Eolite franchit une nouvelle étape

 |   |  413  mots
Avec la réussite de son deuxième tour de table, la société spécialisée dans le laser se positionne sur une niche stratégique à long terme.

Grâce à une levée de fonds de 2,8 millions d'euros auprès d'Oddo Asset Management, Bluebird Venture, Turenne Capital et Aquitaine Création Investissement et après un premier tour de table qui lui avait permis de collecter 1,4 million d'euros il y a un an et demi, Eolite est en mesure de franchir une nouvelle étape. Cette entreprise girondine, créée il y a quatre ans, s'était orientée au départ vers des systèmes de mesure ultrarapides. Estimant que le marché était trop étroit dans l'immédiat, François Salin, son responsable, a redéfini son positionnement il y a un an et demi. Nouveau c?ur de métier : le laser pulsé à ondes moyennement courtes et à fibres optiques destiné aux industriels. La technologie présente deux atouts : la productivité est intéressante et son coût raisonnable. Dans ce registre, deux grands secteurs sont ciblés. La microélectronique est l'un d'entre eux, le laser permettant de découper dans les cartes électroniques les emplacements dans lesquels se logent les composants, mais aussi de trancher les galettes de semi-conducteurs.

le solaire

Le solaire est l'autre domaine d'application du type de laser proposé par Eolite. « Nous vendrons nos lasers à des clients qui fabriquent les machines-outils pour les fabricants de panneaux photovoltaïques », commente François Salin. Par rapport à la microélectronique, qui cherche à mettre de plus en plus de composants sur des surfaces de plus en plus réduites, la problématique du solaire est tout autre puisque, même à terme, il n'y aura pas de besoin de miniaturisation, bien au contraire. Le laser grave des sillons sur les différentes couches de matériaux répandues sur les plaques de verre destinées aux installations photovoltaïques.

cinq lasers par mois

Non seulement, cette tâche ne peut être faite mécaniquement, mais les lasers d'Eolite sont plus performants que ceux de ses concurrents en termes de vitesse et de finesse des tracés. « Il faut qu'on se prépare à des hauts et des bas, mais, à long terme, il y aura une croissance des volumes », précise François Salin. Grâce à la levée de fonds, l'entreprise va être en mesure de produire à partir d'avril 2009 cinq lasers par mois avant de passer à une dizaine en fin d'année. Eolite, qui devrait réaliser un chiffre d'affaires de plus de 500.000 euros en 2008, atteindra vraisemblablement le seuil des 2 millions d'euros en 2009, mais ne sera à l'équilibre qu'en 2010 à 3 millions d'euros. Claude Mandraut, à Bordeaux

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :