Roger Pradier pousse ses pions à l'international

 |   |  369  mots
Leader du marché français des luminaires extérieurs, la PME s'appuie sur l'export pour son développement.

En avril, Roger Pradier présentera ses dernières productions au salon Euroluce de Milan (du 22 au 27 avril), vitrine mondiale de la décoration et du luminaire. Avec cette participation, Christian Lombardet, PDG de cette PME de Châteauroux dans l'Indre (6,8 millions de chiffre d'affaires et 45 salariés), espère renforcer sa présence à l'international.

L'entreprise, qui sera centenaire l'an prochain, affiche déjà une place de leader sur le marché français du luminaire en métal. Bien installé sur le moyen et haut de gamme (alors que les Chinois se sont emparés des produits low-cost en PVC vendus en grande distribution), Roger Pradier exporte désormais 22 % de sa production dont une bonne partie en Russie. « C'est devenu notre premier marché à l'international, explique Christian Lombardet, avec des perspectives importantes à moyen terme. » Mais historiquement, les luminaires Roger Pradier sont aussi largement répandus au Moyen-Orient, en Arabie Saoudite ou dans les Émirats.

Repreneur de Roger Pradier en 2003, Christian Lombardet veut insuffler une nouvelle orientation à l'entreprise d'abord célèbre pour ses produits classiques. C'est ainsi qu'il recrute un concepteur, Stéphane Joyeux, pour mettre sur pied RP Design, une griffe pour le luminaire contemporain. Ainsi, la gamme s'enrichit régulièrement de nouvelles familles de produits contemporains avec une grande vogue pour les « luminaires nomades » que l'on peut déplacer. « Notre force, poursuit Christian Lombardet, c'est notre créativité. Il faut en permanence surprendre, étonner, déclencher des coups de c?ur. Nous voulons devenir la référence du luminaire contemporain en France. »

Assemblés à châteauroux

Cette créativité est aussi une réponse indispensable à la concurrence des designers italiens, allemands ou espagnols. L'autre atout de Roger Pradier est de maîtriser toute la chaîne de fabrication. À l'exception de la fonderie, qui est sous-traitée, les luminaires sont intégralement assemblés à l'unité de Châteauroux, ce qui permet de répondre en quelques semaines à toutes les commandes. L'entreprise achève désormais la structuration de son réseau commercial export afin de lisser l'activité des prochains mois. Christian Lombardet a certes enregistré un tassement de l'activité, mais de grosses commandes à l'international devraient lui permettre de finir 2009 avec une progression rassurante de 3 %.

Jean-Jacques

Talpin, à Orléans

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :