Si, par hasard, CDG Express est "sur-rentable", la taxe sur les passagers aériens sera abandonnée, dit le PDG d'ADP

Interrogé sur BFM Business ce jeudi, Augustin de Romanet, le PDG d'ADP, a indiqué que le projet de taxe de 1 euro sur les billets d'avion doit permettre un financement provisoire et réversible" de la future liaison ferroviaire entre l'aéroport de Roissy et le centre de Paris en 2023.

3 mn

(Crédits : Décideurs en région)

Le projet d'une taxe d'un euro par billet d'avion à l'aéroport de Paris-Roissy doit permettre un "financement provisoire et réversible" de la future liaison ferroviaire CDG Express, a déclaré jeudi le PDG de Groupe ADP Augustin de Romanet.

"C'est une taxe qui n'est pas du tout destinée à permettre de faire des profits à quiconque et c'est une taxe que le Groupe ADP s'est engagé à abandonner si, par hasard, le projet était sur-rentable", a expliqué sur BFM Business Augustin de Romanet.

Ouverture en 2023

Il s'agit de demander "un financement complémentaire, provisoire et réversible", a-t-il ajouté. Que faut-il entendre par "sur-rentable"? Quel serait le volume de passagers annuels empruntant CDG Express qui permettrait de retirer cette taxe? Il y a deux ans, au moment  de la relance du projet, un dirigeant de RFF (aujourd'hui SNCF Réseau) évoquait 8 millions de passagers, un chiffre contesté par la suite par certains proches du dossier.

Une entrée en vigueur de cette taxe dès 2017 a été évoquée dans la presse fin août, provoquant une levée de boucliers des compagnies aériennes. Un autre scénario existait il y a quelques mois de mettre en place cette taxe au moment de l'ouverture de l'exploitation de CDG Express en 2023, mais avec un montant plus élevé.

Les compagnies aériennes vent debout

La fédération de l'aviation marchande (Fnam) en avait refusé le principe et avait réclamé "une compensation" pour que son coût soit "au moins neutre".

Le PDG d'Air France-KLM, Jean-Marc Janaillac a jugé "inacceptable que la construction du CDG Express génère une charge supplémentaire pour Air France dès 2017 et jusqu'à sa mise en service" en 2023, dans une lettre adressée au Premier ministre.

"Il s'agit de 1 euro par passage et uniquement (sur) les passagers qui ne sont pas en correspondance (...), pour permettre le financement de cette opération qui va nécessiter plus de 1 milliard d'emprunt pendant six ans de travaux, pendant lesquels nous n'aurons aucune recette", s'est défendu Augustin de Romanet.

Les conditions de financement de la ligne "nous imposent d'avoir une recette fixe et stable pour le démarrage du projet", a-t-il ajouté, assurant se battre "tous les jours pour la compétitivité d'Air France".

La future ligne CDG Express, projet porté par Groupe ADP et la SNCF, devrait relier à partir de 2023 la gare de l'Est à Roissy-Charles-De-Gaulle en vingt minutes, avec un départ tous les quarts d'heure. Son coût est évalué à 1,4 milliard d'euro, auxquels s'ajouteront 280 millions pour le matériel roulant. Les travaux doivent démarrer en 2018.

Une compensation pour Air France?

Le secrétaire d'Etat aux Transports Alain Vidalies a estimé lundi devant des journalistes qu'il "faudrait réfléchir à une compensation" de cette taxe "qui viendrait en faire une opération blanche" pour les compagnies aériennes, en suggérant une baisse d'autres taxes existantes.

"S'il n'y a pas de garantie pour cette recette, la possibilité de lever des fonds n'est pas assurée" pour financer le CGD Express, a-t-il ajouté.

Une pré-notification de cette taxe a été faite par Paris à la Commission européenne qui a confirmé à l'AFP être "en contact avec les autorités française sur ce projet".

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 16/09/2016 à 8:00
Signaler
"Sur rentable", que voilà une expression étrange qui me semble illustrer une vision du partenariat "Public-Privé" : Face, je gagne, pile tu perds. C'est sûr !

à écrit le 15/09/2016 à 16:42
Signaler
On se demande pourquoi régler le problème du financement de cette navette par une taxe, et en plus d'1 Euro ?? La solution la plus simple serait d'inclure cette Euro dans le prix du billet, non ?

à écrit le 15/09/2016 à 15:03
Signaler
Donc ADP perçoit des taxes d'aéroport pour son développement, mais lorsqu'il s'agit d'investir, ADP doit lever de nouveaux des taxes ... C'est à ne plus y rien comprendre.. Et combien pour le billet CDG Express ? J'espère que ce ne sera pas le double...

le 15/09/2016 à 16:09
Signaler
Mais si, c'est limpide : ADP, c'est l'Etat à 50,6% ==> par ici, les petits sous. Sans parler de la TVA et toutes les autres. ADP investit 3.6 milliards au cours du CRE 2016-2020 sur ses propres fonds, mais pleurniche pour 1 petit milliard, à fina...

le 15/09/2016 à 16:13
Signaler
Les taxes ! toujours du provisoire définitif. A.D.P méprise le confort des voyageurs, perçoit de grosses rentrées des Compagnies, est paralysée aux neiges modérées : déc 2010 et abandonne sur le carrelage sans nourriture les naufragés de leur sous-i...

le 15/09/2016 à 18:00
Signaler
La dernière fois, il me semble avoir payé 10 euros en RER. Mais il n'y a pas grand chose à comprendre, ce sont des augmentations de prix permanentes et des taxes à qui mieux mieux. Il faut manifestement "sortir de la cuisine à Jupiter" pour gérer un...

le 15/09/2016 à 19:57
Signaler
NON, ce ne sera pas le double. Ce sera le triple ou le quadruple. Et les trains seront bloqués comme les RER qui osaient ne pas s'arrêter à Nanterre-Université. Le train est un mode de transport écologique, social et solidaire ; il ne doit pas être r...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.