en commun par extension (tickets lourdement subventionnés) ? les contribuables...dont une majorité ne peuvent pas les prendre pour des raisons multiples. Ce pays fait trop de social sans en avoir les moyens. C'est factuel, mais les politiques de droite comme de gauche nous servent la soupe depuis 30 ans. On arrive à des situations extrêmes ou ridicules, la fiscalité et les charges étant confiscatoires au détriment des classes moyennes. La majorité des professions libérales médicales ne travaillent pas toute la semaine car passé un certain palier, ils donnent tout à l'état. Petit patron, je pourrais embaucher au moins deux salariés mais je m'en garde bien !! allez, continuez à détruire patiemment le tissu économique de ce pays. Quand il n'y aura plus personne pour payer, les têtes voleront..au propre comme au figuré ?
a écrit le 06/05/2015 à 16:46 :
Un grand moment de démagogie ! Un peu comme le principe de précaution mis dans la constitution. Chirac voulait de la jouer "grand homme". Il aura été un fléau comme Hollande. On bloque tout et on prend des postures.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :