L'okoumé gabonais

 |   |  66  mots

Les importateurs chinois sont devenus les principaux clients des producteurs d'okoumé au Gabon, l'un des rares fournisseurs de bois okoumé (avec le Congo et la Guinée Équatoriale). Pressé par le FMI, l'État gabonais a dû récemment restructurer sa filière bois et la Société nationale des bois du Gabon a perdu en 2006 son monopole sur la commercialisation des grumes d'okoumé et d'ozigo.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Pauvre et belle Afrique tu seras à tout jamais le continent où on vient se servir pour le "bonheur" de quelques uns NOIRS/BLANCS/JAUNES mais toi citoyen tu resteras le dindon de tout ce trafic. On pille tes richesses au lieu de les acheter. L'Afrique reste le continent où ceux qui ont des besoins peuvent venir se servir.Concernant le FMI je n'ai pas vu des recommandations contraignantes pour les pays qui ont mis le monde à mal et oui il est plus facile de "tirer" sur les faibles que sur les puissants qui ont l'avantage de la planche à billet. De temps en temps on te "donne" de l'argent que tu ne verras pas mais cette "mane" est inférieure à 0,5% des richesses que l'on tire de ta terre et des transferts des sociétés internationales implantées sur ton continent. Pour te réveiller commence par mettre de l'ordre chez toi et après du seras maître de ta richesse qui te permettras de vivre mieux et ne plus traverser les mers pour un avenir qui n'est qu'illusion de bonheur ou de mort.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Tout ceci doit prendre FIN! Il faut désormais nous mettre au travail et arrêté surtout en cette période de crise et espérons que les autorités de notre pays sauront répondre a notre appel de détresse car bien qu'étant corrompues je sais qu'elles ont du talent. Alors guidons ensemble l'avenir de notre pays et de notre continent a de meilleures fins.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :