Ganzoni se dote d'un siège social écolo

 |  | 306 mots
le fabricant de bas de compression médicale a investi 1,6 million d'euros dans ce nouveau bâtiment.

Ganzoni France a engagé la construction d'un immeuble de bureaux sur son site de Saint-Just-Saint-Rambert (Loire), près de Saint-Étienne. L'entreprise spécialisée dans les articles textiles de compression médicale investit 1,6 million d'euros dans ce bâtiment de 800 m2 qui regroupera sa direction générale, ses services marketing et de communication, des locaux sociaux et la cantine de l'établissement. Économe en énergie, cette construction combine géothermie et panneaux photovoltaïques, toiture végétalisée et isolation extérieure, ventilation double flux et puits canadiens. « Afin de sortir des stéréotypes industriels, le bâtiment est conçu selon les normes HQE (haute qualité environnementale), sans climatisation », précise Fabien Jallon, architecte du cabinet XXL, retenu par l'entreprise.

Parallèlement sont mis en place un tri sélectif des déchets, une station de contrôle et un bassin d'homogénéisation des eaux de teinture. Ganzoni a investi 200.000 euros en 2007 pour diminuer l'impact de ses activités sur l'environnement et prévenir les pollutions accidentelles.

leader mondial

Cette filiale du groupe suisse Ganzoni, présidée par Alain Berthéas, connaît une forte croissance de son chiffre d'affaires : + 15 %, à 75 millions d'euros en 2007. Elle a embauché 250 personnes en cinq ans, portant ses effectifs à 700 salariés. Son usine de la Loire (400 personnes) est la plus importante unité de fabrication de bas médicaux de compression médicale en Europe. L'entreprise vient de lancer une nouvelle gamme de chaussettes de compression pour homme qui utilise une nouvelle fibre et « favorise l'absorption et la dispersion de l'humidité ». Leader mondial dans la fabrication de bas de compression, le groupe suisse, dont le siège social est à Winterthur, possède 9 filiales et commercialise ses produits dans plus de 60 pays, sous la marque Sigvaris. Son chiffre d'affaires s'est élevé à 127 millions d'euros en 2007.

Vincent Charbonnier, à Saint-Étienne

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :