Aguti a de l'ambition

 |  | 255 mots
Créatrice de montres, la PME cherche des investisseurs.

« Faire une montre, c'est un peu comme un jeu de Lego. On assemble des pièces. Il faut simplement que le résultat final soit conforme aux attentes du marché. » Depuis 2006, Vincent Banzet dessine et vend des montres à Épinal (Vosges). Il a démarré dans son appartement avec 4.000 euros, d'abord en faisant du négoce pour le compte de la marque américaine Arbutus. Aujourd'hui, il a la charge exclusive pour toute l'Europe de cette prestigieuse griffe.

sur mesure

Mais surtout, il dessine ses propres modèles qu'il fait ensuite fabriquer en Suisse, en France ou en Asie « selon le budget du client ». « Je fais ce qu'on appelle du ?private label?, des montres sur mesure le plus souvent en série très limitée. Je travaille pour des entreprises, pour des événements très spécifiques. J'ai fait des montres pour Audi. Là, j'en dessine pour l'anniversaire d'une grande marque de champagne, explique Vincent Banzet, qui assure aussi la sous-traitance d'un grand bijoutier français. Chaque année, je crée plus de 200 modèles, mais à peine 10 % sont mis en production. »

Sa société commercialise des montres de qualité moyenne-haute gamme avec des prix qui oscillent entre 60 et 8.000 euros pièce. Aguti, qui a réalisé cette année 220.000 euros de chiffre d'affaires, prévoit un doublement de son activité en 2009 et recherche des investisseurs pour créer à Épinal son propre atelier d'assemblage.

Jean-Marc Toussaint, à Épinal

200

modèles de montres sont créées par Aguti chaque année. A peine 10 % sont mises en production.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :