Modelabs investit le marché du luxe

 |   |  512  mots
Le groupe a décidé de se concentrer sur des modèles de téléphones bijoux, pouvant atteindre 30.000 euros l'unité. Un marché en forte demande.

Ce spécialiste des téléphones mobiles élaborés sur mesure pour sa clientèle vient de changer de fusil d'épaule. Sans abandonner son métier d'origine (il travaille notamment pour MTV), Modelabs a effectivement décidé de s'orienter vers l'élaboration et la distribution de téléphones mobiles de très haut luxe. C'est-à-dire conçus tels des bijoux, à base de diamants, saphirs ou rubis. Pour ce faire, Modelabs s'est entendu avec l'usine de Sony de Strasbourg pour fabriquer ces modèles. Ses deux premiers clients sont prestigieux, puisqu'il s'agit de Christian Dior et Tag Heuer. Les produits en question (qui ont nécessité de longs mois de préparation et d'importants investissements) coûtent entre 3.000 et 30.000 euros pièce. Ils sont bien évidemment destinés à une clientèle très aisée, soucieuse d'avoir des mobiles d'exception.

« L'avantage du mobile par rapport aux bijoux est qu'il s'adresse aussi à une clientèle masculine. Ce qui nous laisse entrevoir de grands espoirs de développement. Les premières ventes ont largement dépassé nos espérances », soutient Stéphane Bohbot, le patron de Modelabs. De fait, le dirigeant prévoit déjà de nouer des partenariats avec d'autres marques de luxe prestigieuses, sachant que, sur ce marché, il est pour l'heure presque sans concurrent, toute la difficulté étant d'adapter à la technique du téléphone mobile et ses contraintes l'art de la bijouterie.

500 points de vente

Selon lui, d'ici quatre à cinq ans, toutes les grandes marques devraient proposer de tels produits, essentiellement les joailliers déjà bien implantés dans l'univers de la montre, le seul bijou que les hommes se permettent de porter. Un marché fort intéressant dans la mesure où le niveau de marges est sans commune mesure avec celui des produits d'entrée de gamme. Pour profiter de cette manne, Modelabs envisage d'ores et déjà de disposer de 500 points de vente dans le monde, dont une bonne partie dans les pays du Moyen-Orient, mais aussi en Chine et en Russie.

L'an passé, Modelabs a réalisé un chiffre d'affaires de 182 millions d'euros, en repli de 11 % sur 2007 en raison de la cession d'un pôle d'activité. L'importance des investissements consentis pour élaborer les nouveaux portables et une dépréciation d'actifs d'un montant de 25 millions d'euros (dégagée à l'occasion de la vente de la filiale) ont poussé Modelabs dans le rouge. Le déficit a atteint 31,6 millions d'euros. Éléments qui ne devraient pas se reproduire cette année. « Nous devrions, au contraire, profiter des investissements réalisés l'an passé et de la montée en puissance du nouveau marché que nous avons abordé. Nous espérons une forte demande sur ces produits d'exception », commente le numéro un de la société, qui n'ose toutefois pas faire de pronostics sur l'évolution de sa rentabilité pour 2009. L'entreprise dispose d'une trésorerie nette positive de 17 millions d'euros, lui laissant une certaine marge de man?uvre. L'action affiche un repli de 15 % depuis le début de l'année et de 78 % depuis un an. n

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :