Foulon Sopagly cherche un nouvel avenir pour le raisin

 |   |  509  mots
(Crédits : DR)
Le leader européen du pur jus de raisin diversifie ses activités et participe activement aux programmes des pôles de compétitivité Vitagora et Q@limed.

Dans une région viticole, Foulon Sopagly fait un peu figure d'exception. Le leader européen du pur jus de raisin élabore à Mâcon (Saône-et-Loire), où se trouve son siège, et à Rivesaltes (Pyrénées-Orientales), autre site de production, un tiers des volumes consommés en Europe. Sa capacité de stockage dépasse les 45 millions de litres. C'est énorme et son bassin d'approvisionnement s'étend jusqu'en Espagne et en Italie. Foulon Sopagly compte parmi ses clients Tropicana, Pampryl ou encore Joker, à qui la PME (20 millions d'euros de chiffre d'affaires) fournit en vrac un produit homogène, quel que soit le millésime, issu d'un travail d'assemblage. L'entreprise ne compte pas moins de 35 références, en jus de raisin blancs, rouges et rosés, déclinés en bio, composés de différents cépages.

Pour autant, son activité, subventionnée par l'UE jusqu'en 2008 au titre de la politique de résorption de la récolte (excédentaire), a subi une profonde mutation avec la fin des aides communautaires. Après la suppression d'une quinzaine de postes, Foulon Sopagly (35 salariés aujourd'hui) a entrepris la diversification de son activité, en se dotant il y a un an d'un atelier d'élaboration de jus de fruits, à base de raisin mélangé à d'autres fruits, pour livrer un produit fini à ses clients. L'atelier, qui a nécessité un investissement de 500.000 euros, est appelé à se développer, au fur et à mesure des nouvelles recettes que Foulon Sopagly élaborera.

nouveaux cépages

En août 2009, l'entreprise s'est également dotée, avec le concours d'Oséo, de nouveaux équipements qui lui permettent de proposer une purée de raisin. Inédit sur le marché mais l'investissement lui permet, notamment, de toucher désormais les compotiers.

Depuis deux ans, la PME s'est aussi, et surtout, engagée dans un projet très ambitieux, Fijus-R@isol, co-labellisé par les pôles de compétitivité Vitagora et Q@limed. Il mobilise 2,2 millions d'euros, financés notamment par le Fonds unique interministériel, et est mené avec de nombreux partenaires, dont l'Inra, le CHU de Dijon et l'Institut coopératif du vin (ICV). Le but : créer une gamme de jus de raisin de grande valeur nutritionnelle, proche des attentes du consommateur, avec une teneur en sucre réduite et une acidité maîtrisée. Une première sélection a été réalisée parmi une centaine de cépages. Seize génotypes (onze rouges et cinq blancs) ont été retenus, notamment pour leur teneur élevée en polyphénols (puissants antioxydants). Pour la vendange 2010, 200 nouveaux cépages vont être à leur tour passés au crible, pour sélectionner les plus aromatiques d'entre eux.

Dès aujourd'hui, Richard Payraud, directeur général de Foulon Sopagly, recherche un partenaire et des terrains, qui pourront accueillir les vergers qu'il souhaite à proximité de son site de production. Un projet stratégique, donc, qui vise à développer en Bourgogne une filière structurée, pour un approvisionnement qui ne soit plus simplement tributaire des reliquats de la production viticole.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :