Lyft et Uber vont-ils quitter la Californie  ?

 |  | 1217 mots
Lecture 6 min.
Les chauffeurs de VTC obtiendront-ils le statut de salariés en Californie ?
Les chauffeurs de VTC obtiendront-ils le statut de salariés en Californie ? (Crédits : Dan Gold)
Contraintes de reclasser leurs chauffeurs comme employés, les deux entreprises menacent de faire leurs bagages.

Les temps sont durs pour Uber et Lyft. La semaine passée, un juge californien a rejeté une requête de leur part visant à obtenir un sursis dans la mise en conformité avec la loi AB5. Entrée en vigueur dans le Golden State le 1er janvier dernier, celle-ci contraint Lyft et Uber à classer leurs chauffeurs comme employés et non comme indépendants. Avec les avantages que cela implique pour ces derniers : assurance maladie, assurance chômage et salaire minimum, notamment.

Voyant que les deux entreprises ne respectaient pour l'heure pas cette loi, le juge Ethan Schulman, de la Cour supérieure de Californie, les a mises en demeure de le faire le 10 août, sous un délai maximal de dix jours. C'est à la suite de cette décision qu'Uber et Lyft ont demandé un sursis qui leur a été refusé. Dans ce contexte, les deux entreprises ont annoncé qu'elles pourraient temporairement cesser leurs opérations dans leur État d'origine à compter du 20 août, le temps de mettre en place les ajustements nécessaires pour être en conformité avec la loi.

Difficile, toutefois, de ne pas aussi voir dans cette annonce un moyen de pression. Mis le dos au mur, Uber et Lyft jouent leur va-tout, tablant sur le vide que laisserait leur départ de Californie pour le public et les chauffeurs afin d'obtenir des concessions de la part des autorités. Leur objectif est de gagner du temps, en espérant tenir jusqu'au mois de novembre, date à laquelle les Californiens seront invités à se prononcer sur une proposition de loi qui pourrait amener...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/08/2020 à 0:57 :
Uber, c'est exactement la privatisation dans le sens primitif du terme, du transport individuel.
Et comme toutes les privatisations des transports, selon le principe capitaliste du
libéralisme, la promotion de la concurrence qui font baisser les prix et attisent les faillites,
elles sont une catastrophe, voir le démembrement de la SNCF, qui roule sur des voies ferrés qu'elle a payé, et qui maintenant ne sont plus à elle. Voir l'aviation qui transporte à des prix tellement bas, que le Covid en aurait liquidé une grande partie si l'état n'avait rien fait.
En outre, elles favorisent les"illégaux" d’UBER, qui exercent sans licence, sans assurance personnes transportées sans payer d'impôts et font une concurrence illégale aux taxis traditionnels, qui payent tout. UBER va partir, parce que si le fisc impose les mêmes charges aux Uber qu'aux autres taxis légaux, UBER ne gagnera plus rien. En gestion il n'y a pas de miracle.
a écrit le 20/08/2020 à 19:31 :
Les taxis vont augmenter leur prix tout simplement
a écrit le 20/08/2020 à 11:18 :
Bien fait pour ces boîtes, qu'elles s'en aillent. Qu'on soit clair : sous-payer les gens n'a rien d'innovant.
a écrit le 19/08/2020 à 11:52 :
Un titre sous forme de question, n'est pas une information mais un lancement de rumeur!
a écrit le 19/08/2020 à 11:34 :
Du bluff de la part de ces professionnels de la casse sociale. Qu'ils s'en aillent, les chauffeurs s'organiseront en plateforme eux même et pourront être mieux rémunérés.
Réponse de le 20/08/2020 à 19:11 :
je ne le croix pas que ca soit du bluf ! leurs seul motivation cest le profil donc si il trouve mieux ailleurs donc les consideraton social il von absolument pas les déranger au contraire c un élément de pression sur législateur
a écrit le 19/08/2020 à 11:11 :
A quand la même chose en France ? Idem pour Amazon, Airbnb et consort ? Booking aussi... déjà avant la crise du COVID... mais là tout le monde a pu constater que leur premier réflexe en temps de crise a été de licencier 25% de leurs "employés"... soyons citoyens : par exemple ne jamais commander sur Uber et que notre Etat s'y mette aussi...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :