Vol MH370 : un crash volontaire ?

 |  | 322 mots
Le MH370 de Malaysia Airlines a disparu avec 239 personnes à bord le 8 mars 2014 alors qu'il effectuait la liaison entre Kuala Lumpur et Pékin.
Le MH370 de Malaysia Airlines a disparu avec 239 personnes à bord le 8 mars 2014 alors qu'il effectuait la liaison entre Kuala Lumpur et Pékin. (Crédits : reuters.com)
Un expert en crash aérien affirme que l'avion de la Malaysia Airlines, disparu le 8 mars 2014, aurait été précipité dans la mer volontairement.

L'information, rapportée par la BBC lundi, est issue d'un entretien accordé au programme australien 60 Minutes. Dans une enquête consacrée à la disparition du vol de la Malaysia Airlines, Larry Vance, un expert canadien en accidents d'avion assure qu'un des pilotes a sciemment provoqué le crash du vol MH370 le 8 mars 2014.

Une conclusion tirée d'un débris retrouvé

Pour Larry Vance - qui a analysé plus de 200 accidents d'avions- un débris d'une si grande taille est le signe que l'atterrissage était contrôlé.

 « Quelqu'un pilotait cet avion jusqu'à la fin de son vol », explique-t-il. «  Quelqu'un a précipité l'avion dans l'eau. Il n'y a aucun autre scénario possible. »

En se basant sur la taille et l'érosion d'une pièce de l'avion retrouvée sur les côtes de l'île de la Réunion, le spécialiste assure que quelqu'un pilotait bien l'avion jusqu'à la fin.

Les photos du débris de l'appareil montrent un bord dentelé. "La force de l'eau est vraiment la seule chose qui pourrait faire ce bord dentelé que nous voyons. Il n'a pas été rompu. Si ça avait été le cas, ce serait une rupture nette", a-t-il affirmé.

>>> Interview de Larry Vance par l'émission australienne 60 Minutes (Channel 9)

Recherches prolongées ?

Vendredi, des proches des passagers du vol MH370 de la Malaysia Airlines ont réclamé la poursuite des recherches de l'épave du Boeing que les trois pays impliqués dans l'enquête, Malaisie, Chine et Australie, menacent de suspendre.

Dans un communiqué commun, les autorités des trois pays avaient déclaré le 22 juillet qu'elles suspendraient leurs recherches si rien n'est trouvé dans la zone de 120.000 km2 actuellement passée au peigne fin dans le sud de l'océan Indien.

Il reste moins de 10.000 km2 à inspecter. Toutefois, les recherches pourraient reprendre si de nouvelles informations devaient émerger, ont précisé les ministres du Transport des trois pays.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/08/2016 à 14:29 :
avec un ami nous avons écrit un livre avec un scénario original mais surtout pour justifier la poursuite des recherches ailleurs
http://www.librinova.com/shop/michel-delarche-jean-marc-garot/le-detournement-du-mh370
a écrit le 02/08/2016 à 12:07 :
Si l'atterrissage était "contrôlé", c'est donc moins un crash qu'une tentative d'amerrissage, non ? Pour autant, l'hypothèse reste éminemment fragile... Curieux.
a écrit le 02/08/2016 à 8:38 :
L'hypothèse d'un crash provoqué par le pilote, autrement dit un suicide, repose sur un débris retrouvé de l'avion. Élément matériel bien fragile pour boucler une affaire pleine d'incohérences techniques, et non crédible pour expliquer la volonté du pilote de se suicider à des milliers de Km du trajet prévu. Les Maldives, dont le ciel est l'un des plus surveillé au monde : aucune trace le jour du drame, qui peut y croire ?
Réponse de le 03/08/2016 à 8:42 :
Pour l'éventuelle tentative de suicide du pilote, ce n'est pas prouvé. En revanche, la pièce trouvée et ses brisures semblent indiquer qu'il y a eu tentative d’amerrissage.
En cas de chute à très grande vitesse, l'avion aurait très probablement été désintégré et les morceaux auraient été trouvés.
A mon humble avis, la proposition indiquée par la vidéo est assez convaincante pour prouver que l'avion s'est posé sur l'eau et à coulé.
Pourquoi ? Où ? C'est une autre histoire.
Cordialement
a écrit le 02/08/2016 à 8:11 :
Une réponse qui permettrait de calmer les tensions diplomatiques, en général les familles des victimes de catastrophes aériennes ont des moyens financiers leur permettant de ne pas lâcher des enquêtes sur la disparition de leurs proches, Karachi en étant un des plus nobles exemples.

Maintenant on comprendrait que les familles ne se contentent pas de ces explications un peu courtes quand même hein...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :